Depuis quelques temps, l’Association Sportive du Kaloum (ASK) est engluée dans une crise qui ne dit pas son nom. Les départs et autres limogeages du personnel d’encadrement et des joueurs de l’AS Kaloum n’en sont que plus visibles, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Le club du centre-ville de Conakry, autrement appelé le sous-marin jaune est, on ne peut plus, grippé. Depuis le démarrage le 16 décembre dernier de la saison 2016/2017, le club du président Bouba Sampil connait des débuts difficiles en Ligue Guinéenne de Football professionnel. En trois matches disputés, l’AS Kaloum a enregistré une défaite (2 à 0) face au Hafia FC, une victoire (3 à 1) devant le Satellite FC et un match nul (0 à 0) face aux militaires de l’ASFAG. Soit un total de 4 points en 3 matches.

Des mauvais débuts qui en disent long sur la crise que traverse le Gbin-Gbin Sö, engagé cette année en coupe de la Confédération Africaine de Football (CAF). Le dernier épisode de cette série est la polémique tournant autour du technicien Français Denis Goavec qui était jusque là entraîneur du vice-champion de Guinée en titre. Denis Goavec a passé 4 mois à la tête du club avant de jeter l’éponge le mercredi 04 janvier 2017, pointant un doigt accusateur sur les difficultés financières que traverse le club. L’AS  Kaloum réagit aussitôt en annonçant que Goavec a perçu une avance sur salaire allant jusqu’en février 2017.

Le moins qu’on puisse dire est que ce départ précipité n’est tout de même pas nouveau. Au cours des deux dernières années, l’AS Kaloum a connu pas moins six (6) entraîneurs, tous limogés les uns après les autres. Du Léonais Lamine Bangoura à Denis Goavaec, en passant par Mohamed Sylla « Léandro » en tant que superviseur, le français Pascal Janin, l’ivoirien François Zahoui, le Tunisien Bessem Gouider… ils sont nombreux à avoir transité par le club de Kaloum.

Par ailleurs d’autres membres du personnel avaient également jeté l’éponge à cause de l’atmosphère délétère qui prévalait au sein du club. C’est le cas notamment d’Aly Touré, manager de Kaloum qui a rejoint les rangs de l’éternel rival, en l’occurrence le Horoya AC et de Mamady Diomandé, aujourd’hui en service au Hafia FC. On peut aussi citer Alpha Saliou « Tostao » et Bah Lamine, respectivement secrétaire général et chargé de communication de l’AS Kaloum.

En outre des joueurs cadres ont abandonné le navire AS Kaloum, qui connait une saignée sans précédent. C’est le cas d’Alseny Camara « Agogo », de Souleymane Badji et de Kabongo Kassongo, qui ont choisi d’autres cieux pour monnayer leur talent. Très récemment, c’est Ibrahima Sory Soumah « Diata » et Alseny Camara « Cantona » qui sont partis renforcer le club de Matam, le Horoya.

Dire que l’AS Kaloum traverse une période difficile est bien une lapalissade. Le club n’a rien obtenu l’année dernière, le championnat et la coupe ayant été remportés par le Horoya AC, son engagement en coupe de la CAF pour la saison prochaine ne sera pas une partie de plaisir. Les défis qui attendent le prochain sélectionneur sont immenses avec des débuts pas fameux en championnat national de Ligue 1. Cette situation intervient à quelques jours du classico qui oppose l’AS Kaloum au Horoya, le 10 janvier prochain au stade du 28 septembre. Il y a de l’électricité dans l’air et une défaite de Kaloum ne pourrait que compliquer davantage la situation.

En attendant, la question qui mérite d’être posée est de savoir à qui la faute ?

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. 628 17 99 17

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin