PCUD, société civile guinéenne, ONG, Abdourahmane SanoEn prélude à l’organisation des états généraux de la société civile guinéenne, la Plate forme nationale des Citoyens Unis pour le Développement (PCUD), en collaboration avec le Programme des Nations Unis pour le Développement, a organisé un atelier  d’information et de partage avec les médias, ce mercredi 10 décembre 2014, au siège de la PCUD à Kipé. L’objectif était d’impliquer les médias pour mieux connaître le rôle qu’ils ont dans les organisations de la société civile.

Expliquant les objectifs de la rencontre, M. Abdourahamane Sanoh, le président de la PCUD, a notamment : «  c’est d’échanger ensemble sur l’initiative des états généraux de la société civile dont le processus a été déclenché certes sur l’initiative de la plateforme nationale des citoyens unis pour le développement. Mais, surtout, avec le soutien et l’approbation de l’ensemble des sociétés civiles guinéennes à l’occasion de l’Assemblée du programme consacrée au renforcement des capacités de la société civile et de la jeunesse guinéenne».

Selon monsieur Sanoh, il n’est nullement besoin de rappeler les conditions dans lesquelles la société civile se trouve aujourd’hui avec une crédibilité nulle sinon négative. Sur la rupture du contre entre la société civile guinéenne et ses leaders, l’orateur a déploré « que les valeurs fondamentales qui sont celles de la société civile à savoir l’indépendance, l’impartialité, l’éthique, la morale et l’exemplarité… ces valeurs là depuis quelques temps ont été foulées… ».

Abdourahmane Sanoh, président de la PECUD

Abdourahmane Sanoh, président de la PECUD

Aux dires du président de la PCUD, « C’est en raison de la prise de conscience de cette situation que les acteurs de la société civile se sont donnés la main pour qu’on sorte de nos limites, de nos faiblesses, qu’on sorte des préoccupations de lutte de leadership, qu’on sorte de toute question mesquine pour qu’on se mettent à la disposition de notre pays dans la vérité, dans la justice afin d’aider à ce que la Guinée ressemble aux pays membres ».

Ainsi, pour changer la donne enfin que la société civile ait plus de crédibilité, la PCUD appelle ainsi aux états généraux de la société civile. « C’est dans la dynamique d’aller vers des états généraux au cours desquels nous estimons que nous allons poser le diagnostique, nous allons faire l’autocritique de la société civile, nous allons aplanir la peur de certains qui n’ont pas encore compris qu’il faut aller vers les états généraux et il faut se mobiliser pour un nouveau contrat avec la société civile. On peut refaire notre société civile et lui donner la dimension qu’il faut. C’est en cela que nous avons jugé utile de rencontrer les acteurs des médias pour qu’on aille vers ces états généraux afin qu’on cesse maintenant d’avoir un leadership de la société civile qui ne mérite pas la confiance de nos populations », a-t-il conclu.

A noter que cette rencontre a connu la participation de nombreux journalistes, ONG, et en particulier le président de CN. OSC DDG, Salmana Diallo qui avait même apprécié l’initiative des états généraux pour mieux parler des problèmes de la société civile et les problèmes de la nation.

Yacine Sylla pour Guineematin.com

Facebook Comments