A l’image de leurs collègues des autres régions du pays, les forces armées de Boké ont célébré ce jeudi, 1er novembre 2018, le 60ème anniversaire de la création de l’armée guinéenne. Les hommes en uniforme ont mis l’occasion à profit pour rendre hommage à leurs devanciers qui se sont mis au service de la Guinée dès après son accession à l’indépendance, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

C’est en présence des autorités civiles et militaires de la ville que cette cérémonie s’est déroulée dans les locaux du Bataillon Autonome de Boké. En célébrant ce 60ème anniversaire de la création de l’armée guinéenne, les membres des forces de défense et de sécurité en service dans la région, ont tenu à rendre hommage aux précurseurs de l’armée guinéenne.

Le colonel Sékouba Camara, commandant du Bataillon Autonome de Boké, a exprimé leur reconnaissance des efforts consentis par ceux qui se sont mis au service de la Guinée dès après son accession à l’indépendance : « Nous sommes restés reconnaissants à l’égard de nos devanciers. Ils ont abandonné tout dans l’armée française, une fois le pays indépendant, pour rebrousser chemin et venir bâtir la jeune armée de la Guinée », a-t-il dit.

Cette cérémonie a été rehaussée justement de la présence de l’un des précurseurs de l’armée guinéenne. Il s’agit du commandant Bademba Diallo qui a participé à la création de l’armée nationale de Guinée et qui est aujourd’hui le président du bureau régional des anciens combattants de Boké. Pour lui, cette armée a connu vraiment des mutations de 1958 à nos jours.

« Il y a une différence entre notre temps et maintenant. Nous, on était habitués à cette obéissance directe. Quand ont dit va là-bas, on ne demande pas pourquoi, on exécute directement. Mais, maintenant comme il y a la démocratie qui vient un peu, il y a une différence », a témoigné le doyen.

De son côté, le Gouverneur de la région administrative de Boké, lui-même militaire de profession, a mis cette occasion à profit pour revenir sur quelques défis actuels de l’armée guinéenne. « Boké qui est une zone économique spéciale, est vulnérable. Aujourd’hui, les défis, ce sont les attaques rebelles, les attaques Djihadistes qu’il faut craindre. Parce que ça n’arrive pas qu’aux autres. Ce qui est arrivé en côte d’Ivoire, ce qui est arrivé au Burkina ou encore au Mali voisin, peut arriver en Guinée. Il faut que l’armée guinéenne puisse prendre sa responsabilité », a lancé le Général de brigade Siba Severin Lohalamou.

A noter que cette cérémonie a été marquée aussi par des défilés militaires et paramilitaires et des pièces de théâtre organisés dans les locaux du Bataillon Autonome de Boké.

Depuis Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel : 628 98 49 38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin