CellouComme nous vous l’annoncions précédemment, l’UFDG  a tenu  son assemblée hebdomadaire ce samedi 28 mai 16, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters. L’un des points parmi les plus importants à l’ordre du jour était celui portant sur les accusations de corruption faites par l’ONG Britannique, Global Witness, et qui incriminent des proches du président Alpha Condé, notamment son fils unique et l’ami de ce dernier, Bouba Sampil.

Pour évoquer cette question qui défraie la chronique et qui éclabousse même nos voisins du Liberia, Elhadj Cellou Dalein n’y est pas allé d’une main morte pour tancer la gouvernance Alpha Condé : « comme vous le savez, nous avons toujours procédé à la dénonciation de la mauvaise gouvernance, de la corruption généralisée, des détournements de deniers publics. Il y a récemment une ONG internationale, Global Witness, qui a dénoncé la corruption dans le secteur minier au Liberia et en Guinée. Les Libériens, soucieux de lutter contre la corruption, ont mis en place une commission d’enquête indépendante et aujourd’hui le président du parti au pouvoir est arrêté, tout comme le président de l’assemblée nationale, le beau fils de la présidente, parce qu’ils sont mêlés. Des investigations sérieuses et indépendantes ont été menées sur la base des accusations de Global Witness. Voilà la responsabilité », a indiqué le chef de fil de l’opposition.

Revenant sur la réaction des autorités guinéennes par rapport au même dossier, Cellou Dalein s’en prend à Alpha Condé en citant le président : « Non, comme on ne peut pas m’atteindre on cherche à atteindre mon fils », a-t-il lancé. Et de poursuivre : « ici dans notre on réagit sur la défensive, en demandant des preuves à l’ONG. Ce n’est pas comme ça. Lorsqu’il y a des accusations on s’y prend autrement.  Quand des cadres du parti au pouvoir ou des fonctionnaires sont mêlés à des malversations qu’ils répondent de leurs actes, que personne ne soit au dessus de la loi. Voilà ce que nous voulons pour notre pays. C’est ça un Etat », a martelé Cellou Dalen sous un tonnerre d’applaudissements.

Par la suite le leader de l’UFDG est revenu sur ce qu’il qualifie de marchés de gré à gré et autres fonds détournés à la banque centrale en 2014 et 2015. Il précise que malgré toutes les preuves qu’il a apportées, personne n’est aujourd’hui poursuivi. Il conclut en disant qu’Alpha Condé ne prend pas ses responsabilités parce que c’est avec son aval », menace-t-il.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin