image

Hama Amadou Président de l’Assemblée nationale du Niger

Après l’arrestation du ministre d’Etat de la majorité présidentielle, le gouvernement demande au bureau de l Assemblée nationale hors session d’autoriser l’arrestation du président de l’assemblée nationale Hama Amadou dans le cadre de l’affaire dite de trafic de bébés nigérians. La requête du gouvernement est arrivée à l’Assemblée. Le bureau de l’Assemblée a convoqué une réunion ce mercredi matin.

C’est au cours du Conseil des ministres d’hier que le gouvernement a décidé de demander au bureau de l’Assemblée nationale « hors session », de mettre son président Hama Amadou à la disposition de la justice. Il est cité dans l’affaire dite du trafic de bébés nigérians. La lettre du gouvernement est très explicite, intitulée : « Requête aux fins d’arrestation du député Hama Amadou ».

L’affaire qui défraie la chronique depuis plus de deux mois continue de faire des vagues, après l’arrestation du ministre d’Etat Abdou Labo. Le processus de mise à disposition de la justice nigérienne du président Hama Amadou est désormais enclenchée. Depuis plus de deux mois, son épouse croupie en prison avec onze autres femmes.

Convocation du bureau

A tous, la justice demande de justifier la trentaine d’enfants en leur possession. Sentant l’étau se resserrer autour de lui, Hama Amadou avait déclaré lors de la clôture de la dernière session de l’Assemblée nationale : « Du fait des insuffisances du règlement intérieur en matière de levée de l’immunité d’un député hors session, il va falloir convoquer une session parlementaire. »

Le débat est ainsi lancé. La Cour constitutionnelle pourrait être sollicitée par Hama Amadou pour savoir si oui ou non l’actuel bureau de l’Assemblée nationale est habilitée à le mettre à disposition de la justice. Aujourd’hui, ce bureau est composé de onze membres dont sept sont de la majorité présidentielle. Ils viennent d’ailleurs de demander la convocation d’une réunion du bureau ce mercredi matin.

rfi.fr

Commentaires