Comme indiqué par nos précédentes dépêches, l’artiste guinéen Elie Kamano a été arrêté dans la matinée de ce lundi 17 juillet 2017 dans la commune de Matoto et conduit à la Direction de la Police Judiciaire (DPJ), à Kaloum où il est actuellement détenu.

Pourtant, selon des informations confiées à Guineematin.com, Elie Kamano ne voulait pas se mettre en porte à faux avec la loi. Il était venu au point de ralliement pour s’adresser à ceux qui étaient venus manifester…

« Le ministre Tibou Kamara l’avait appelé hier pour échanger avec lui. Finalement, il s’est rendu chez Elie où ils ont échangé jusqu’à minuit. Tibou Kamara lui avait demandé de tout faire pour se conformer à la loi, puisque la manifestation visait justement à réclamer le respect des lois et des libertés. Elie Kamano avait finalement compris et avait accepté de reporter la manifestation à une date ultérieure, le temps d’obtenir une autorisation du Gouvernorat de Conakry pour que la manifestation puisse se dérouler sans entrave, comme celle de l’opposition républicaine hier à Kaloum », a indiqué notre source.

Ainsi, n’ayant pas pu démobiliser tous ceux qui voulaient manifester, puisqu’il s’est entretenu très tardivement avec Tibou Kamara, Elie Kamano s’est rendu ce matin au point de rassemblement pour s’adresser à ceux qui ont répondu à son appel. Malheureusement, c’est là qu’il a été arrêté par les agents de la sécurité, nous a-t-on expliqué.

A en croire notre source, le ministre Tibou Kamara a de nouveau repris contact avec les acteurs et chercherait à faire libérer Elie Kamano dans la journée même de ce lundi. Une libération qui aiderait sans doute à décrisper l’atmosphère et éviter d’autres mobilisations de protestation qui ne pourraient pas tarder si l’artiste est maintenu en détention…

A suivre !

Commentaires