Mamadou Bailo Diallo, 1er de la République au bac 2016, sciences sociales Franco ArabeAprès la proclamation des résultats du baccalauréat session 2016, Guineematin.com continue de vous présenter les lauréats de cet examen. Hier, vendredi 29 juillet 2016, ce sont les 1er, 3ème et sixième de la République de l’option sciences sociales de la filière Franco Arabe qui ont été reçus au siège de Guineematin.com à Kipé Dadya, dans la commune de Ratoma.

ci-dessous, le décryptage de notre entretien avec Mamadou Bailo Diallo, le 1er de la République sciences sociales des écoles Franco-arabe qui nous a parlé de ses ambitions, ses rêves et surtout sa formation qu’il souhaite terminer le plus brillamment que possible.

Guineematin.com : Bonjour, veillez-vous présenter aux lecteurs de Guineematin.com

Mamadou Bailo Diallo : Je me nomme Mamadou Bailo Diallo, fils de Alpha Oumar et de Fatoumata Binta Diallo, né le 11 Septembre 1996 à Sofoya, un village de Hafia, dans la région de Labé. J’ai fait le Lycée « Nassouroul Islamya » de Simbaya Gare. D’ailleurs, c’est là-bas que j’ai commencé mes études. Donc, je dois tout à cette école. Je suis le 1er de la République, sciences sociales franco-arabe.

Guineematin.com : Vous avez été 1er de la République au baccalauréat 2016, quels sont vos sentiments aujourd’hui ?

Mamadou Bailo Diallo : Je dirais qu’être 1er de la République a toujours été un rêve d’enfance pour moi. Et, ce qui m’a beaucoup poussé est que l’année dernière, le 1er de la République venait de notre école. Cela m’a beaucoup encouragé et j’ai donc travaillé dur pour en arriver là aujourd’hui.

Guineematin.com : Vous disiez avoir travaillé dur, comment tout cela se passait à l’école ?

Mamadou Bailo Diallo : Tout se passait bien. Je révisais avec mes amis en groupe. Après les cours à 14 heures, nous nous restions pour réviser jusqu’à 16 heures. Et, surtout, on avait un professeur qui avait lui-même étudié à Nassouroul Islamya, il nous assistait dans toutes les autres matières en plus de sa spécialité.

Guineematin.com : Quel a été l’apport de vos parents ?

Mamadou Bailo Diallo : Leur apport a été bénéfique ; ils nous ont bien encadrés à la maison. Et puis, nos parents ne nous laissaient pas traîner avec n’importe qui. Quand ils me voyaient avec un inconnu, ils me disaient de toujours faire attention.

Guineematin.com : Qu’est-ce que vous désirez faire à l’Université ?

Mamadou Bailo Diallo : ça dépendra de ce qu’on nous donnera. Par exemple, si c’est le français, je vais choisir la sociologie. Mais, ce qui me marque le plus, c’est la psychologie, les ressources humaines et étudier les langues.

Guineematin.com : Mais, il y a aussi la langue arabe, non?

Mamadou Bailo Diallo : Oui, mais je ne veux pas faire ça en Guinée. J’espère pouvoir faire l’arabe au moins en Algérie ou en Arabie Saoudite. En Guinée, le niveau en arabe est bas…

Guineematin.com : être 1er de la République n’est pas donné à tout le monde. Alors, à qui vous devez particulièrement ce classement ?

Mamadou Bailo Diallo : Je dois ce classement à mes parents d’abord ! Ce sont eux qui m’ont soutenu et encadré. Parce que, vous savez que les études en Guinée ne sont pas faciles. Donc, ils ont su m’aider et me soutenir.

Guineematin.com : Généralement, les meilleurs ont souvent une vie parsemée d’embuches. Parlez nous de vos débuts, notamment à l’école primaire ?

Mamadou Bailo Diallo : Je brillais à l’école primaire, car j’ai souvent été premier et deuxième de ma classe. Mes parents au village contestaient souvent les résultats quand ils apprennent que je ne suis pas souvent premier de ma classe.

Guineematin.com : Après les études universitaires, Qu’est-ce que vous souhaitez devenir ?

Mamadou Bailo Diallo : Je souhaite devenir un cadre international, temps du point de vue arabe et que français.

Guineematin.com : Pour beaucoup, étudier les cours de franco-arabe, c’est une perte de temps. Que répondez-vous à ceux-là ?

Mamadou Bailo Diallo : Moi, je pense que ceux qui pensent ainsi, ne connaissent pas l’importance des cours dans les écoles franco-arabe. D’abord, la langue arabe est celle utilisée dans la religion. Nous sommes des musulmans ; et, pour comprendre bien cette religion, il faut étudier la langue arabe. Deuxièmement, plusieurs hauts cadres de ce pays ont étudié l’Arabe. Nous avons par exemple les Dr. Koutoubou Sanoh, Lansana Kouyaté, Président du PEDN, les François Lounceny Fall… Tous ces hauts cadres ont marqué la vie de notre pays. Donc, l’Etat doit nous donner des bourses d’études ; car, l’année dernière, nos aînés n’ont pas eu de bourses d’études. Pour quoi ça ? Nous le méritons nous aussi, nous nous sommes battues pour en arriver là.

Guineematin.com: Vous avez cité certains cadres qui étudié l’arabe et qui ont brillé dans leur carrière professionnelle. Parmi eux, qui est aujourd’hui votre référence ?

Mamadou Bailo Diallo : C’est Dr. Moustapha Koutoubou Sanoh ! Parce que c’est un grand cadre ; il représente la Guinée dans des domaines français comme arabe. Dr. Koutoubou Sanoh a étudié l’arabe ; mais, il est aujourd’hui parmi les meilleurs cadres de ce pays.

Guineematin.com vous souhaite une bonne chance

Entretien décrypté par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin