Guinée : « nous avons besoin d’aller au dialogue, mais pas avec un couteau à la gorge » (RPG/AEC)

0

Le dialogue politique inter-guinéen, boudé par les principales coalitions du pays, continue de polariser les débats. Le RPG Arc-en-ciel dénonce toujours les « petits » partis qui pensent tirer profit du retrait des « grands » et les raisons du refus de participer au dialogue. C’était à l’occasion de son assemblée générale hebdomadaire tenue ce samedi, 26 novembre 2022, à son siège à Conakry, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Tout comme le FNDC Politique (UFR/ MoDeL) et l’ANAD (UFDG et alliés), le parti d’Alpha Condé a décidé de bouder le dialogue politique qualifié d’inclusif. Ce samedi, le RPG-AEC en a donné les principales raisons. C’était en présence de plusieurs cadres du parti : Marc Yombouno, Lansana Komara, Dr Sékou Condé, M’Bani Sangaré…

Prenant la parole, Lansana Komara, ancien ministre secrétaire général du gouvernement sous le régime Alpha Condé, a fustigé les « petits » partis politiques qui ont pris part à ce cadre de dialogue. « Aujourd’hui, il y a des partis qui s’agitent parce que la situation est telle. Ils s’agitent, mais on sait dans ce pays qui est qui, et quels sont les grands partis. Donc, ils pensent qu’avec ce coup d’État, il y a un couloir qui est ouvert pour eux et que c’est fini, ils accèdent au pouvoir. Ils se trompent. Ils ne connaissent pas le pouvoir, ils ne connaissent pas la politique. Le pouvoir ne s’obtient pas de cette façon », a dit monsieur Komara.

Lansana Komara, secrétaire administratif du RPG-Arc-en-ciel et ancien ministre

Parlant du cadre du dialogue auquel son parti n’a pas pris part, l’ancien ministre dit que c’est impossible d’aller au tour de la table avec un couteau à la gorge. « Comment pouvez-vous aller au dialogue si vous avez le couteau à la gorge ? Nous avons besoin d’aller au dialogue, mais pas avec un couteau à la gorge. On te met le couteau à la gorge et on te dit parle. Qu’est-ce qu’on va dire le couteau étant à la gorge ? C’est pourquoi nous avons demandé dans un premier temps de nous enlever le couteau à la gorge et nous permettre de discuter sereinement avec nos autorités, avec tous ceux qui sont opposés à notre point de vue pour que nous puissions vraiment aller vers une vie Constitutionnelle normale. C’est ce que nous avons demandé. Mais jusqu’à présent, ce couteau est à la gorge. On ne sait pas quand est-ce ils vont nous égorger. C’est quoi ce couteau ? Si on arrête nos responsables, on les met en prison, ça fait maintenant 8 mois qu’on ne dit rien, et ils sont là. Il y en a d’autres qui sont en exil. C’est ça qu’on appelle le couteau à la gorge. Et on vous dit maintenant : venez on va parler, on va régler tout autour de la table. Est-ce que ça c’est possible ? », s’est-il interrogé.

C’est pourquoi Lansana Komara a réclamé la libération des cadres du pari qui sont en prison. « Nous ne sommes pas contre le dialogue. Au contraire, nous sommes les demandeurs de dialogue depuis très longtemps. Nous sommes des responsables, des militants qui suivent la voie du Pr Alpha Condé. Mais dialoguer pour dialoguer, nous pensons que ça n’a pas de sens pour le moment. Nous avons besoin de voir nos compagnons parmi nous dans la salle de dialogue pour discuter de l’avenir de notre pays. Cet extrêmement important. Si des gens sont arrêtés pour des délits qui n’ont pas de preuves, la loi voudrait qu’ils soient purement et simplement libérés. Et c’est ce que nous demandons toujours et nous continuons à demander ça. Nous avons bon espoir que notre cri de cœur tombera dans de bonnes oreilles pour que les guinéen se retrouvent le plus rapidement possible au tour de la table. La main du quatuor reste toujours tendue pour que nous puissions nous retrouver au tour de la table. Quand je dis quatuor, très bientôt, il y a d’autres partis politiques qu’on appelle les Forces politiques qui vont s’ajouter à nous », a-t-il déclaré.

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com