FRIGUIA, dans la ville de Fria, abandonnée par l'Etat et son partenaire RUSALLe dernier conseil d’administration de la préfecture de Fria, organisé du 3 au 5 décembre, sous l’égide de Mme le préfet, Hadja Gnalen Condé, a permis aux citoyens de comprendre que Rusal, malgré la crise, paye tous ces impôts aux différentes collectivités de Fria.

Prenant la parole de lors de ce CA (conseil d’administration), le 4 décembre, le directeur général adjoint de Rusal, David Camara, a révélé que sa direction s’acquitte de ses obligations vis-à-vis des collectivités : « Malgré la crise, la compagnie Rusal paye tous ses impôts et taxes aux différentes collectivités de Fria », a-t-il dit.

La préfecture et la mairie ont reçu respectivement six cent quatre vingt et un millions huit cent quatorze mille neuf cent quarante quatre francs guinéens (681 814 944 GNF) et deux cent quatre millions huit cent soixante huit mille cinq cent dix-huit francs guinéens (204 868 518 GNF) ! Un silence de cimetière a subitement envahi la salle à l’annonce de cette information. La surprise était générale du côté des citoyens.

Récemment, le président de la délégation spéciale de la commune de Fria qui avait été interrogé sur l’état d’insalubrité de la ville avait rétorqué que la principale source de revenu de la mairie était l’usine qui ne fonctionne plus ; et que sa juridiction ne bénéficie de rien depuis la fermeture de cette usine. Donc, « au-delà de l’impossible, nul n’est tenu », avait martelé Amara Traoré. Où est parti alors ce montant alloué à la mairie par Rusal ?

Interrogé par un journaliste de la voix de Fria sur le sujet, Elhadj Ali Badara, receveur de la commune urbaine a dit qu’ils (les conseillers communaux) ont réalisé quelques travaux au niveau de la commune urbaine. « Nous avons réalisé avec cet argent des latrines à la mairie. Nous sommes en train de boucher trois nids de poule sur la voirie urbaine. Nous avons aussi rénové une école dans le district de fatala », a-t-il essayé de se justifier. Toutefois, le receveur n’a pas dévoilé le montant investi pour la réalisation de ces dits travaux.

Du côté de la préfecture, c’est « no comment » ! Le nouveau préfet n’aurait hérité que de trente sept mille cinq cent francs guinéens (37 500 GNF). Alors qu’à deux mois du changement de préfet, l’ancien préfet, Elhadj Mamadou Conté avait demandé à Rusal, le 3 juin 2014, un acompte de cent vingt millions de francs guinéens (120 000 000 GNF). Ces 120 millions ont été versés, le 7 juin 2014, à une banque de la place, comme indiqué par le préfet de l’époque, El hadj Mamadou Conté, au numéro (compte) 58007/001/89, référence numéro 41/pf/2014, a-t-on révélé au public de Fria, stupéfait !

Dans les rues de Fria, les citoyens ne cessent de saluer l’esprit d’ouverture, de transparence et de changement positif dans la gestion de la chose publique de Mme le préfet, Hadja Gnalen Condé, qui a ainsi permis au grand public de tout savoir…

Alhassane Sidibé, Fria pour Guineematin.com

Facebook Comments