Fodé Oussou FofanaComme annoncé dans nos dépêches précédentes, l’opposition guinéenne a boudé la réunion de travail initiée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dans la matinée de ce jeudi 21 août au grand hôte de l’indépendance, Novotel. Avant de sortir de la salle, les opposants ont dénoncé la fuite en avant de la CENI…Après ce boycott de l’opposition, Guineematin.com a joint au téléphone le vice-président de la plus grande formation politique de l’opposition guinéenne. Au téléphone de Guineematin.com, Dr. Fodé Oussou Fofana a expliqué la frustration de l’opposition, précisant qu’il leur était impossible de poursuivre ce qui se ressemblait à un jeu de dupes…

« D’abord, la CENI nous a invité sans respecter la forme. Mais, nous avons accepté de répondre à son invitation. Alors, quand nous sommes arrivés, nous avons été  installés et on nous a distribué un programme de travail auquel on nous soumettait.

Premièrement, il était question de nous parler de la procédure de recrutement de l’opérateur technique international ou encore de la procédure d’installation des nouveaux démembrements. C’est-à-dire que nous devrions rester à écouter la CENI nous dicter des choses que nous devrions enregistrer et accepter comme si nous étions des élèves de l’école primaire… », protestait le vice-président de l’UFDG et président du groupe parlementaire des Libéraux- Démocrates.

Et, ce qui semble de plus énerver les opposants, à bien écouter Fodé Oussou Fofana, c’est la fuite en avant de la CENI. «Comment peut-on nous inviter dans une salle pour nous expliquer des procédures et des actes déjà posés ?», s’interroge l’opposant, rappelant que la CENI n’a d’ailleurs jamais associé les partis politiques dans ses actes et décisions. « Contrairement à l’ancien président d la CENI, feu Ben Sékou Sylla qui faisait tout avec les partis politiques, Bakary Fofana n’a jamais rendu visite aux partis politiques qu’il prend pour des adversaires, alors que la CENI devrait nous prendre comme des partenaires », indique Fodé Oussou Fofana. « Même une seule visite aux partis politiques pour expliquer et rassurer », se frustre l’ancien directeur de campagne de Cellou Dalein Diallo, précisant que la Guinée est encore le seul pays au monde à avoir une CENI hostile aux partis politiques…

Par ailleurs, l’opposant a estimé que la composition de la CENI n’est plus rassurante pour les partis de l’opposition, il n’y aurait pas plus de trois (3) ou quatre (4) représentants de l’opposition au sein de l’institution en charge des élections en Guinée, alors que la loi dispose que la CENI est paritaire entre la mouvance et l’opposition.

Finalement, c’est l’équilibre politique de la CENI qui semble menacé par des opposants qui évoquent désormais l’éventualité de revoir leur participation à cette institution. Citant souvent la migration vers la mouvance présidentielle des commissaires de la CENI qui étaient représentants de la CeCi, de l’UFR et de la NGR, les opposants guinéens se retireront-ils de la CENI ?

La question reste posée…

Nouhou Baldé

Commentaires