La Guinée a célébré le lundi dernier, 29 octobre 2018, la journée nationale de lutte contre l’insécurité maritime. Une occasion mise à profit par le Colonel N’Famara Diomandé, le préfet maritime, pour annoncer une lutte sans merci contre les bandits qui opèrent dans les eaux guinéennes.

A cette cérémonie, plusieurs acteurs impliqués dans le secteur de la pêche, se sont donnés rendez-vous dans la salle du 28 septembre du Palais du peuple pour discuter des voies et moyens à mettre en œuvre pour consolider la sécurité des personnes et leurs biens en mer, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

D’entrée de jeu, le préfet maritime, le Colonel N’Famara Diomandé a souligné l’importance de ce thème portant sur « la sécurité maritime », qui interpelle tous les acteurs de la mer puisque, dit-il, « la sécurité en mer devient une préoccupation pour tous les Etats membres à cause de son impact sur l’économie et la paix mondiale ». Le Colonel Diomandé a salué aussi bien l’engagement que le soutien du ministère de la défense nationale pour la sécurité des activités en mer.

Après avoir souligné la construction en Guinée de nouveaux ports, le patron de la préfecture maritime déplore les attaques de navires perpétrées par des bandits armés dans la rade du port de Conakry. Le dernier cas remonte au 17 septembre dernier. Pour éradiquer ce fléau, l’officier sollicite la conjugaison de tous efforts et souhaite que la justice applique des peines conséquentes sur les délinquants en vue de décourager les candidats à la piraterie.

Ce fut aussi l’occasion pour lui de saluer la prompte réaction des pêcheurs qui ont appelé le centre opérationnel maritime au numéro vert « 19 », pour signaler la présence des navires de pêche chinois arraisonnés la semaine dernière à Coyah.

Présente à la cérémonie, la Présidente de la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale, Honorable Hadja Djéné Saran Camara, a souligné que l’une des principales préoccupations des autorités guinéennes est la réforme du secteur de la défense et celui de la sécurité. Djéné Saran Camara dénonce pour autant la persistance des risques et menaces sur l’espace maritime guinéen.

« Les brigands utilisent les pirogues et prennent le départ dans les débarcadères pour aller faire des attaques », a-t-elle regretté avant de promettre l’accompagnement du Parlement pour l’aboutissement de toute initiative légale et règlementaire visant le renforcement de la sécurité maritime en Guinée.

De son côté, le coordinateur régional des débarcadères de Boké, Morlaye Foté Soumah, visiblement remonté, a condamné la présence de pêcheurs étrangers dans la zone réservée aux pêcheurs locaux. « Ces chinois et coréens envahissent notre espace de pêche et après capture, ils laissent de petits poissons aux guinéens. Actuellement, les pêcheurs de Boké sont en colère contre ces gens et ils veulent même se révolter », a-t-il expliqué.

A noter que cette journée consacrée à la lutte contre l’insécurité maritime, a enregistré la présence de nombreux acteurs comme le secrétaire général du ministère de la pêche, le directeur national de la marine marchande, le président de l’association guinéenne des consignataires maritimes, les commandants des régions opérationnelles maritimes et les chefs des débarcadères.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin