Entre octobre 2019 et juillet 2020, au moins 50 personnes ont été tuées lors de différentes marches contre le changement de constitution et lors de protestations en faveur de meilleures conditions de vie, et contre les méthodes d’application de mesures restrictives liées à la lutte contre la pandémie de Covid-19. Des dizaines d’autres ont été blessées, certaines vivant depuis avec un handicap.

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin