Dakarois, LabéLa ville de Labé vibre ce samedi 4 avril au rythme de la Ziyarah de Karamoko Alpha Mo Labé, patriarche de la grande famille des Khalidouyaabhé, a constaté sur place le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

C’est Elhadj Ibrahima Daka DIALLO connu sous le nom de ‘’Dakarois’’ de prononcer le discours de bienvenue au nom du bureau de la Fondation Karamoko Alpha Mo Labé : « Les populations de Labé vous souhaitent la bienvenue et un agréable séjour parmi nous dans la Cité de Karamoko Alpha Mo Labé. ‘’Ko Sadhi Mon ! Ko Toolii  Mon ! Hi DhonTeddi ! Hi DhonHitti !. Nous vous remercions chacun et tous ici présents pour avoir accepté de vous associer à nous pour vivre ces heures pathétiques de commémoration de la vie et de l’œuvre de notre illustre ancêtre, l’un des apôtres de l’Islam au Fouta Djallon, fondateur de la ville de Labé.»

mobilisation, LabéUn homme devenu désormais la figure emblématique de notre Foutah théocratique : « La vie et l’œuvre de Karamoko Alpha Mo Labé nous sont restituées par la magie du verbe des chroniqueurs traditionalistes, gardiens jaloux de notre patrimoine ainsi que d’éminents historiens de la période pré coloniale et coloniale. »

Il précise alors que  Alpha Mamadou Cellou Diallo, connu sous le nom de Karamoko Alpha Mo Labé naquit  vers 1692 (1070 de l’hégire) à Djoba, village situé dans la Sous –préfecture actuelle de Diountou, Préfecture de Lélouma.

Fils de Abdoul Saliou et de Salimatou Fetti de Sombily, il fut l’un des glorieux descendants de khalidou, 5ème fils de Mawdè qui est le fils aîné d’Illo Yaladhi, arrière petit-fils de Bodhewal, ancêtre de la famille des Diallo.

Karamoko Alpha fit son enfance à Ley Bilel. Il fit ses études primaires coraniques à Sombili où il résida jusqu’à l’âge de Quinze (15) ans.

Très tôt, Karamoko alpha se fit remarquer par son maître comme un élève très doué et d’une franchise rare. Les brillants résultats de ses études primaires suscitèrent l’admiration de tous.

Toujours assoiffé de savoir, il décida de se rendre à Bhoundou pour continuer ses études coraniques supérieures. C’est là qu’il rencontra Alpha Amadou de Kolladhè.

Les deux amis se rendirent successivement au Macina et au Fouta Toro pour consolider leurs connaissances acquises sur l’orthodoxie musulmane. Sur le chemin du retour, en compagnie de ses partisans, il islamisa des vastes contrées, y construisit des mosquées et ouvrit des écoles coraniques.

Case de Karamoko Alpha Mo LabéDe retour à Ley Bilel, il organisa ses Talibés et créa une armée bien structurée. Il fut entouré de collaborateurs de renoms, honnêtes et dévoués : Thierno Mamoudou Djindji, Thierno Malal Khaldouyabhé, Thierno Mamoudou et Thierno Abdoulaye Pathéyabhé, Thierno Dian Pathé Nguériyabhé, Thierno Abdoulaye Housséniyabhé, Thierno Mamadou Mawdho N’Diobboyabhé, Thierno Mamadou Dian Nyogueyabhé et Chaîkou Moussa Diawo Dickoyabhé.

A l’issue de l’éclatante victoire à la bataille de Hooré Bougou, toute la contrée ouest fut islamisée.

A Ley Bilel, il ouvrit sa première école coranique du Diwal de Labé qui connut une grande notoriété et devint ainsi le plus grand centre culturel où les musulmans affluèrent de tous côtés pour venir apprendre, s’informer et se documenter. Ce qui conféra à Karamoko Alpha une grande renommée appuyée du titre de « Khalife ».

Vers 1740, Karamoko Alpha organisa son ‘’Diwal’’.

Puis, parti de Ley Bilel, il s’installa successivement à Popodara, Demben et Missidé Hindé.

Suite à ses invocations, il découvrit le site tant recherché devant abriter la glorieuse mosquée de Labé. Cette belle et majestueuse mosquée, une fois achevée et inaugurée avec faste et dans la piété musulmane, devint le lieu de prédilection pour l’adoration du Tout Puissant Allah et singulièrement pour les prières et autres actes de dévotion de Karamoko Alpha. C’est autour de ce site sacré que s’est bâtie la cité de Karamoko Alpha mo Labé.

Karamoko Alpha prit une part active à la bataille de Talansan vers 1725 et au Forum de bourouwal Tappè, dans le Diwal de Timbi Tounni vers 1743.

Ce Forum historique a joué un rôle capital dans l’organisation religieuse et politique du Fouta théocratique.

En effet, les chefs respectifs des neuf (9) ‘’Diwés’’ (Karamoko Alpha Mo Timbo, Karamoko Alpha Mo Labé, Thierno Souleymane Timbi, Saïkou Saliou Balla de Koin, Alpha Amadou de Kolladhé, Alpha Moussa de Kébaly, Thierno Samba de Bhouriya, Alpha Mamadou Sadio de Fougoumba et Fodé Hadji) ayant constitué la Confédération Islamique du Fouta étaient  tous présents et s’étaient réunis en conclave pour prendre un certain nombre de décisions importantes dont entre autres :

1-      De constituer la Confédération Islamique du Fouta dont la vocation initiale fut religieuse ;

2-      De désigner consensuellement l’un d’entre eux pour diriger la Confédération. C’est ainsi que Karamoko Alpha Mo Timbo fut choisi par ses pairs comme premier Almamy du Fouta ;

3-      De fixer les prérogatives des ‘’Diwés’’ et l’adoption d’une constitution.

Peu de temps après le décès de Karamoko Alpha Mo Timbo, mourait aussi vers 1772 Karamoko Alpha Mo Labé, qui laissa sept (7) garçons et une fille :

ü  Ibrahima Sambégou dit Thierno Mo Sigon ;

ü  Mody Saïdou mo Serima ;

ü  Mody Mamadou Dian Mo Wora ;

ü  Mody Souleymane Mo Popodara ;

ü  Mody Madiou Hansaghèrè ;

ü  Mody Amadou Mo Baréma Missira ;

ü  Mody Billo Mo Bagnan et

ü  Aïssatou, connue sous le nom de Mama Aïssata.

Cette dernière qui était fille unique, a été donnée en mariage à Mama Doulla. De cette union, naquirent cinq (5) garçons qui fondèrent par la suite la famille des Céléyabhés.

Cette famille fut classée dans la lignée de Karamoko Alpha Mo Labé et donna de nombreux Saints dont entre autres :

ü  Thierno Sadou Mo Dalein

ü  Thierno Samba Mombeya

ü  Thierno Boubacar Poti (Lélouma) ;

ü  Karamoko Ibrahima Dalein ;

ü  Thierno Mouctar Dalein ;

ü  Thierno Aliou Soufi de Kansagawol et bien d’autres encore.

Karamoko Alpha organisa sans discrimination et d’une façon démocratique toute la société de son ‘’Diwal’’en 4 ‘’Alloudjés’’ qui sont :

ü  ‘’ Allouwal Kaldouyabhé’’ qui regroupe les Kaldouyabhé et les Awloubhé

ü  ‘’Allouwal Talibabhé’’, qui regroupe tous les Talibés.

ü  ‘’Allouwal Dow Saré’’, qui regroupe les Ourourbhé, les Wolarbhé, les Diakankêbhé, les Sarankoulé, les Garankêbhé, les ressortissants des autres régions naturelles.

ü  Allouwal Adadoulkabirou qui regroupe les Familles Timbonké, Dayébhé, Djimbalâbhé et Torobhé.

Dans l’objectif du renforcement de la cohésion sociale, de l’unité de tous les fils du Foutah, du respect de l’équité, de la tolérance et de l’esprit de partage, principes chers à l’islam, pour lesquels Karamoko Alpha s’est battu toute sa vie durant, il est de la responsabilité de tous et de chacun de s’inscrire dans cette trajectoire afin que Labé, le Fouta et tout notre pays continuent de bénéficier des nobles idéaux de cet illustre personnage, déclare le porte parole de la Fondation.

Elhadj Ibrahima Daka DIALO : « c’est dans cette perspective visant à perpétuer la mémoire de Karamoko Alpha que la Fondation Karamoko Apha mo Labé a initié la construction de la Case ‘’Khaibonrou’’ et du ‘’Doudhal’’ que nous avons l’agréable plaisir d’inaugurer aujourd’hui. Cet édifice dont le coût se chiffre à 575.000.000 de francs guinéens est le fruit des contributions de la descendance de Karamoko Alpha, des talibés, des alliés, des 4 alloudjés et d’autres citoyens et amis de Labe. C’est le lieu de remercier tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à la réalisation de cet édifice.»

Il importe de préciser avant tout, que cette case est pour tous les musulmans. Les hôtes de la cité de Labé sont toujours les bienvenus dans cette case (KAIBONROU) de Karamoko Alpha pour connaitre le Taarika du Labé et recevoir les bénédictions des sages : «Cette Case a pour vocation de servir de cadre de concertation pour le renforcement du tissu social, l’organisation des cérémonies religieuses et tous actes de dévotion. Elle servira de Centre Culturel pour la recherche et la formation en islam.  C’est le lieu de remercier feu les présidents Ahmed Sekou TOURE et Lansana CONTE pour avoir fait respectivement édifier le mausolée et reconstruire la mosquée de Karamoko Alpha mo Labé. Il importe d’attirer l’attention sur l’état de dégradation avancée de cette mosquée et l’urgence des mesures d’entretien à prendre. »

En perspectives, la Fondation envisage la construction de son siège dont la pause de la première pierre interviendra tout à l’heure, la réhabilitation des sites historiques, la réalisation d’un musée et la construction d’une école franco arabe.

En conclusion, que peut-on retenir de cet illustre personnage ?

Selon le porte parole de la Fondation, la dimension humaine de Karamoko Alpha, à côté de l’érudit qu’il fut, laisse pour la postérité, un homme de partage attaché à l’unité, à la tolérance, dans un cadre inclusif et participatif. A ce titre, l’organisation de l’imamat au niveau de la Mosquée et l’administration du Diwal de Labé, sont des exemples éloquents de sa largesse d’esprit.

En guise de reconnaissance à tous ces actes hautement et humainement significatifs posés par Karamoko Alpha, et pour immortaliser sa mémoire, la Fondation Karamoko Alpha avec tous ses fils et filles, tous les 4 Alloudjés avec le soutien moral et matériel de chacun et de tous, ont dans la concession de l’un de  ses illustres descendants, Alpha Yaya Diallo, Roi de Labé eu l’initiative et la volonté de construire la Case (Kaïbonrou) et le Doudhal de Karamoko Alpha Mo Labé dont on procède à l’inauguration ce jour solennel du 4 Avril 2015. 

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphone : (00224) 660 11 35 15 & 622 269 551  

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin