Le sit-in des enseignants appelé par le SLECG dans tout le pays n’a pas eu lieu ce lundi, 12 novembre 2018 dans la commune de Kaloum, à Conakry. Le mouvement a été empêché par les forces de l’ordre déployées devant la DCE de Kaloum, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Le bras de fer se poursuit bien entre le gouvernement guinéen et le SLECG. Le syndicat qui a appelé à la grève des enseignants qui paralyse les écoles du pays depuis un mois et demi, a appelé à des sit-in ce lundi, 12 novembre 2018 devant toutes les DPE et DCE du pays. Cela, pour protester contre le gel des salaires des enseignants grévistes au compte du mois d’octobre.

Mais, les enseignants se sont, une fois encore, heurtés sur la fermeté des autorités du pays, notamment dans la commune de Kaloum qui abrite le centre administratif et des affaires de Conakry. Très tôt ce lundi, un important dispositif sécuritaire a été déployé devant la Direction Communale de l’Education pour empêcher tout rassemblement sur les lieux. Ceux qui ont tenté d’aller manifester à ce niveau ont été très vite dispersés.

Ces sit-in appelés partout dans le pays étaient une occasion pour le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée d’exiger le dégel des salaires des enseignants grévistes, mais aussi d’augmenter la pression sur le gouvernement pour espérer obtenir gain de cause par rapport à sa revendication relative à l’augmentation du salaire de base des enseignants à 8 millions de francs par mois. Mais, cette autre stratégie ne semble ébranler les autorités guinéennes qui maintiennent leur position de fermeté face aux enseignants.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel: 620213977

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin