Dans la soirée de ce mercredi 18 avril 2018, les conducteurs de moto-taxis ont pris d’assaut les rues de la commune urbaine de Siguiri. Une situation causée par la création d’un syndicat dissident. Ces dissidents ne veulent ni plus ni moins que leur officialisation. Le préfet a aussitôt décidé de suspende la structure, a constaté sur place Guineematin.com, à travers son correspondant dans la préfecture.

Depuis le lundi 16 avril, rien ne va plus entre le bureau Taxi Moto Siguiri (TMS) et le syndicat dissident, appelé Camarala Transport. Les syndicats dissidents réclament leur officialisation sur le terrain alors que l’autre y est fermement opposé.

Ce mercredi, aux environs de 15 heures, les dissidents ont pis d’assaut les rues avant d’être dispersés par la police qui a procédé à des arrestations. Aussitôt, le préfet Elhadj Ibrahima Khalil Keita a convoqué une réunion de crise dans la salle de conférence de la préfecture de 16 heures à 17 heures.

Le préfet n’en peut plus de cette situation de pagaille créée par les motards : « depuis longtemps, on vivait à l’aise, sans problèmes. Camarala Transport est venu nous créer des problèmes. Sa première sortie, il y a eu des casses, sa deuxième sortie aussi, des casses. C’est pourquoi, je prends la décision de suspendre Camarala Transport à Siguiri et j’ordonne d’arrêter toute personne qui va semer la pagaille en ville ».

Pour sa part, le président de Taxi Moto Siguiri  » TMS  » Bourlaye Diallo va accuser le camp adverse de lui avoir causé d’énormes préjudices après la bagarre de lundi. « Ce jour, j’avais une somme de 22 millions de FG au bureau, ils sont venus tout prendre et tous les dossiers ont été mis à sac. J’ai fait appeler un avocat ».

Il faut signaler que les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation de 10 conducteurs de taxi moto dans le camp de Camarala Transport.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin