Quatre représentants nationaux, encore appelés leaders, de QNET ont comparu ce mardi, 20 février 2018, devant le Tribunal Correctionnel de Labé, pour « escroquerie », rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Cette audience publique du jour fait suite à une citation directe servie aux prévenus par Maître Mamoudou Baïlo Diallo, Huissier de justice près les juridictions de Guinée, à la requête d’une trentaine de dames et sieurs dont Hadja Fatoumata Baïlo Diallo, marchande ayant pour conseil, Maître Alpha Ibrahima Barry, avocat à la Cour.

Les prévenus Thierno Malal Diallo, Fatoumata Foly Diallo, Fatoumata Binta Diallo et Alghassimou Diallo sont accusés par les plaignants pour avoir, « par des manœuvres frauduleuses » perçu des victimes plus de 192 millions 340 mille francs guinéens.

Ainsi, conformément à l’esprit de la procédure en citation directe, l’audience de mardi, 20 février 2018, était consacrée à la fixation de montant de la caution de consignation.

Après avoir vérifié les identités des quatre accusés, le juge audiencier, Boubacar Bah a donné la parole au Ministère Public représenté par Maître Malick Marcel Oularé, substitut du Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Labé.

Dans ses observations, qu’à défaut de l’avocat des parties civiles, le Ministère Public a alors sollicité la présence à la barre des plaignants. Près de 15 personnes ont alors répondu présents à l’appel du juge.
Reprenant la parole, le Substitut du Procureur a sollicité que le montant de la caution soit fixé à un million de francs guinéens par partie civile.

En réaction, la porte-parole des plaignantes et plaignants, Hadja Fatoumata Baïlo Diallo a respectueusement demandé au Tribunal que toutes les parties civiles versent solidairement une caution de consignation de 500 mille francs guinéens.

Interrogé sur la question par le juge, l’avocat de la défense, Maître Kerfalla Soumah n’a préféré donner aucun avis.

Finalement, le juge Boubacar Bah a invité les parties civiles à verser solidairement au greffe du Tribunal, le montant d’un million 500 mille francs guinéens (1.500.000 GNF), comme caution de consignation.

Abordant la question du renvoie, l’avocat de la défense, Maître Kerfalla Soumah a demandé que la prochaine audience soit fixée au 20 mars 2018, parce que, selon lui, ses clients, accusés dans cette affaire, ont des obligations professionnelles à honorer entretemps.

Cet argument de la défense n’a pas été bien accueilli par les parties civiles qui estiment le délai proposé trop éloigné. « Nous avons pris tout ce que nous avions pour leur donner. Actuellement, nous nous tournons réellement les pousses » a déclaré à la barre Hadja Fatoumata Baïlo Diallo, porte-parole des plaignants.

A l’issue de ces débats, le Tribunal a renvoyé l’affaire au 13 mars 2018, prochain pour la suite des débats. En attendant, un autre groupe de citoyens se disant victimes d’escroquerie s’organise du côté de N’Dianyâbhé pour déposer une autre plainte contre les mêmes représentants nationaux de QNET, dans la Région de Labé.

De Labé, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin