Onze des douze enseignants mis aux arrêts hier à Kankan sur ordre du préfet, ont été libérés vers la soirée du mercredi. C’est seulement le délégué scolaire de la sous-préfecture de Missamana qui n’a pas été relâché, pour, dit-on, avoir insulté le préfet de Kankan, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon Mamady 2 Kourouma, secrétaire administratif du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs) de Kankan, mis aux arrêts avec 11 autres, « nous avons été libérés dans la soirée d’hier, mercredi. C’est seulement Lanciné Sidibé, délégué scolaire de Missamana qui a passé la nuit dernière en détention. Nous autres, nous avons été libérés et nous avons tous passé la nuit à la maison ».

A la question de savoir les raisons du maintien en détention de Lanciné Sidibé, Mamady 2 Kourouma dit que le préfet l’accuse d’avoir tenu des propos injurieux à son encontre. « C’est le préfet, Aziz Diop, qui dit que monsieur Sidibé l’aurait injurié. Mais, il n’en est rien. C’est une question que notre collègue a posé au préfet. Il lui a demandé : si nous sortons la prochaine fois, est-ce que vous allez nous tabasser ? Ce sont ces propos qui ont choqué le préfet et qui peuvent justifier sa détention ».

Le secrétaire administratif du SLECG dit que lui et ses amis vont se rendre ce jeudi, 1er novembre 2018, à la préfecture pour exiger la libération de Lanciné Sidibé, délégué scolaire de Missamana.

Pour rappel, après le gel des salaires des enseignants grévistes, ceux de Kankan ont voulu manifester leur mécontentement. Mais, le préfet a vite fait de les mettre aux arrêts. Motif invoqué ? Aucune information préalable n’avait été faite par les manifestants vis-à-vis des autorités.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin