Tougué : le préfet réclame 12 500 000 GNF pour autoriser la coupe du bois

Boubacar Barry, préfet de TouguéLes autorités préfectorales de Tougué étaient en concertation le vendredi dernier (27 mars 2015) dans la salle de conférence de la préfecture sous la haute autorité de monsieur le préfet, Boubacar Barry, a constaté Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

Autour du patron de Tougué, il y avait le directeur préfectoral de l’environnement, Mamadou Malal Baldé, le chef de la section eaux et forêts, le secrétaire général chargé des collectivités, Monsieur Oularé, les chefs cantonnement forestiers. Essentiellement, le préfet de Tougué a fait lire et expliquer une circulaire de madame la ministre de l’environnement, avant d’annoncer de nouvelles mesures.

Sur les menaces contre l’environnement, de ce phénomène  dans cette localité malgré la présence des agents forestiers. «  Vous ne restez pas sans savoir que Tougué est à la lisière du Sahara. Il se trouve que, malgré la présence des agents forestiers, notre nature n’est toujours pas protégée. Il y a les feux de brousse, la coupe abusive du bois malgré la réglementation en vigueur, les fours à brique. Les gens n’obéissent pas à la réglementation », a notamment relevé le préfet de Tougué.

Parlant de la circulaire, le préfet ajoute que « la circulaire a bel et bien  dit que maintenant dans toute la préfecture, seulement deux tronçonneuses sont autorisées à travailler, elles seront immatriculées. Ces machines ne seront détenues que par une seule personne, à qui on va donner l’agrément. Pour cela nous avons mis une commission en place pour recevoir les demandes par rapport à l’agrément. Pour l’obtenir on doit payer 12 500 000 GNF. Le Premier à payer sera donné, en ce moment il travaillera par programme, en fonction de la demande en bois pour les besoins de la localité. »

Concernant les dispositions prises pour mettre fin à tout ce qui se fait de façon illégale, le préfet annonce quelques mesures : « la réduction du nombre de machine de 28 à 2 comme l’indique la lettre circulaire, le recensement de toutes les armes à feux évoluant à Tougué, l’interdiction formelle de transporter les bois ailleurs en attendant que l’agrément soit obtenu ».

Pour faciliter l’application de ces mesures prises, monsieur le préfet demande  l’implication des maires et sous-préfets des différentes localités. Le préfet s’engage à traduire devant la justice toute personne qui serait prise en violation de ces dispositions. «  Nous vous rassurons que plus jamais on acceptera cette pagaille. Même la personne agrée va être gérée ! Vous allez la surveiller », dit le préfet, avant de promettre la tenue périodique de ces genres de réunion.

De retour de Tougué, Alpha Ibrahima Diogo Baldé pour Guineematin.com

Tél.: (224) 622 22 11 78

 

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS