image d’archive

L’éboulement des mines artisanales est un phénomène très récurent dans la sous-préfecture de Doko, située à soixante dix (70) kilomètres de la commune urbaine de Siguiri. Ces accidents meurtriers surviennent le plus souvent en période d’hivernage et ont fait plus de cinquante (50) morts cette saison, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Ils sont nombreux des chefs de familles, des jeunes et des femmes à perdre la vie à la recherche du bonheur dans les mines d’or de Siguiri, notamment à Doko.

Le secrétaire administratif de la Croix-Rouge de Doko a rendu public un rapport des éboulements survenus à Doko en période d’hivernage. Selon Djanko Dansoko, au moins cinquante (50) personnes ont péri dans des éboulements survenus pendant la période d’hivernage.

« L’éboulement des mines est fréquent en période d’hivernage. C’est un moment où la terre est humide. Cette année, depuis la première pluie jusqu’à maintenant, nous avons enregistré 50 personnes tuées dans les éboulements. Ce chiffre est petit par rapport au nombre exact, car il y’a eu beaucoup d’éboulements dont on n’a pas été saisis. Nous sommes saisis lorsque la victime est dans un trou plus profond ou les victimes sont nombreuses », a fait remarquer monsieur Dansoko.

Malgré les multiples campagnes de sensibilisation et les mesures d’interdiction de certaines mines, les citoyens continuent de prendre des risques à la recherche du bien-être. Des risques qui leurs sont souvent fatales.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin