Grève de l’intersyndicale de l’éducation : c’est le vide total à l’université de N’zérékoré

Suite à l’expiration du préavis de grève sans aucune piste de négociations pour répondre aux vœux des enseignants, le Syndicat libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) et la Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education (FSPE) ont lancé depuis ce Lundi 06 Février 2017 un avis  de grève illimitée sur l’ensemble du territoire national.


A l’Université de N’zérékoré, c’est un silence de cimetière qui règne car étudiants, professeurs et la plupart des encadreurs ont fait le vide total, a constaté un des correspondants de Guineematin.com basé dans la capitale de la région forestière. 

Un tour effectué ce mercredi 08 février 2017 dans cette université située dans la banlieue sud-est de la ville de N’Zérékoré dans le quartier Nakuyapala, a permis de constater l’effectivité de la grève. A part quelques autorités du rectorat (Vice-recteur des études, secrétaire général, le pôle financier), peu de gens y étaient.  L’avis de grève était affiché à la façade de certains services de l’université. 

Seuls les gardiens et les soldats du PA étaient postés à la rentrée de l’Université et dans la cour. Noun interlocuteur sont restées sans succès d’autant plus que même les syndicalistes étaient absents des lieux. 

A en croire un enseignant qu’on a rencontré au quartier Gbangana, à quelques pas de l’université : « le gouvernement a mis les fonctionnaires dans les mêmes conditions que les animaux. Or, Karl Marx n’avait pas tort de dire quand on met les hommes dans les mêmes conditions que les animaux s’ils ne se tuent pas, ils se révoltent ». Il conclut que c’est dans cette phase nous que sommes dans ce pays. 

Un autre enseignant de l’ENI (Ecole Nationale des Instituteurs)  de N’Zérékoré enfonce le clou et charge le Ministère de fonction publique qui a annoncé en fanfare cette affaire de nouvelle grille indiciaire des salaires : « alors que c’est du faux, il n’a fait que berner l’esprit. Mais, tout finira par finir », a-t-il lancé. 

Un autre cadre ayant suivi la conversation avec cet enseignant de l’ENI, n’a pas caché son mal. Il indique qu’il avait atteint  le plafond de salaire. Avec la nouvelle grille, il a été déplafonné et de facto perdu 4 grades alors qu’il est au seuil de la retraite. Il a enfin dit « c’est pourquoi, lorsque la mission de sensibilisation de la fonction publique est passée à N’Zérékoré, dès qu’ils ont commencé à intervenir, j’ai eu le désespoir », a-t-il laissé entendre. 

De N’Zérékoré, Labila Zogo Grovogui pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS