La société minière de Mandiana, créée par le groupe AVOCET mining PLC (britannique) et AVOGEM (Marocain) promet d’investir la bagatelle de 120 millions de dollars et créer 550 emplois au terme de la construction de son usine prévue dans trois ans, a appris Guineematin.com à l’Assemblée nationale.

Après une projection d’un court documentaire sur les réalisations d’AVOGEM au Maroc, le président de la Commission Mine de l’Assemblée nationale guinéenne, Honorable Abdourahmane Sinkoun Camara, pris la parole et introduit Hadja Aïssata Daffé, rapporteur de la Commission.

Mais, avant, l’honorable Sinkoun a fait un débriefing du projet. A l’origine, tout est parti d’un permis de recherche de la société Wega mining, filiale de la compagnie AVOCET qui évolue en Guinée depuis 2006. Elle a découvert un gisement d’or de 700 mille onces de réserves, selon le Président de la commission.

Après la découverte et la recherche de partenaires fiables, AVOCET Mining PLC et MANAGEM SA se sont entendus pour l’exploitation de cette mine en créant une société de droit guinéen, dénommée Société minière de Mandiana (SMM).

L’exploitation se fera à ciel ouvert et prévoit un investissement de l’ordre de 120 millions de dollars sur 3 ans pour 550 emplois, a précisé le président de la commission.

Déjà au beau fixe, l’Honorable Sinkoun a tenu à magnifier le niveau de coopération entre les deux pays. « Cela dénote de l’excellence des relations entre le Royaume marocain et la Guinée dans tous les domaines socioéconomiques », s’est-il réjoui.

La lecture du rapport par Hadja Aïssata Daffé, « rapporteur » commission industrie, commerce, mines, hôtellerie, tourisme et artisanat, a été suivie par l’ouverture des débats axés essentiellement sur le respect de l’environnement, de la durée du projet et des engagements des partenaires à respecter les lois minières du pays.

Selon le ministre Abdoulaye Magassouba, la durée initiale est de 7 ans avec un objectif de la portée au minimum à 10 ans. Il en veut pour garantie la poursuite des recherches dans la zone. A en croire le ministre des Mines et de la Géologie, tous les aspects relatifs à l’implantation de la société et dans le respect des règles établies, ont été cernés.
Magassouba s’engage au nom de département à veiller au respect des délimitations des parcelles à fin d’éviter les conflits entre exploitants traditionnels (orpailleurs) et concessions minières. Avant de convaincre les députés à accorder un vote positif au projet, il a rassuré la représentation nationale sur le sérieux de MANAGEM, ses capacités financières, la qualité du projet de la société minière de Mandiana, ses capacités et son expérience sur le terrain avec plus de 80 ans d’existence.

Bref, MANAGEM, selon le ministre des mines, a prouvé depuis la réception du Roi Mohamed VI en 2014 qui a marqué la signature de cet accord, sa volonté et sa bonne foi à mener à bien ce projet en respectant les termes de ce partenariat entre les deux pays.

A suivre…

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin