Décret : voici les mission et attributions du ministère de l’Environnement et du développement durable

Quelle est la mission confiée au ministère de l’Environnement et du développement durable dans le gouvernement de transition ? Le président de la Transition, Colonel Mamadi Doumbouya, l’a rendue publique à travers un décret publié jeudi soir, 20 janvier 2022.

Ce décret, que Guineematin.com vous propose de lire ci-dessous, parle également des attributions et de l’organisation du département.

Mission et attributions

Article 1: le ministère de l’Environnement et du Développement Durable a pour mission la conception, l’élaboration et la mise en œuvre de la politique du gouvernement dans les domaines de l’Environnement et du Développement Durable et d’en assurer le suivi.

A ce titre, il est particulièrement chargé d’élaborer la législation et la réglementation en matière de protection de l’environnement et de gestion rationnelle du capital naturel et de veiller à leur application,

– d’élaborer des politiques et des stratégies de sauvegarde de l’environnement, de gestion durable des ressources naturelles renouvelables, de l’assainissement du cadre de vie  et de  veiller à leur mise en œuvre.

-de veiller à la prise en compte, des principes de protection de l’environnement et de préservation du capital naturel dans les politiques sectorielles

– de veiller à la stabilité écosystémique des bassins versants et à la qualité des ressources en eau

– de promouvoir la gouvernance environnementale

– de veiller à la qualité du cadre de vie des populations urbaines et rurales

– d’envisager toute mesure visant à prévenir et à réduire les risques écologiques

 – de veiller à la prévention et la réduction des risques de catastrophe

– de contribuer à la préparation à la riposte et au relèvement face à la catastrophe

– de lutter contre la fraude dans le domaine de l’environnement

– de lutter contre la criminalité en collaboration avec les parties prenantes

 – de lutter contre toutes les formes de pollution de nuisance et de dégradation de l’environnement

– de promouvoir l’adaptation, l’atténuation et la résilience face aux effets du changement climatique

– de promouvoir des bonnes pratiques environnementales dans les actions sectorielles du développement en milieu urbain et rural

– de promouvoir et de développer la coopération sous régionale, régionale et internationale dans le domaine de l’environnement et du développement durable

– d’accompagner les ministères sectoriels dans l’atteinte  des objectifs des développements durables dans leurs domaines respectifs.

–  de participer aux négociations des accords bi et multilatéraux le sur l’environnement

– de coordonner la mise en œuvre des accords bi et multilatéraux le sur l’environnement auxquels la Guinée est partie prenante

– d’assurer la mobilisation de ressources nécessaires à la réalisation des activités environnementales et de préservation du capital naturel et promouvoir des actions de recherches, d’éducation et de vulgarisation dans le domaine de l’environnement et de préservation du capital naturel pour le développement durable

– d’émettre des avis techniques sur la faisabilité des programmes et projets de développement socioéconomique

-de délivrer les autorisations environnementales

-de veiller à la préservation des écosystèmes et à la conservation durable de la diversité biologique

-de veiller à la hiérarchie d’atténuation des impacts négatifs

-éviter, réduire  et compenser dans tous les projets développement

-de promouvoir le genre et équité dans les activités du ministère

-de participer aux rencontres, colloques, conférences, séminaires et fora sous régionaux, régionaux et internationaux dans les domaines de compétence du ministère

Chapitre 2: organisation

Article 2: pour accomplir sa mission,  le ministère de l’Environnement et du Développement Durable comprend : un secrétaire général,  un cabinet et des services d’appui,  des directions nationales, une direction générale, des services rattachés, des organismes publics autonomes, des programmes et des projets publics,  des services déconcentrés et des organes consultatifs.

Article 3 : le cabinet du ministre comprend : un chef de cabinet,  un conseiller principal, un conseiller juridique, un conseiller en charge de l’environnement, un conseiller en charge du développement durable, un conseiller chargé de mission, un attaché de cabinet

 Article 4 : les services d’appui sont :

L’Inspection générale, le Bureau de Stratégie et de Développement (BSD),  le service des affaires juridiques, la division des ressources humaines,  la division des affaires financières,  le contrôleur financier, la personne responsable de passation des marchés publics, le centre des ressources documentaires,  le service de modernisation des systèmes d’information, le service communication et relations publiques,  le service hygiène santé et sécurité, le service genre et équité,  le service accueil et information,  et  le secrétariat central.

Article 5 : les directions nationales sont: la direction nationale de pollution, nuisance et changement climatique, la direction nationale des forêts, la faune, la direction nationale de l’assainissement et du cadre de vie

Article 6, la direction générale est la direction des conservateurs de la nature

Article 7: les services rattachés sont : le centre national de surveillance et d’observation environnementale, le centre national de protection du milieu marin et des zones côtières, le centre national de gestion de catastrophe et des urgences environnementales, le centre de restauration et d’aménagement intégré du massif du fouta djallon, le laboratoire d’analyse environnementale

Article 8 : les organismes publics autonomes sont : l’agence guinéenne d’évaluation environnementale, l’agence guinéenne de la promotion de la technologie du bio digesteur, l’officier guinéen des parcs nationaux et de réserve de faune, l’office guinéen du bois, chambre de gestion de l’environnement des monts nimbas, simandou, le centre forestier de N’zérékoré, le fonds de l’environnement et du capital naturel

 Article 9 : les programmes et projets publics sont ceux initiés dans les domaines d’intervention spécifique du ministère notamment le programme de restauration et de réhabilitation de deux millions d’hectares des zones forestières dégradées d’ici 2030 dans le cadre du défi de bône, le projets de gestions des ressources naturelles, minières et environnementales, le projet d’actualisation des actes de classement, de matérialisation des limites et d’inventaires du potentiel des ressources fauniques et floristiques des domaines protégés, le projet de renforcement de la résilience des capacités de communauté locale vulnérable face au changement climatique, le projet de renforcement de la résilience et de l’adaptation des communautés les plus vulnérables au changement climatique en Guinée Forestière, le projet de gestion intégrée des ressources naturelles du paysage du Bafing falémé, les projets d’appui pour préservation des écosystèmes forestiers dans la région des monts nimbas, le projet d’appui au tourisme bleu dans les aires protégés marines et côtières par la mise en place du circuit des conditions d’accueil et d’hébergement, le projet de recyclage des déchets électriques, électroniques et pneumatiques.

Article 10 : les services déconcentrés sont:

Les inspections  régionales de l’Environnement et Développement Durable, les directions préfectorales de l’Environnement et Développement Durable, les directions communales de la de l’Environnement et Développement Durable, de la ville de Conakry. Les services sous-préfectoraux l’Environnement et Développement Durable,

Article 11: les organes consultatifs sont :

-Le conseil national de l’Environnement et Développement Durable, l’autorité nationale désignée du fonds vert pour le climat, le conseil national de gestion de produits et substances chimiques, le comité national sur les changements climatiques, le conseil de discipline.

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS