Guinée : hommage national à Hon. Elhadj Aboubacar Somapré

Suite à sa disparition brutale le jeudi dernier, 2 novembre 2017, à Conakry, Elhadj Aboubacar Somparé, ancien président de l’Assemblée nationale de Guinée, a bénéficié ce dimanche de véritables funérailles d’Etat, réunissant au tour de sa dépouille mortelle au Palais du peuple, familles, amis et alliés.

De même, d’importantes personnalités du pays ont fait le déplacement, notamment des Présidents des institutions républicaines comme l’Honorable Claude Kory Kondiano de l’Assemblée nationale, Madame Martine Condé de la Haute Autorité de la Communication, Mamady Youla, Premier ministre Chef du gouvernement, les anciens PM, Kabiné Komara et Ahmed Tidiane Souaré, plusieurs ministres actuels et anciens, de hauts cadres militaires et civils, des leaders politiques, ses compagnons du PUP et une foule d’amis venus de toutes les régions du pays.

Unanimement et presque, il a été reconnu à l’enfant de Dakonta (un village de la préfecture de Boké où le défunt est né il y a 75 ans), des mérites d’hommes d’Etat, de rassembleur, impartial, d’une personnalité cultivée, sage et loyale dans ses amitiés, rapporte le journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

De l’Honorable Salim Cissé, premier Vice-président du parlement, au doyen Mohamed Lamine Somparé, qui s’est exprimé au nom de la famille, en passant par Dr. Thierno Aliou Baniré, un de ses compagnons politiques, l’ancien diplomate Talibé Diallo, les anciens PM Kabiné Komara, Ahmed Tidiane Souaré, Hadja Saran Daraba, Dr. Fodé Oussou Fofana de l’Ufdg, le Général Ousmane Diallo au nom de son papa et compagnon idéologique, Elhadj Boubacar Biro Diallo, son confident politique l’honorable Mamady Diawara du PTS, son ami d’enfance Sidya Touré, le camarade de promotion Ismaael Condé, Kiridi Bangoura, ministre d’Etat et ministre de l’Agriculture porteur du message du Chef de l’Etat et du gouvernement, son fils Amara Somparé, la famille des Griots, les maîtres de la parole et bien d’autres ont relaté parfois dans les détails ce que fut cet homme pour la Guinée et les sacrifices qu’il a portés, les actes posés et son souci constant pour la préservation de la paix et la cohésion sociale.

Le charme, la carrure, la culture et l’élégance mais aussi la loyauté, l’humanisme et l’honnêteté intellectuelle de l’illustre disparu, évoqués à tour de bras par les intervenants ont éloigné un peu parfois le public de l’émotion pour ne laisser la place que sa pointure d’homme d’Etat et ses caractéristiques.

Cet ancien président du parlement guinéen a roulé sa bosse un peu partout en Guinée et à l’étranger. Il fut respectivement Directeur général de l’enseignement secondaire à l’académie de la Moyenne dès sa sortie de l’université en 1969 avant d’être confirmé Directeur régional de l’Education puis Directeur général de l’enseignement secondaire au ministère de l’enseignement pré-universitaire de 1973 à 1976.

Pendant 2 ans, ce professeur de mathématiques sera le patron des services de l’information (la RTG) avant d’entamer une carrière diplomatique riche et exaltante de 1978 à 1984 en sa qualité d’Ambassadeur de la Guinée auprès de la France, de la Grande Bretagne, d’Espagne et de la Suisse.

Revenu en Guinée, à la faveur de la prise du pouvoir par le CMRN, Elhadj Somparé sera bombardé conseiller auprès du ministère de la réforme administrative et de la fonction publique (1984-1986). L’année suivante, il est désigné administrateur du palais des Nations, abritant les bureaux du Président de la République Lansana Conté, avant d’occuper pour deux autres années, le poste de recteur de l’université de Conakry.

De 1989 à 1990, il sera nommé coordinateur national du programme d’ajustement sectoriel de l’éducation (PASE) et parachuté l’année d’après au poste de secrétaire général du ministère de l’intérieur et de la décentralisation, (1990-1992).

Ces années passées, avec le capital d’expérience administrative et diplomatique, de connaissances du terrain, et sa vaste culture, il se lança avec réussite en politique et créa l’un des sept formations qui ont fusionné pour donner naissance au Parti de l’unité et du progrès dont il devient en 1995, le secrétaire général et patron du groupe parlementaire PUPP-PCN.

Sept ans après, le voilà monter au perchoir et devenir le dauphin constitutionnel (2002-2008). Son destin s’arrête dans le tumulte avec la prise du pouvoir par le CNDD et la dissolution de l’Assemblée nationale et des autres institutions républicaines.

Il reviendra devant la scène en 2010, en arborant les couleurs du PUP, appelé aussi le parti champion par les inconditionnels, à l’élection présidentielle. Depuis, jusqu’à sa mort, rongé par la maladie et contre laquelle il s’est battu jusqu’à ce jour fatidique du 2 novembre. Ce colosse, teint d’ébène et pure Landouma, fils d’un Chef de village, Amara Somparé, laisse derrière lui une veuve et de nombreux enfants.

Pour la postérité, il a écrit deux ouvrages dont le dernier attend d’être publié par l’Harmattan Guinée très prochainement.

Ce dimanche, 5 novembre 2017, il sera inhumé dans son village de Dakonta, dans la région de Boké au milieu des siens. Guineematin.com et l’ensemble de son personnel, également affligés, prient pour le repos de l’âme de cet illustre disparu. Paix à son âme. Amen !

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS