Ibrahima Koné, sous-préfet de Gouécké

On en sait un peu plus sur l’incendie des installations de vaccination contre Ebola survenu hier, vendredi 5 mars 2021, dans la sous-préfecture de Gouécké (N’Zérékoré), l’épicentre de la maladie. Joint au téléphone par le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré, le sous-préfet de Gouécké, Ibrahima Koné, a donné des précisions sur cette situation. Selon lui, c’est un militaire en colère qui est l’instigateur de ces violences.

« C’est un militaire nommé Alice Haba, en service à Dabola, qui est à l’origine de cet acte. Sa sœur qui était malade d’Ebola est décédée ce matin à N’Zérékoré. Maintenant, il dit qu’on ne lui a pas annoncé officiellement la mort de sa sœur, et que c’est l’hôpital et le sous-préfet qui ont provoqué la mort de sa sœur. C’est pourquoi, il a décidé de venir incendier les locaux de la sous-préfecture et les installations qui sont ici.

Il a mobilisé des enfants et a pris de l’essence pour venir à la sous-préfecture. Quand ils sont arrivés, j’étais arrêté en face de la sous-préfecture avec un ami. Ils ont mis de l’essence sur la tente (où se fait la vaccination contre Ebola) et ont mis le feu. Quand nous sommes venus vers eux, ils ont pris la fuite pour rentrer dans les quartiers », a expliqué M. Ibrahima Koné.

Pour l’heure, il n’y a eu aucune interpellation à la suite à l’incendie de ces installations qui abritent la vaccination contre l’épidémie d’Ebola. Selon le sous-préfet de Gouécké, le militaire qui est identifié est un sujet contact. Il faudrait attendre donc que les agents de sécurité soient vaccinés pour qu’ils puissent procéder à son interpellation.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : + 224620166816/666890877

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin