Assassinat de deux gendarmes à la frontière : la version de l’armée malienne !

armée malienne, BamakoSuite à l’affrontement sanglant des communautés guinéennes et maliennes près de la frontière, le mercredi 25 février dernier, deux gendarmes maliens relevant d’une mission de l’armée malienne y ont été tués ! Le Maréchal de Logis chef Siaka Sidibé et le Maréchal de Logis Tahirou Berthe, âgés respectivement de 30 et de 28 ans. Comme prévu, ces deux victimes ont été inhumées hier, lundi, après un hommage officiel posthume.

Selon les informations transmises à Guineematin.com, les cérémonies funèbres ont été organisées au Camp 2, en présence du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Général Sada Samake, entouré de ses proches collaborateurs dont le chef d’Etat-major général des forces armées maliennes, le directeur général de la gendarmerie nationale, le représentant de la commission Défense de l’Assemblée nationale. Egalement, les promotionnaires des deux victimes qui étaient venus en grand nombre pour manifester leur solidarité à leurs camarades d’armes.

La version de l’armée malienne sur la mort de ces deux gendarmes

Selon le Lieutenant Diarra qui a lu l’oraison funèbre, les deux gendarmes ont été mortellement atteints, le vendredi 27 février 2015, dans le cadre d’une mission de maintien d’ordre sur le site d’orpaillage de Sananfara, à la frontière guinéenne. « Ils sont tombés dans une embuscade tendue par des centaines de chasseurs, lourdement armés d’armes de guerre et de fusils de chasse. Leur seul tort est d’avoir voulu inviter les populations guinéennes riveraines au calme après avoir réussi à apaiser les maliens », a affirmé l’orateur.

A préciser que, selon nos informations, le Maréchal de Logis chef Siaka Sidibé et le Maréchal de Logis Tahirou Berthe sont respectivement âgés de 30 et de 28 ans et laissent derrière eux des familles inconsolables. Tous les deux sont bien appréciés de leurs chefs hiérarchiques car considérés dans leurs notations annuelles comme des éléments disciplinés, travailleurs, assidus et motivés pour les missions de service public. Ils ont tous les deux exercé dans le groupement d’intervention rapide de Bamako avant d’être mutés dans différentes brigades pour des activités de proximité de missions ordre et de renseignements, explique-t-on au téléphone de Guineematin.com.

Nouhou Baldé

 

 

 

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS