Comme à l’accoutumée, le Président de la République, le professeur Alpha Condé a prononcé son discours de l’an hier, dimanche 31 décembre 2017. Peu avant, un reporter de Guineematin.com a rencontré à tout hasard certains citoyens de Conakry pour leur demander ce qu’ils attendent du Président lors de son adresse à la nation.

Moussa Soumah, marchand à Kipé, n’attendait pas grand-chose au chef de l’Etat. Il a d’ailleurs conseillé le Président Alpha Condé de demander pardon aux Guinéens pour ses nombreuses promesses non tenues. « On attend rien de son discours ! On demande seulement au Président de la République de demander pardon aux Guinéens parce qu’il avait fait trop de promesses sans les tenir. On ne veut plus entendre d’autres. Nous voulons qu’il fasse ses deux mandats et qu’il quitte le pays sans problème, sans pagaille. Il n’a qu’à présenter un discours de pardon parce qu’il a échoué sa mission. Sur ces nombreuses promesses, on n’a rien vu sur le terrain. Donc, il doit demander pardon aux citoyens pour les choses qu’il a dites à la télévision et qu’on n’a pas vues. C’est un échec pour le Président et ses ministres », a dit monsieur Soumah.

De son côté, Alhousény Camara, agent technique résident à Nongo attendait l’annonce du démarrage économique du pays. « Nous attendons de son discours un progrès. Déjà, en 2017, il a fait beaucoup de progrès et d’innovations pour le démarrage de ce pays. Avec tout ce qui a été fait en 2017, ça peut nous donner l’espoir pour le nouvel an 2018. Il y a d’autres projets qui verront le jour. Nous formulons tous nos veux pour que ces projets de 2018 nous trouvent en vie et que la Guinée avance pour le bonheur de tous », a dit monsieur Camara.

Quant à Cheik Mounir Cissoko, entrepreneur de son état, attendait que le Président Alpha Condé accentue son discours sur la formation dans tous les domaines. « En Guinée, tout est prioritaire ! Pour nous permettre de remonter le défi, le discours doit être basé sur la formation au niveau de tous les domaines. Et, pour cela, il faut mettre les moyens nécessaires pour cette formation. Le Président parle souvent de la jeunesse et des femmes ; mais, si ces deux couches ne sont pas formées, on ne peut pas aller de l’avant. Et si un budget est mis pour la formation, il faudrait qu’il y ait un suivi pour nous permettre d’aller de l’avant. Pour être un pays émergent, il faudrait mettre un accent particulier sur la formation et la sécurité », a dit monsieur Cissoko.

Pour sa part, Baïlo Bah, enseignant, attendait l’annonce de la concrétisation de toutes les promesses antérieures faites par le Président. « J’attends de son discours qu’il prenne des dispositions concrètes pour la réalisation de tous les projets qu’il a montés. Il y a eu beaucoup de promesses comme les chemins de fer, les routes, la qualification des études, la prise en charge des enseignants ; mais, aucune de ses promesses n’a été réalisée. Donc, j’attends de lui l’annonce de la réalisation de toutes ses promesses ».

Enfin, Alpha Oumar Diallo, sociologue et écrivain, souhaitait surtout que ce discours du nouvel an soit une opportunité pour le Président de « lancer ou propulser des belles initiatives pour le développement de la Guinée afin de remonter le niveau de vie des populations ».

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin