Assainissement à Matam : Julien Yombouno déplore l’insuffisance des moyens déployés

La première journée civique d’assainissement instituée par le gouvernement a eu lieu ce samedi, 6 août 2022, notamment dans la capitale guinéenne. Dans la commune de Matam, des membres du gouvernement et les élus locaux ont rivalisé d’ardeur dans la campagne en vue d’inciter davantage les citoyens à s’approprier de la démarche. Au terme des activités, Julien Yombouno, le ministre de la Fonction publique, interrogé par un reporter de Guineematin.com, a dit sa satisfaction face aux activités réalisées, même si les moyens n’étaient pas à la hauteur des ambitions.

De Boussoura à Coléah, en passant par Madina corniche, le grand marché de Madina et d’autres endroits insalubres, rien n’a été occulté par le maire de la commune de Matam, Ismaël Condé, et ses parrains du gouvernement.

On notait la présence de Mamoudou Nagnalen Barry (ministre de l’Agriculture), Julien Yombouno (ministre du Travail et de la Fonction publique) et Charlotte Daffé (ministre de la Pêche et de l’Economie maritime). Partout, Ismaël Condé et ses hôtes ont visité les zones dites critiques où les citoyens étaient mobilisés pour débarrasser leurs quartiers des tas d’immondices et curer les caniveaux malgré des moyens limités.

Au terme de leur tournée dans la commune, le doyen des ministres affectés dans ladite commune, a dressé le bilan. Pour Julien Yombouno, la mobilisation des citoyens était sans faille bien qu’ils soient dépourvus de moyens suffisants.

« Nous avons vu une mobilisation satisfaisante. La commune a su massivement mobiliser les citoyens, pas comme on le souhait. Mais néanmoins, ils ont pu mobiliser beaucoup de gens qui ont pu faire ce qu’ils pouvaient parce qu’il n’y a pas de moyens. On sait qu’ils se sont préparés, mais malheureusement les moyens essentiels pour faire ce travail n’étaient pas là. Les camions étaient insuffisants, même les matériels de base : les brouettes, les pelles, les râteaux et autres. Imaginez que pour chaque carré, c’est une brouette et quelques deux pelles. ça peut faire quoi ? Pas grand-chose. Ces citoyens de la commune ont procédé donc à la collecte, ils ont fait des tas d’immondices, malheureusement on n’arrive pas à les enlever. Néanmoins, il y a trois points critiques et ça, il n’y a rien à faire, on va mettre les bouchées doubles pour que les tas d’ordures mis au niveau de ces trois points critiques, notamment à Coléah Imprimerie, à Madina et autres puissent être enlevés dans le meilleur délai d’ici demain au plus tard », a dit monsieur Yombouno.

Julien Yombouno, ministre du travail et de la fonction publique

 Par ailleurs, le ministre a indiqué que le gouvernement va adapter sa stratégie au plan déjà existant dans la commune de Matam. « Ils ont un plan d’assainissement de leur commune. Ce plan, ils vont le partager avec nous, on va l’actualiser parce qu’ils disent que ça existe depuis trois ans, on va les accompagner en tant que membres du gouvernement désignés pour cette commune. Nous allons être avec eux. C’est eux qui connaissent mieux leur commune. Donc, tout ce qu’il faut pour rendre propre la commune de Matam, nous sommes à l’écoute, nous sommes à leur disposition. Et on a demandé que tous les constats faits aujourd’hui, qu’ils mettent ça dans un document pour faire le diagnostic : ce qui a marché et ce qui n’a pas marché et qu’est-ce qu’il faut pour que ça marche dans les mois à venir ».

En outre, Julien Yombouno a félicité la mairie de Matam avant de promettre d’agir pour l’atteinte des objectifs, à savoir l’implication totale des citoyens dans le processus. « Je félicite les membres du conseil communal, les citoyens qui ont eu le temps en participant de façon bénévole à cet exercice. Et, ils peuvent compter sur nous, comme nous nous comptons sur eux. Notre mobilisation sur le terrain en tant que membres du gouvernement est un signal fort que nous envoyons vers les uns et les autres. Il faut une grosse campagne de communication pour sensibiliser les citoyens à défaut de nettoyer, qu’ils ne salissent pas. On ne peut pas venir en tant que membres du gouvernement, les secrétaires généraux des départements et maires nettoyer devant notre porte pendant que nous sommes assis or, c’est nous qui salissons. Donc, nous demandons aux citoyens, au-delà de toutes les différences, de se mobiliser pour assurer le nettoyage et la propreté de notre environnement et de notre habitation ».

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tél. : 626-66-29-27

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS