Les fidèles chrétiens vont célébrer la fête de Pâques dans moins de quarante huit (48) heures. À cause de cette pandémie du Coronavirus qui sévit en Guinée et de l’état d’urgence sanitaire en cours, cette fête ne sera pas célébrée comme d’habitude. Les chrétiens se contenteront de suivre la messe à la télévision nationale. L’annonce en a été faite par le Père Moïse Tinguiano, curé de la paroisse Saint Augustin de Taouyah, dans la commune de Ratoma, à l’occasion d’un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com dans la journée de ce vendredi, 10 avril 2020.

L’épidémie du Covid-19 a semé la mort à travers le monde tout en bouleversant les habitudes. La Guinée, qui compte au moins 192 cas confirmés positifs, a pris une batterie de mesures pour rompre la chaîne de contamination. C’est dans cette dynamique que les frontières, les lieux de culte et autres écoles sont fermées. La mesure a été reconduite pour 21 jours.

C’est dans cette conjoncture inédite que s’annonce la fête de Pâques, marquant chez les chrétiens la résurrection du Christ. Les fidèles chrétiens ne pourront pas aller à l’église ce dimanche comme le veut la tradition.

Père Moïse Tenguiano, curé de la paroisse saint Augustin de Taouyah

Selon le Père Moïse Tenguiano, curé de la paroisse saint Augustin de Taouyah, comme les autres églises du pays, sa paroisse ne va pas accueillir les fidèles à l’occasion de cette fête. « Pâques veut dire passage de la mort à la vie, après 40 jours de privation dans le désert, le seigneur qui meurt et ressuscite le dimanche. Donc, la fête de Pâques est la plus grande fête chrétienne. C’est une grande fête qui connaît l’engouement. Habituellement, surtout la dernière semaine qu’on appelle la semaine sainte, après la célébration du dimanche des rameaux, nous célébrons la rentrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Habituellement les fidèles se retrouvent à l’église pour prier. Cette année, nous ne pouvons pas le faire puisque les églises sont fermées pour cause d’épidémie. Donc, nous nous servons de vous. Nous allons nous service de la télévision nationale où nous allons passer des célébrations et les gens vont suivre cela comme s’ils étaient à la messe », a-t-il expliqué.

Le leader religieux a dit toute sa tristesse par rapport à l’interdiction de célébrer les fêtes religieuses en public. Toutefois, le Père Moïse Tenguiano est conscient que la santé des fidèles est primordiale. « Ce n’est pas la joie qui est là parce qu’en tant que prêtre, je suis coupé de mes fidèles. C’est déjà difficile à comprendre. Je ne peux pas célébrer cette grande fête avec les fidèles chrétiens, c’est une souffrance terrible, c’est une croix que nous sommes en train de porter. C’est le monde entier qui est en train de porter cette croix là. Mais, nous confions tout cela à Dieu. Mais comme on le dit, prévenir vaut mieux que guérir, c’est pour notre bien. Si on prend les mesures de prévention, c’est pour que nous puissions sortir de cette crise fort parce qu’il y a beaucoup de mesures qui vont bouleverser notre comportement, donc notre vivre ensemble. C’est donc le moment intense pour nous les prêtes de prier encore beaucoup plus, d’intercéder pour ce peuple pendant ce moment », a indiqué le curé de la paroisse saint Augustin de Taouyah.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin