N’Zérékoré : Fassou Goumou, dissident du RPG Arc-en-ciel, libéré

16 novembre 2019 à 11 11 03 110311
Fassou Goumou

Au lendemain de son interpellation, Fassou Goumou, ex-conseiller communal qui a démissionné du RPG Arc-en-ciel pour rejoindre le FNDC, a recouvré sa liberté. Il a été libéré dans la soirée d’hier, vendredi 15 novembre 2019, et a regagné son domicile, a constaté Guineematin.com à travers son correspondant dans la préfecture.

Le riche opérateur économique a été mis aux arrêts jeudi soir. Il a passé une nuit et une journée avant d’être remis en liberté. Même si les raisons de son interpellation n’ont pas été révélées, les ennuis de Fassou Goumou seraient liés à sa démission de toutes les instances du parti au pouvoir et de son poste de conseiller communal.

Certaines indiscrétions laissent entendre aussi que les autorités le soupçonnaient de vouloir saboter le meeting que le président Alpha Condé va animer ce samedi, 16 novembre, à N’Zérékoré.

Vendredi matin, plusieurs jeunes, révoltés par l’arrestation de Fassou Goumou se sont retrouvés pour discuter d’éventuelles manifestations de rue pour exiger sa libération. Ils avaient même rencontré les sages de la ville, opposés à toute perturbation à N’Zérékoré, pour demander leur implication dans le dossier.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Lire

Arrestation de Fassou Goumou, démissionnaire du RPG-AEC : menace de manifestation à N’zérékoré

15 novembre 2019 à 10 10 05 110511
Fassou Goumou

Après sa démission du parti présidentiel (RPG arc-en-ciel) et son ralliement au front national pour la défense de la Constitution (FNDC), Fassou Goumou, conseiller communal à la mairie de N’zérékoré, a été arrêté et a passé sa première nuit de détention au commissariat urbain de N’zérékoré, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans cette préfecture.

Les ennuis de cet opérateur économique et conseiller communal sont partis de sa démission du parti du président Alpha Condé, le RPG arc-en-ciel, et son appel à la population de bouder la réception du président de la République à N’Zérékoré. Fassou Goumou a été arrêté dans la soirée d’hier, jeudi 14 novembre 2019, et conduit au commissariat central par des agents des services de sécurité de N’zérékoré.

Selon un de ses proches, qui s’est confié au correspondant local de Guineematin.com, des agents de la police sont allés au domicile de Fassou Goumou pour le chercher. Mais, il n’y était pas. Après avoir appris cette information de son entourage, le conseiller communal a alors décidé de se rendre lui-même au commissariat central pour s’informer. « Et, c’est quand il est parti au commissariat qu’il a été arrêté et conduit en détention », nous précise-t-on.

Mais, l’ancienne tête de liste du RPG arc-en-ciel aux dernières élections communales ne manque pas de soutien à N’zérékoré. Dans la matinée de ce vendredi, 15 novembre 2019, plusieurs jeunes ont appelé à des manifestations pour exiger sa libération. Actuellement (9 heures), ces jeunes sont reçus par les sages qui ne souhaitent pas des perturbations dans la ville.

A suivre !

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Lire

Siguiri : des jeunes en colère ferment le siège du RPG Arc-en-ciel

7 novembre 2019 à 17 05 55 115511

Plusieurs jeunes en colère ont manifesté ce jeudi, 07 novembre 2019, à Siguiri. Ils protestaient contre les responsables des différentes sections du RPG Arc-en-ciel de la commune urbaine, accusés de corruption et de favoritisme, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Les manifestants ont envahi le siège local du RPG Arc-en-ciel. Ils ont fermé le local et ont campé sur les lieux. Ces jeunes dénoncent les agissements de la commission mise en place par les secrétaires généraux des 8 sections du parti au pouvoir dans la ville de Siguiri. Cette commission est chargée de procéder au recrutement des travailleurs locaux pour la société minière SAG, basée dans la préfecture. Mais, ses membres sont accusés de corruption et de favoritisme dans son travail.

« Lorsque le RPG Arc-en-ciel avait 4 sections dans la commune urbaine de Siguiri, les 4 secrétaires généraux avaient mis en place une commission qui travaillait bien. Mais, après la restructuration du parti qui est passé à 8 sections ici, les secrétaires généraux de ces 8 sections ont décidé de dissoudre la commission qui était là pour mettre en place une autre sans associer la jeunesse.

Aujourd’hui, les jeunes soupçonnent les membres de cette commission de favoritisme et de corruption dans le recrutement. C’est ce qui est à l’origine de cette manifestation », explique Bakary Keita, secrétaire général de la jeunesse de Bolibana 1.

Peu après le début de la manifestation, la CMIS est intervenue pour disperser les protestataires et ouvrir les portes du siège du RPG Arc-en-ciel. Actuellement, l’endroit est gardé par plusieurs agents de la police.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Agression de journalistes au parti d’Alpha Condé : Fodé Oussou condamne la barbarie du RPG

4 novembre 2019 à 7 07 53 115311
Ibrahima Sory Diallo, journaliste de Guineematin, agressé au siège du RPG (image Guinee360)

L’agression dont des reporters du site Guineematin.com et de la télévision privée Espace TV ont été victimes le samedi dernier, 02 novembre 2019, au siège du RPG Arc-en-ciel ne laisse pas indifférent Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG. L’opposant a dénoncé ce comportement barbare des membres d’un parti désorganisé et a apporté le soutien de son parti aux journalistes.

Décryptage !

Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG

« Je condamne avec la dernière énergie ce comportement barbare et insensé dont Ibrahima Sory Diallo de Guineematin.com et les journalistes d’Espace TV ont été victimes de la part des gens du RPG Arc-en-ciel, et j’apporte le soutien total et inconditionnel de l’UFDG à la presse guinéenne. Il faut rappeler à ces gens qu’on n’est pas dans la brousse, qu’on est dans une République. Ça veut dire que les règles doivent être appliquées, on doit laisser les journalistes faire leur travail. On ne doit pas les cataloguer.

Quand Ibrahima Sory écrit que monsieur Alpha Condé n’a pas tenu de discours au palais lors de son accueil, tout le monde a vu qu’il n’a pas tenu de discours. Et s’il n’a pas tenu de discours, certainement le président Alpha Condé n’était pas content de la mobilisation. D’ailleurs, quand on parle de mobilisation, il y a un fond et une forme. Est-ce que ceux qui se sont mobilisés l’ont fait volontairement ? Nous disons non.

Quand vous dépensez des milliards, vous mobilisez des bus et des minibus pour aller prendre des gens dans les quartiers de Conakry et dans certaines villes voisines, si monsieur Alpha Condé se rend compte que cette mobilisation a plutôt permis à des gens de se remplir les poches, il ne peut pas faire de discours. Evidemment s’il était content, il aurait fait un discours. S’il savait que ceux qui étaient là sont des militants, il allait certainement parler. Mais ce ne sont pas des militants, ce sont des clients. On leur a donné des t-shirts et des sommes d’argent pour qu’ils soient là.

Quand la dame de l’hôpital Donka écrit un courrier pour demander aux travailleurs d’aller là-bas, ce n’est pas la faute aux journalistes. Quand les fonctionnaires ont été réquisitionnés, ce n’est pas la faute aux journalistes. Si malgré tout cela il n’y a pas eu une foule compacte entre l’aéroport et le palais du peuple, ce n’est pas la faute aux journalistes. Les journalistes n’ont fait qu’un constat. Et c’est ce constat là que tout le monde connait.

C’est seulement eux qui peuvent être fiers d’une mobilisation comme ça. Parce que quand une mobilisation est faite en donnant de l’argent, ce n’est pas une mobilisation. Quand nous nous mobilisons, on ne donne pas un franc à quelqu’un. Même des élèves en tenue scolaire ont été sortis de l’école pour venir réceptionner le président. Si monsieur Alpha Condé voit ça, il ne peut pas être content. Ces milliards dépensés pouvaient régler les problèmes de routes, pouvaient construire des centres de santé, pouvaient payer la dette intérieure. Il ne faut pas oublier que la dette intérieure de la Guinée est énorme.

Mais ce que nous savons, ce que tout le monde sait, c’est que le RPG Arc-en-ciel est un parti désorganisé, qui n’a pas de structure. Si le parti avait un responsable, lorsqu’une situation comme ça arrive, la personne serait au moins sortie pour aller présenter des excuses à la presse et faire rentrer les journalistes. Mais, il n’y a pas d’excuses parce que personne n’est chef, c’est le désordre total, il n’y a pas eu de congrès depuis 1991 ».

Propos recueillis par Alpha Diallo pour Guineematin.com

Lire

Agression d’un reporter de Guineematin au siège du RPG : l’AGUIPEL annonce une réunion d’urgence

2 novembre 2019 à 15 03 29 112911
Ibrahima Sory Diallo de Guineematin.com, agressé au siège du RPG (image Guinee360.com)

L’agression d’Ibrahima Sory Diallo, journaliste-reporter au site d’informations Guineematin.com au siège du RPG Arc-en-ciel, ne laisse pas indifférente l’Association Guinéenne de la Presse En Ligne (AGUIPEL). Amadou Tham Camara, le président de l’organisation médiatique, a aussitôt réagi. Il condamne « avec fermeté » cette situation et annonce une réunion du bureau de l’association pour prendre une décision.

Amadou Tham Camara, président de l’Association Guinéenne de la Presse en Ligne (AGUIPEL)

« C’est véritablement la mort dans l’âme que nous avons appris l’agression d’un journaliste venu uniquement pour faire son travail. Nous condamnons avec la plus grande fermeté cette situation. Le bureau exécutif de l’AGUIPEL se retrouvera en réunion d’urgence le mardi prochain pour donner suite à cet événement qui, de toutes les façons, ne restera pas comme ça. Parce que nous avons déjà connu des violences au siège d’un autre parti politique par le passé, et nous avions alors pris les mesures qu’il fallait. Donc cette fois encore, le bureau se réunira le mardi pour prendre la décision la plus idoine », a dit Amadou Tham Camara.

A rappeler que le reporter de Guineematin.com, Ibrahima Sory Diallo, était au siège du RPG Arc-en-ciel ce samedi, 02 novembre 2019, pour couvrir l’assemblée générale hebdomadaire de la formation politique. C’est là qu’il a été agressé par un groupe de militants du parti au pouvoir qui l’ont expulsé violemment des lieux. Ils l’accusent d’avoir fait un traitement partisan du refus du président Alpha Condé de tenir un discours à l’occasion de la mobilisation organisée jeudi dernier à Conakry pour l’accueillir.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628124362

Lire

Un reporter de Guineematin violemment agressé au siège du RPG

2 novembre 2019 à 12 12 51 115111
Ibrahima Sory Diallo, journaliste

Le journaliste, Chef Reporters de Guineematin.com, Ibrahima Sory Diallo, a été agressé ce matin au siège du parti au pouvoir, le RPG, sis au quartier Aviation. Parti couvrir l’assemblée générale ordinaire du parti ce samedi, 2 novembre comme plusieurs autres journalistes, il a été violemment pris à partie par des militants, avant d’être bousculé et traîné dehors manu militari par les agents de sécurité.

Plusieurs de ses confrères et amis journalistes se sont interposés énergiquement et très courageusement. En vain.

Malgré les coups, notre journaliste Ibrahima Sory n’est pas blessé physiquement (heureusement) mais a subi un choc émotionnel très fort. Il a perdu sa montre dans la bousculade et a été contraint de quitter le siège pour éviter le pire. Dans un geste de solidarité, les autres journalistes des médias privés ont également décidé de boycotter l’assemblée et de quitter le siège du RPG.

On lui reprocherait son papier publié jeudi sur notre site annonçant que le président Alpha Condé avait quitté le Palais du Peuple sans faire de discours.

Nous reviendrons plus en détails sur cette agression inacceptable que nous condamnons vigoureusement.

La liberté de la presse est garantie par la loi, nous en jouissons avec courage et professionnalisme. Rien ne nous fera reculer dans cette mission d’informer de manière impartiale.

La Rédaction

Lire

Mobilisation pour accueillir le Pr. Alpha Condé à Conakry : « c’est l’Arc-en-ciel de la Guinée »

31 octobre 2019 à 12 12 12 101210

De nombreuses personnes sont mobilisées ce jeudi, 31 octobre 2019, devant l’aéroport international de Conakry-Gbessia pour accueillir le président Alpha Condé, de retour d’un séjour à l’étranger.

Cette réception organisée par le pouvoir est une réponse à la dernière manifestation du FNDC contre un troisième mandat pour l’actuel chef de l’Etat guinéen. Une façon pour les autorités du pays de prouver qu’il y a aussi des Guinéens qui sont favorables au projet de nouvelle Constitution qui permettrait au professeur Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Interrogés par un reporter de Guineematin.com, certains jeunes mobilisés au rond-point de l’aéroport de Conakry, ont expliqué le motif de leur présence sur les lieux.

Décryptage !

Mamady Djenèba Condé

Mamady Djenèba Condé : l’objectif de notre mobilisation de ce matin, c’est d’accueillir le père de la nation, le professeur Alpha Condé ici à l’aéroport international de Conakry et lui dire que nous sommes pour la nouvelle Constitution. Notre slogan est que nous préférons les urnes à la rue. Au lieu d’aller manifester dans la rue, casser les biens des gens, nous avons dit que nous voulons aller aux urnes (le référendum constitutionnel, ndlr).

Ahmed Kassory Fofana

Ahmed Kassory Fofana, secrétaire général de la section universitaire du RPG Arc-en-ciel à l’université de Sonfonia : nous sommes là pour réserver un accueil chaleureux à notre président, le professeur Alpha Condé. Le président Alpha Condé est une chance pour la Guinée. Rares sont les présidents qui peuvent se comparer au professeur Alpha Condé. Le président Alpha Condé, c’est l’Arc-en-ciel de la Guinée, l’Arc-en-ciel de l’Afrique et l’Arc-en-ciel du monde. Alpha Condé est un président qu’il faut pour la Guinée et pour l’Afrique.

Donc, Alpha Condé a besoin une fois encore de servir la Guinée. Il faut donner l’opportunité au président de donner à la Guinée ce qu’il a dans la tête. Il a des projets pour la Guinée. Ceux qui sont contre le projet de nouvelle Constitution s’y opposent parce qu’ils ne savent pas ce qui est dans cette nouvelle Constitution. Cette nouvelle Constitution va donner des opportunités à la jeunesse que nous sommes de se porter candidate à une présidentielle. Donc la Guinée a besoin de cette nouvelle constitution.

Idrissa Bakayoko

Idrissa Bakayoko : nous sommes venus accueillir notre président, le bâtisseur de la Guinée. Vous savez, il y a deux sujets qui font l’actualité en Guinée actuellement : le débat sur la nouvelle Constitution et les élections législatives. Nous sommes là aujourd’hui pour le premier sujet. C’est-à-dire que nous voulons montrer à l’opinion nationale et internationale que les 90% de la population sont derrière le professeur Alpha Condé. Ceux qui sont contre cette nouvelle Constitution se trompent. Tout jeune conscient, soucieux de son avenir doit soutenir ce projet de nouvelle Constitution. L’actuelle Constitution a beaucoup de lacunes notamment en ce qui concerne les prérogatives du président de la République et de son Premier ministre. Il y a beaucoup d’amalgames entre les rôles. C’est pour cette raison que nous voulons d’une nouvelle Constitution.

Oumar Kéïta

Oumar Keïta : la raison de mon arrivée ici est simple. Je viens accueillir mon président, mon champion, le professeur Alpha Condé. Notre parti, c’est le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG). Donc, nous voulons rassembler tout le peuple pour soutenir notre projet de nouvelle Constitution. L’homme est un être de la culture et non un être de la nature. Je suis là par conviction, je n’ai pas reçu de l’argent pour être là comme le font croire certains.

À noter que l’ambiance est festive aux alentours de l’aéroport et des sonorisations sont installées sur les lieux pour la circonstance. Même des élèves sont visibles dans la foule mobilisée sur place.

De l’aéroport de Conakry, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. (00224) 621 09 08 18

Lire

Kankan : 8 accusés condamnés à 15 ans de prison pour des violences meurtrières à Tokounou

21 octobre 2019 à 18 06 29 102910

De nombreuses scènes de violence, parfois meurtrières, avaient été enregistrées dans la région de Kankan à l’occasion de l’installation des élus locaux. Vingt cinq (25) personnes, poursuivies pour ces violences, ont été jugées et reconnues coupables ce lundi, 21 octobre 2019, par le tribunal de première instance de Kankan. Ces prévenus avaient été arrêtés dans la sous-préfecture de Tokounou, située à 100 kilomètres de Kankan, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Plusieurs communes rurales de Kankan avaient été émaillées de violences en marge de l’installation des exécutifs communaux. C’est le cas à Tokounou où de violents affrontements avaient opposé deux factions du RPG arc-en-ciel, le parti au pouvoir le samedi 06 avril 2019, entraînant trois morts et plusieurs dégâts matériels.

Dans ce dossier, vint cinq (25) individus étaient poursuivis pour assassinat, destruction de biens publics et détention illégale d’armes. A la barre du tribunal de Kankan, 17 accusé ont répondu présent, alors que 8 sont en fuite. Détenus depuis le 09 avril 2019, les 17 ont nié les faits pour lesquels ils sont poursuivis.

Dans ses réquisitions, le procureur Aly Touré a requis six mois de prison assortis de sursis pour les 17 accusés. Pour les huit (8) autres accusés en fuite, le procureur a requis 15 ans de prison ferme.

Par contre, Maitre Koné, l’avocat de la défense, a plaidé l’acquittement de ses clients.

Dans sa délibération, le tribunal de Kankan, par la voix du juge, Gbamou Kpouloumou, va déclarer les accusés coupables. Pour la répression, les dix sept (17) présents ont été condamnés à un an de prison assorti de sursis. Les huit (8) autres, tous en cavale, ont été condamnés à 15 ans de prison ferme et un mandat d’arrêt a été décerné contre eux à l’audience.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

AG du RPG-AEC : Damaro invite les militants « à s’investir à maintenir le vivre ensemble… »

19 octobre 2019 à 14 02 55 105510
Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel

Alors que le contesté projet de 3ème mandat pour Alpha Condé continue de diviser, les responsables du parti au pouvoir en Guinée réaffirment leur engagement dans ce sens. Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, réitère le soutien du RPG Arc-en-ciel au président Alpha Condé en tout lieu et en toute circonstance.

L’annonce en a été faite ce samedi, 19 octobre 2019, à l’occasion de l’assemblée générale du parti, tenue à son siège, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son intervention, l’honorable Amadou Damaro Camara a fait savoir que le président de la République est le seul et unique « patron ». Donc, quand il prend une décision, tout le parti doit l’accepter et l’accompagner dans la mise en œuvre correcte de la décision. « Le parti est derrière le professeur. Le professeur n’a pas demandé à garder le pouvoir par décret. Il n’a pas demandé à garder le pouvoir par sa majorité à l’Assemblée. Il y a un penseur français, Jean Jacques Rousseau, qui a dit que « le peuple a le droit de changer ses lois, même si elles sont les meilleures ». Tout ce que le président demande, est-ce que je peux soumettre au peuple pour qu’il se prononce par OUI ou NON ? Entre nous, en quoi cela est difficile ? En quoi cela peut amener en des pertes de vies ? Il y a une constitution qui existait en 2008, il y a une junte militaire qui a suspendu cette constitution, il y a le chef de cette junte qui a proposé une constitution, qui a été approuvée par un corps qui n’a pas été élu. Après ça, il y a un président démocratiquement élu qui veut proposer, même pas à ses représentants, mais qui veut proposer une nouvelle constitution directement au peuple. Quand on est vraiment pour la démocratie, on ne peut pas faire mieux que de s’adresser directement au peuple. Par conséquent, nous réaffirmons en tant que parti, notre attachement à cette nouvelle constitution », a dit l’honorable Damaro.

Par ailleurs, Amadou Damaro Camara a fait savoir que le problème de 3ème mandat est un faux débat tout en invitant les militants à prôner le vivre ensemble en Guinée. « Le peuple de Guinée a le droit de se doter d’une nouvelle constitution. Et dans le respect de cette constitution, la suite viendra. C’est ça la réalité. Le parti demande aux uns et autres de prôner le vivre ensemble. Dans toute cette agitation, il y a un seul critérium qui est important : la volonté des composantes de la nation guinéenne clairement exprimée de vivre ensemble. Aucune composante de la Guinée n’a des velléités de sécession, toutes les composantes veulent vivre ensemble. C’est ça le plus important. Les militants, militantes, sympathisants et toutes les bonnes volontés doivent s’investir à maintenir ce vivre ensemble, à maintenir l’atmosphère de paix ».

En outre, le chef de la majorité à l’Assemblée nationale a indiqué que plusieurs actes ont été posés par le Chef de l’Etat de 2011 à nos jours. « On n’a pas à se gratter la tête pour savoir de 2011 à maintenant qu’est-ce qui a été fait ou qu’est-ce qui est en cours d’être fait. Quand le professeur a dit qu’il a hérité d’un pays, pas d’un Etat, il n’y avait aucune préfecture en Guinée qui avait un commissariat digne de nom, une gendarmerie digne de nom, une résidence, un bureau de préfet digne de nom, ou de gouverneur digne de nom. C’est ça les premiers symboles de l’autorité de l’Etat. On dit oui, les routes sont aujourd’hui complètement défoncées ; oui, c’est vrai. Elles étaient tellement bien faites que ça n’a pas tenue même 5 ans. C’est ça le résumé. On dit qu’il n’y a pas d’eau, quelle est la ville qui avait de l’eau, Alpha Condé est venu fermer le robinet ? Quelle est la ville qui avait le courant Alpha Condé est venu couper ? Quelle est la ville qui avait complètement du goudron Alpha Condé est venu enlever le goudron ? On dit que ce n’est pas moi qui ai enlevé le chemin de fer, mais ça a disparu en ton temps. Ce n’est pas moi qui ai vendu Air Guinée ; mais, il a disparu en ton temps », a-t-il insinué.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Un journaliste agressé par le maire de Kankan : ce que compte faire le RPG Arc-en-ciel

3 octobre 2019 à 10 10 17 101710
Mamby Camara, secrétaire permanent du RPG Arc-en-ciel à Kankan

Le Journaliste reporter, Fodé Bangaly Fofana, du Groupe Dabo Médias, a été agressé il y a juste une semaine par le maire de la commune urbaine de Kankan, Mory Kolofon Diakité. Pendant que le mis en cause est frappé de boycott par les médias locaux, ses collaborateurs du RPG Arc-en-ciel tentent de recoller les morceaux, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’agression physique et verbale suivie de menace de mort contre notre confrère, Fodé Bangaly Fofana, a choqué les hommes de médias de Kankan. C’était à l’occasion d’une opération de déguerpissement au grand marché de Dibida, dans la commune urbaine le jeudi 26 septembre dernier. Venu couvrir cet évènement, Fodé Bangaly Fofana avait été pris à partie et menacé de mort par Mory Kolofon Diakité. Réunie d’urgence, l’Association des Journalistes de Kankan avait décidé dans la foulée de bouder les activités de la mairie.

Interrogé par notre reporter sur cette agression contre notre confrère, Mamby Camara, secrétaire permanent du RPG Arc-en-ciel à Kankan, parle d’un fâcheux incident et regrette les agissements de son collègue. « Je ne voudrais pas personnellement revenir sur ça, parce que j’ai fait ce que je devais faire. La presse est libre, personne ne peut porter main sur un élément de la presse. Les journalistes ne font que leur travail. Pour moi, ça a été un incident très fâcheux », a-t-il dit.

A la question de savoir si quelque chose a été entrepris au sein de sa formation politique contre le maire, Mamby Camara répond : « au sein du parti, nous l’avons condamné à notre manière. A cette occasion nous nous sommes dit que, quand ce temps là va passer, nous allons réunir toute la presse de Kankan pour présenter officiellement nos excuses. Parce que ce qui s’est passé n’honore pas la région de Kankan, encore moins la Haute Guinée », a-t-il laissé entendre.

Il reste à savoir si le maire, Mory Kolofon Diakité, va se plier à cette exigence, surtout que les journalistes de Kankan campent sur leur position. C’est peut-être pour cette raison que le maire n’a pas daigné prendre la parole dans la journée d’hier mercredi, 02 octobre 2019, à l’occasion de la célébration de l’an 61 de l’accession de la Guinée à l’indépendance.

Nous y reviendrons !

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Macenta : le maire accuse le député Pépé Toupou de menace de mort

30 septembre 2019 à 9 09 58 09589

Le maire de la commune urbaine de Macenta, Gnénégo Guilavogui, issu des rangs de l’UFDG, et le député uninominal, le pasteur Pépé Toupou, élu sous la bannière du RPG Arc-en-ciel, se regardent en chiens de faïence depuis un certain temps. Le premier accuse le second de l’avoir menacé de mort suite à son refus de rejoindre les rangs du parti au pouvoir. C’était à l’occasion de la rencontre de la délégation mixte composée de parlementaires, du Groupe National de Contact, de cadres du département de l’Unité Nationale et d’experts de l’ONU, le 26 septembre 2019, axée sur la consolidation de la paix, a constaté sur place Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

Rien ne va plus entre le maire de Macenta, Gnénégo Guilavogui, et le député uninominal, Pépé Toupou. Les deux adversaires politiques, par ailleurs membres d’une même famille biologique, ne se font pas de cadeaux. Le maire accuse son oncle de l’avoir menacé de mort suite à son refus de quitter l’UFDG, principal parti de l’opposition, pour le RPG Arc-en-ciel, le parti au pouvoir.

Gnénégo Guilavogui, maire de Macenta

Les accusations de monsieur Guilavogui ont été faites lors de la sensibilisation sur la paix et le dialogue à Macenta. Devant les membres de la délégation et les 19 cadres et représentants des forces vices de Macenta, le maire a accusé l’Honorable Pépé Toupou de menace de mort. « Tout le monde a fait pour que tu quittes l’UFDG, pour que tu sois de la mouvance présidentielle, mais tu refuses. A cause de toi, le Président de la République ne nous regarde pas (…). Il dit que le président de la République a invité tous les députés de la mouvance à Sékhoutouréyah, lorsque celui-ci l’a rencontré dans la salle, il ne l’a pas regardé, il ne lui a pas adressé la parole. Le Président est parti vers le maire de Boké (Mamadouba Tawel Camara, ndlr), celui-ci était de l’opposition. Mais aujourd’hui, il est revenu à la mouvance. Pourquoi toi tu refuses ? Il m’a menacé de mort. Il a dit qu’il va me combattre jusqu’à la dernière énergie. Est-ce que vous voyez cela normal? », a-t-il demandé à l’assistance Gnénégo Guilavogui, visiblement révolté contre son oncle.

Honorable Pépé Toupou, député uninominal de Macenta

Interrogé par Guineematin.com à propos de ces graves accusations, le député Pépé Toupou a réfuté les propos et accuse à son tour son neveu et adversaire politique de détournement. « Il a détourné près de 101 millions de FG de la TUV (Taxe Unique sur les Véhicules) que l’Etat a envoyé pour la commune. En tant que représentant du peuple, je lui ai dit que tu ne peux pas bouffer tout ce montant et avoir la paix. Je lui ai dit que je vais mettre cette affaire à la place publique et il sera contrôlé. C’est tout ce que je lui ai dit. Si non, qu’est ce que j’ai à faire avec lui ? Rien ».

A la question de savoir si l’animosité entre les deux hommes n’est pas liée à la perte de la mairie par sa formation politique, Pépé Toupou balaye tout d’un revers de main. « Il est entrain d’exercer le pouvoir non ? Mais, cela n’a rien à voir avec les 101 millions de francs », soutient-il tout en disant avoir les preuves de ses accusations.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Banankoro : les femmes du RPG AEC réclament une MUFFA dans leur localité

28 septembre 2019 à 17 05 27 09279

Les femmes et les jeunes du RPG Arc-en-ciel de Banankoro ont organisé une rencontre hier, vendredi 27 septembre 2019, dans la sous-préfecture. Il était question d’expliquer aux militants les activités que les responsables locaux du parti sont en train de mener pour soutenir le projet de nouvelle constitution, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

C’est au siège du RPG Arc-en-ciel à Banankoro que cette mobilisation a eu lieu. Les responsables et les militants du parti au pouvoir ont massivement pris part à la rencontre. Ils ont échangé autour des préparatifs d’un carnaval de soutien au président Alpha Condé et son projet de nouvelle constitution. Et, c’est Ibrahima Sory Condé, le porte-parole des jeunes du RPG Arc-en-ciel de Banankoro, qui a fait le point de la situation devant les militants.

« Nous avons contribué à hauteur de 45 millions de francs pour acheter des uniformes pour les femmes et les jeunes du parti, pour qu’enfin nous puissions organiser dans un bref délai, un carnaval de soutien au président de la République, le professeur Alpha Condé. Nous avons pu mobiliser ces fonds pour montrer aux gens combien nous aimons le président depuis plus trente ans.

Il dit qu’il va mourir avec les anciens du parti que nous sommes, et nous allons aussi mourir avec lui. Car nous n’avons plus où aller », a-t-il déclaré.

Les femmes du parti présidentiel ont mis l’occasion à profit pour adresser une doléance au président Alpha Condé. Par la voix de Fanta Kaba, la présidente de la section RPG Arc-en-ciel de Banankoro 2, elles ont sollicité l’ouverture dans leur localité d’une MUFFA, une banque de proximité initiée par le président lui-même pour appuyer les activités des femmes.

« Ce que nous souhaitons aujourd’hui, c’est l’ouverture immédiate d’une MUFFA dans notre sous-préfecture. Nous n’avons rien bénéficié, nous les femmes et les jeunes de Banankoro. Certes, il y avait des incompréhensions entre nous, mais c’est fini. Le RPG c’est le RPG, nous sommes tous égaux avec les nouveaux adhérents. Je termine par réitérer à l’endroit du président que les femmes de Banankoro veulent d’une MUFFA pour aider leurs maris et leurs enfants », a-t-elle lancé.

A rappeler qu’il y a trois ans, les femmes de Banankoro avaient cotisé à hauteur de 60 millions de francs pour faciliter l’ouverture d’une MUFFA dans la sous-préfecture. Mais, cet argent a disparu à Kérouané où il avait été déposé. Plus personne n’en parle aujourd’hui.

De Banankoro, Moussa Oulen Traoré pour Guineematin.com

Lire

Promotion de la paix en Guinée : ce qu’en dit le gouverneur de Mamou à Pita (avec vidéo)

27 septembre 2019 à 15 03 37 09379
Amadou Oury Diallo, gouverneur de la Région Administrative de Mamou
Amadou Oury Diallo, gouverneur de la Région Administrative de Mamou

Le gouverneur de la Région Administrative de Mamou, Amadou Oury Diallo, a favorablement accueillis la mise en œuvre, dans sa juridiction géopolitique, du projet « appui au dialogue et participation politiques inclusifs en Guinée » initié par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à travers le Fonds de Consolidation de la Paix (PBF), soutenu par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme et porté par l’Assemblée Nationale, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers la vidéo ci-dessous.

Alors en séjour de travail à Pita, le gouverneur de la Région Administratif de Mamou, Amadou Oury Lemy Diallo a rehaussé de sa présence la cérémonie de lancement du forum préfectoral sur la nécessité de renforcer la cohésion sociale et de cultiver l’esprit de paix, le respect des droits de l’homme et de la loi. Réunion publique organisée par une mission conjointe composée de députés issus des trois groupes parlementaires de l’Assemblée Nationale à savoir le RPG Arc-en-ciel, l’Alliance Républicaine et Les Libéraux-Démocrates qui étaient accompagnés de Dr Ousmane Souaré, membre du Groupe National de Contact (GNC) pour le dialogue et la paix, ainsi que de Justin Morel Junior, conseiller technique de ce projet et de Mme Camara Ousmane Daka Diallo du Ministère de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale.

A cette occasion, le gouverneur de Mamou, Amadou Oury Lemy Diallo a longuement expliqué les atouts sur lesquels les acteurs concernés peuvent fonder leur espoir de réussite de la mission.

Amadou Oury Diallo, gouverneur de la Région Administrative de Mamou

Pour cette autorité régionale de Mamou, la composition hétérogène de cette mission qu’il vient de rencontrer à Pita « illustre parfaitement que la Guinée est entrain d’aller sur le droit chemin. Cette Région Administrative de Mamou est probablement est l’une des régions les plus apaisées, puisque depuis des années, il y a rarement de troubles dans cette région. Nous vivons dans la paix et nous en sommes fiers ».

Au cours de son intervention de circonstance, le gouverneur Lemy Diallo a rassuré que les acteurs locaux mobilisés pour les besoins de la cause par les organisateurs ont bien le profil nécessaire à la réussite de la mission à eux confiée.

Guineematin.com vous propose dans la vidéo ci-dessous l’intégralité du discours que le gouverneur de Mamou, Amadou Oury Lemy Diallo, a prononcé à Pita ce jeudi, 26 septembre 2019.

Depuis Pita, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Affaire électeurs fictifs : Lansana Komara dément l’opposition

21 septembre 2019 à 20 08 30 09309

Y a-t-il des électeurs fictifs dans le fichier électoral guinéen ? La question divise la classe politique. Selon l’opposition, dont l’UFR et l’UFDG, le fichier comporte près d’un million et demi d’électeurs fictifs et qu’il doit être assaini avant d’aller à toute élection. Mais, le RPG Arc-en-ciel a une position tout à faire contraire.

Au cours de l’Assemblée générale hebdomadaire du parti au pouvoir de ce samedi, 21 septembre 2019, Lansana Komara, ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, également secrétaire administratif de la formation politique, a démenti catégoriquement la version des opposants. Le ministre en charge de l’enseignement technique dénonce une stratégie des adversaires du pouvoir visant à justifier leur éventuelle défaite, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lansana Komara, ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle

« Vous avez entendu sur les différentes radios généralement privées qu’il y a un millions 300 mille électeurs fictifs. Ce qui est faux et archi-faux. L’opposition guinéenne a toujours agi de la sorte. Chaque fois que nous avançons dans le processus électoral et qu’ils (les opposants) voient au bout du tunnel qu’ils seront battus, ils commencent déjà à préparer des arguments pour dire qu’il y a ceci, il y a cela. Un million 300 mille fictifs, c’est archi-faux. Lors du dialogue national que nous avons tenu ici à Conakry, il y a eu un accord inter-guinéen le 12 octobre 2016 dont je suis signataire.

Il y a eu un consensus sur l’audit du fichier avant l’organisation des élections législatives. Et, ce consensus a été mis en exécution, l’audit s’est très bien passé. Et, tous les acteurs politiques ont contribué à l’élaboration du cahier de charge pour l’audit du fichier électoral ; tout le monde a accepté les conclusions de l’audit du fichier électoral. Donc ce n’est pas aujourd’hui qu’on nous parle de ceci ou cela. Dans les conclusions de l’audit du fichier, on n’a parlé nulle part de fictifs », a dit Lansana Komara.

Le ministre estime qu’après la mise en place des démembrements de la CENI, qui a connu la participation de tous les bords politiques, tout le monde est « embarqué dans le bateau ». C’est pourquoi, il a invité les militants du RPG Arc-en-ciel à participer activement à la mise en place des commissions administratives de révision et d’établissement des listes électorales. « A partir du 25 septembre, les commissions administratives vont commencer à être installées sur toute l’étendue du territoire national de notre pays. Nous demandons de ne pas perdre une minute pour vous faire représenter dans ces commissions administratives de révision et d’établissement des listes électorales », a-t-il lancé.

De son côté, le ministre de la sécurité et de la protection civile, Alpha Ibrahima Keïra, a appelé les militants du parti au pouvoir à se mobiliser en faveur du projet de nouvelle constitution. « Le président de la République a dit qu’il est élu par le peule. Il n’imposera jamais sa vision personnelle. Avant de prendre sa décision, il souhaite entendre toutes parties, et sur la base de son intime conviction, il s’adressera à tout le peuple de Guinée. Et, nous souhaitons que cette adresse soit dans le cadre du référendum. Voilà la position de la mouvance, voilà la position du RPG Arc-en-ciel.

Et, sachez également, que la mobilisation doit être totale. Donnons-nous les bras, les mains, allons dans le même sens, pour défendre les idéaux du parti. Le combat c’est maintenant. Si nous voulons doter la Guinée d’une nouvelle constitution, il faudrait que notre union soit sacrée et forte. N’insultez personne, ne frappez personne, ne répondez à aucune provocation. L’Etat est là pour protéger les citoyens et leurs biens », a assuré le ministre de la sécurité.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 00224622919225 / 666919225

Lire

Mandiana : grande démonstration de force du RPG-AEC pour une nouvelle Constitution

15 septembre 2019 à 8 08 10 09109

Hier, samedi 14 septembre 2019, la préfecture de Mandiana a célébré en différé et en grande pompe le 17 mai 1991, date marquant l’anniversaire du retour du président Alpha Condé en Guinée. Tenue dans les antres du stade préfectoral de Mandiana, cette gigantesque mobilisation des militants et sympathisants du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel, était placée sous la houlette du ministre des Hydrocarbures, Diakaria Koulibaly, parrain de la préfecture. Il avait à ses côtés, dans la loge officielle, son homologue de l’Education nationale Mory Sangaré, le Coordinateur national du CNLSS, Dr Abass Diakité, des députés et évidemment les autorités locales.

Venue de toutes les contrées de Mandiana, cette marée humaine scandait en boucle et tout au long du meeting des slogans favorables au président de la République et à son gouvernement. Cette déferlante jaune qui avait investi le temple préfectoral des sports de Mandiana, a aussi mis ce meeting géant à profit pour réitérer son soutien à l’initiative d’une nouvelle constitution.

Dans son intervention, le porte-parole des jeunes a, au nom de l’ensemble de la jeunesse de la préfecture, vivement salué toutes les actions déjà réalisées par le président Alpha Condé en faveur de Mandiana. « Le président ‘’bâtisseur’’ Alpha Condé est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Nous sommes conscients des nombreux efforts fournis par l’homme en vue de faire de la Guinée un pays phare en Afrique et dans le reste du monde. Pour toutes ces raisons, nous disons qu’il est plus que nécessaire de doter la Guinée d’une nouvelle constitution qui prendrait en compte tous les manquements qu’on constate aujourd’hui », a-t-il soutenu.

Quant à Eva Cross, la députée uninominale de Mandiana, elle a justifié les raisons pour lesquelles sa circonscription exprime son soutien et sa reconnaissance au Chef de l’Etat. « Aujourd’hui, les réalisations sont partout à Mandiana et à travers tout le pays. Au nom donc des populations, nous disons grand merci au président Alpha Condé et vive l’adoption d’une nouvelle constitution… »

De son côté, le ministre Mory Sangaré, a tenu à rappeler les difficultés auxquelles était confrontée Mandiana avant l’arrivée du président Alpha Condé en 2010 avant d’inviter les populations de Mandiana à rester souder derrière le président de la République.

Pour sa part, le parrain de la préfecture, le ministre Diakaria Koulibaly, qui a été fortement impressionné par l’ampleur de la mobilisation de ce samedi, ne pouvait pas ne pas transmettre les chaleureuses salutations de son mandant, le président de la République, Pr. Alpha Condé aux populations de Mandiana.

Le ministre des Hydrocarbures est par la suite revenu sur les différentes réalisations dont la préfecture de Mandiana a bénéficié depuis que Alpha Condé a pris les rênes de la Guinée. Parmi ces acquis du régime à Mandiana, le ministre Koulibaly a rappelé la réalisation de certaines infrastructures notamment la construction de la villa des hôtes, du siège du bloc administratif préfectoral, de la grande mosquée ; le bitumage de la voirie urbaine, l’aménagement des plaines agricoles à Koundia dont le coût de réalisation est estimé à plus cent milliards de francs guinéens ; l’installation dans la commune urbaine et dans les communes rurales des lampadaires solaires publics. Sans oublier le bitumage en cours de la route qui relie Mandiana à Kankan, le chef-lieu de la région. Autant de raisons qui amènent le ministre des Hydrocarbures à exhorter les populations de Mandiana à resserrer les rangs derrière le président de la République Alpha Condé afin de faire de la Guinée un pays véritablement émergent.

Mohamed Bangoura

Lire

Banankoro : un accrochage entre RPGistes fait plusieurs blessés

13 septembre 2019 à 20 08 49 09499
image d’archive

Un nouvel affrontement a éclaté ce vendredi, 13 septembre 2019, entre deux factions rivales du RPG Arc-en-ciel à Banankoro, sous-préfecture relevant de la préfecture de Kérouané. Le bilan fait état de plusieurs blessés, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Cet accrochage est survenu au domicile du doyen Elhadj Djomba Mory Traoré, le plus ancien responsable du RPG à Banankoro. C’est son domicile qui abrite le siège de l’actuel parti au pouvoir dans cette sous-préfecture de la Haute Guinée. Selon nos informations, son camp s’apprêtait à tenir son assemblée générale hebdomadaire, lorsque des jeunes membres du groupe rival sont venus déverser du sable au lieu du meeting.

Ce qui aurait choqué les organisateurs de la rencontre et provoqué un affrontement entre les deux camps rivaux, tous membres du RPG Arc-en-ciel. Il est difficile pour l’heure de faire le bilan exact de cet accrochage. Mais, nos sources font état de plusieurs blessés léger des deux camps. Aucune personne n’a été interpellée suite à ces violences. D’ailleurs, aucune autorité ne s’est interposée entre les deux groupes.

Ce n’est pas la première fois qu’un affrontement oppose les factions rivales du parti du président Alpha Condé à Banankoro. En septembre 2018, les deux camps s’étaient violemment affrontés, faisant une dizaine de blessés. Certains avaient dû être évacués à Conakry pour des soins intensifs. Plusieurs personnes avaient, alors été interpellées et envoyées à Kankan où elles ont été détenues pendant plusieurs mois, avant d’être libérées sans procès.

A suivre !

De Banankoro, Moussa Oulen Traoré pour Guineematin.com

Lire

Saïkou Yaya de l’UFR : « le PM est disqualifié ! Il n’y a aucune possibilité de faire un dialogue avec lui…»

5 septembre 2019 à 13 01 27 09279
Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l'UFR
Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

Les hommes politiques ne cachent pas leur réprobation de la nouvelle démarche du président Alpha Condé qui veut passer par de larges consultations pour trouver solution aux problèmes des guinéens. Au lendemain de l’annonce de cette mission assignée au Premier ministre, Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’Union des Forces Républicaines (UFR) estime que Dr Kassory est disqualifié, tout comme son mentor. Joint au téléphone ce jeudi 5 septembre 2019, ce proche de Sidya Touré soutient que les problèmes qui minent la Guinée se trouvent dans la façon dont notre pays est gouverné.

Selon Saïkou Yaya Barry, « le Premier ministre est disqualifié pour conduire un dialogue avec nous les politiques en ce sens qu’il s’est déterminé, il a fait annoncer sa position avec les membres du gouvernement. A partir de ce moment, il n’y a aucune possibilité de faire un dialogue. Sur cette question de nouvelle Constitution, on n’en parlera pas. Nous sommes déterminés à protéger notre Constitution qui est une jeune Constitution ».

Pour le député, la Guinée souffre de tellement de difficultés en ce moment que l’on devrait s’occuper à les surmonter que de poser un débat sur la Constitution. « Les problèmes de la Guinée ne se trouvent pas aujourd’hui dans la Constitution. Les problèmes de la Guinée se situent dans la mauvaise gestion de l’Etat, le manque de vision de ceux qui nous dirigent. C’est dans ce cadre là que la Guinée se retrouve aujourd’hui. La Guinée a les plus beaux textes, les plus belles lois de l’Afrique, mais c’est dans l’application. Si Alpha Condé avait prêté serment et déclaré ses biens, on n’en serait pas là aujourd’hui et c’est dans la Constitution. Il a violé cela. Si la Haute Cour de Justice était installée, on aurait dit qu’il a réussi à faire quelque chose dans ce sens-là », soutient le député.

Devant cet état de fait, Saïkou Yaya Barry a laissé entendre que Dr Kassory est disqualifié, au même titre que le président Alpha Condé. « Si vous voyez aujourd’hui que le dialogue est rompu, c’est parce que le Premier ministre qui est le garant du dialogue social et politique n’a pas joué son rôle, cela a été violé. Il y a eu des problèmes avec les syndicalistes et les politiques, est-ce que le Premier ministre a agi pour négocier ? Jamais. Aujourd’hui, on musèle les politiques, on les empêche de faire des manifestations. Est-ce que le PM a joué son rôle en tant que garant du dialogue politique ? Donc, le problème n’est pas les lois. Nous disons que nous devons respecter notre Constitution, qui n’a pas dix ans, que le Président de la République doit le savoir, qu’il doit partir et laisser notre pays avec cette Constitution-là. Parce qu’il n’a rien servi pendant ses 9 ans, il n’a pas fait en sorte que la loi soit respectée. Donc, le PM est disqualifié et Alpha Condé lui-même est disqualifié », a martelé notre interlocuteur.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Lire

Dr. Diané à Siguiri : « Nul n’a le titre foncier de la Guinée dans ses tiroirs… »

30 août 2019 à 15 03 22 08228

« Ne l’oubliez pas : nul n’a le titre foncier de la Guinée dans ses tiroirs et nul n’a donc le droit de vous intimider ou de vous menacer. Nous sommes les artisans et les sentinelles de la démocratie guinéenne. Nous le resterons pour toujours car nous ne sommes pas de ceux qui ont attendu leur renvoi d’un quelconque gouvernement pour découvrir les valeurs et les vertus de la démocratie… », a notamment dit le ministre d’Etat en charge des Affaires présidentielles et de la Défense nationale.

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose l’intégralité de ce discours de Dr. Mohamed Diané dans la matinée de ce vendredi, 30 août 2019, à Siguiri :

Messieurs les ministres ;
Mesdames et Messieurs les membres du bureau politique et du comité central ;
Mesdames et Messieurs les responsables politiques de la coordination de la Haute Guinée, des sections, des sous sections et des comités de base ;
Mesdames et Messieurs, chers militantes et militants ;

C’est un avec un immense plaisir que je prends la parole devant vous ce matin, pour vous remercier très sincèrement de votre grandiose mobilisation. Démontrant ainsi votre indéfectible attachement au Rassemblement du peuple de Guinée ainsi qu’à son fondateur, notre bien aimé président Alpha Condé. Votre mobilisation démontre si besoin en est (mais en réalité toute la Guinée et l’Afrique le savent) que Siguiri reste et demeure la capitale incontestée de notre grand parti, le bastion imprenable de notre formation politique.

En venant ici, nous n’avons donc pas besoin de nous creuser les méninges pour vous tenir de grands discours : le seul fait d’être parmi vous en ces instants est une façon symbolique de continuer d’écrire en lettres capitales, la glorieuse histoire démocratique de notre parti et de notre pays.

Depuis le début des années 90, Siguiri et les Siguirinka ont épousé la démocratie prônée par le Rpg et ont décidé unanimement d’offrir leurs cœurs au Pr. Alpha Condé, bien avant son retour triomphal au bercail en mai 1991. Ni les tueries, ni les intimidations, ni les brimades, ni les tentatives de corruption, ni la violence, ni les calomnies et les médisances, encore moins la désinformation de tous genres à l’intérieur et à l’extérieur du pays, n’ont eu raison de votre détermination durant toutes ces années. Vous êtes chers camarades, les exemples concrets et vivants du véritable militant. Celui qui s’engage avec conviction, force et courage et qui s’investit sans relâche comme vous le faites, sans rien attendre en retour.

C’est pourquoi, le président Alpha Condé, très satisfait du soutien que vous lui accordez depuis toujours, me charge de vous transmettre ces chaleureuses félicitations tout en vous garantissant de sa ferme volonté de continuer son noble combat pour l’émergence économique non seulement de toute la Guinée, mais aussi et surtout de Siguiri comme moteur du développement économique et culturel de la région.

Les bases de ce progrès économique et social sont déjà visibles çà et là à travers de nombreuses réalisations effectuées ces dernières années dans les villes et dans les villages à travers tout le pays ainsi qu’à Siguiri. Mais puisque le Rpg est un parti d’avenir, je vous le dis haut et fort, ici plus qu’ailleurs, que nous ne nous arrêterons pas en si beau chemin. Tant que les Guinéens nous accorderont leur confiance et leurs suffrages, nous répondrons présents à l’appel de ce peuple fier en qui nous tirons notre légitimité.

N’acceptez surtout pas de vous laisser distraire par des vendeurs d’illusions en perte de vitesse qui se sont accaparés dans un passé pas si lointain, à travers une complicité passive ou active, de notre victoire en annulant de façon flagrante et honteuse nos votes dans cette même ville de Siguiri ainsi qu’à Kankan et qui n’ont absolument rien fait, sur le terrain, de ce hold-up électoral, sinon que d’appauvrir les Guinéens. J’ai la ferme conviction que vous leur barrerez démocratiquement la route en continuant à soutenir vigoureusement le programme de société du Rpg-Arc-en-ciel et de son fondateur, le Pr. Alpha Condé.

A cet effet, je vous demande, au nom de notre champion, de redoubler de vigilance et d’engagement militant afin que nous sortions largement victorieux lors des prochaines échéances électorales. Nous avons la capacité, l’expérience et les moyens humains de réaliser nos ambitions car les Guinéens, reconnaissants des progrès accomplis depuis 2011 dans tous les secteurs de la vie de la nation, nous soutiennent et nous soutiendrons.

C’est pourquoi, je vous demande, chers militantes et militants, de ne pas renoncer à vos droits légitimes de décider de vous-mêmes de l’avenir de notre pays que nous avons en partage. Ne l’oubliez pas : nul n’a le titre foncier de la Guinée dans ses tiroirs et nul n’a donc le droit de vous intimider ou de vous menacer. Nous sommes les artisans et les sentinelles de la démocratie guinéenne. Nous le resterons pour toujours car nous ne sommes pas de ceux qui ont attendu leur renvoi d’un quelconque gouvernement pour découvrir les valeurs et les vertus de la démocratie. Au contraire, ces valeurs cardinales font partie intégrante de notre ADN.

Vive le Rpg Arc-en-ciel

Vive le président Alpha Condé

Vive Siguiri

Je vous remercie

Lire

Contrôle judiciaire de Diallo Souleymane et Aboubacr : la mesure levée

27 août 2019 à 10 10 21 08218

C’est une victoire des médias privés guinéens face à une tentative de musellement de la presse en République de Guinée. Après la protestation organisée hier, lundi 26 août 2019, à la HAC (Haute Autorité de la Communication), le régime Alpha Condé vient de se rétracter en levant la mesure du contrôle judiciaire des dirigeants du groupe Lynx-lance, a appris Guineematin.com de bonne source.

Ainsi, les deux dirigeants du groupe de presse n’ont plus à défiler chez le juge d’instruction pour pointer leur présence période. Mais, les poursuites judiciaires à leur encontre ont-elles également été abandonnées ? C’est la grosse question du moment…

Le régime Condé poursuivait le doyen Diallo Souleymane, patron du groupe de presse Lynx-Lance, et Abou Bakr, Directeur Général de la radio Lynx Fm, à cause du passage de madame Sano Doussou Condé, ancienne militante du RPG et qui s’oppose ouvertement à la gouvernance Alpha Condé. Ces derniers temps, cette militante de première heure du RPG, qui vit aux Etats-Unis, ne cesse de dénoncer les innombrables détournements des deniers publics par les nouveaux maîtres de la Guinée.

Dans un premier temps, il se disait que c’est à cause d’une des dernières sorties de cette ancienne proche du professeur Alpha Condé que la justice a été saisie par le ministre de la Défense qui se serait senti attaqué. Mais, aussi paradoxal que cela puisse paraître, on apprend que le Docteur Mohamed Diané n’est pas du tout le plaignant dans cette affaire.

Ainsi, au moment où le contrôle judiciaire est en train d’être levé, les dirigeants du Groupe Lynx-Lance et Lynx Fm ignorent encore qui est réellement derrière la plainte à la base de leur privation de liberté de mouvement et de travail…

A rappeler que le doyen et pionnier de la liberté de la presse en Guinée, Elhadj Diallo Souleymane, a été auditionné, inculpé et mis sous contrôle judiciaire le 19 août, tandis que que le Directeur Général de sa radio (Lynx Fm), Abou Bakr, a été placé sous contrôle judiciaire le mercredi qui a suivi, 21 août 2019. C’est à partir de cette date que le co-animateur de l’émission Œil de Lynx (l’émission phare de la radio co-animée avec Azoca Bah) a également été interdit d’exercer son travail et de sortir de la ville de Conakry !

Comme on le sait, dans sa volonté de s’accrocher au pouvoir après la fin de son deuxième et dernier mandat légal, le président Alpha Condé veut changer la Constitution guinéenne. Ayant déjà réussi à réduire au silence les partis politiques et la société civile avec le refus systématique de toute manifestation de protestation et surtout la mise en place des PA militaires dans certains quartiers de la capitale, le régime Condé cherche aujourd’hui à faire taire les médias privés qui restent pour le moment le dernier rempart de cette démocratie chancelante, qu’on croyait définitivement acquise après de rudes épreuves sous le règne des militaires. Pour ce faire, le régime utilise des magistrats qui refusent de juger les délits de presse sous le régime de la Loi spécialement adoptée à cet effet (la Loi L002 portant Liberté de la presse et qui dépénalise les délits de presse) au profit d’une autre qui est censée gérer le cyber espace (Loi ordinaire 037), votée mécaniquement le 02 juin 2016 par des députés (de toutes les obédiences politiques) qui n’ont pas tenu compte des observations des journalistes et des ONG nationales et internationales sur les pièges qu’elle comportait. L’une des incongruités de cette loi est le fait de mentionner qu’elle est applicable à TOUS ! Ce qui permet à certains magistrats de faire l’amalgame, en écartant la Loi Organique spéciale L002 quand ils sont saisis d’un délit de presse…

A suivre !

Nouhou Baldé pour Guineematin.com

Lire

Sortie de Bantama contre Cellou Dalein et Hadja Halimatou : Amadou Diouldé recadre le ministre

24 août 2019 à 21 09 39 08398
Doyen Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

A l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire du parti au pouvoir, le ministre des Sports et responsable du RPG arc-en-ciel s’est attaqué au chef de file de l’opposition guinéenne, Elhadj Cellou Dalein Diallo et à sa femme Hadja Halimatou Dalein Diallo. Cette sortie (que vous pouvez lire ici) a mis mal à l’aise le doyen Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien, qui n’a pas tardé à nous faire parvenir sa réaction.

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose cette réaction :

Bantama Sow veut faire de Cellou Dalein son fonds de commerce pour exister. C’est un complexe qu’il vit. Car, au Fouta, chacun de nous connaît sa place. Bantama Sow, ce taximan de Brooklyn, sorti des entrailles de la lisière du Fouta vers la savane, n’a pas de leçons à donner à quelqu’un ici en Guinée.

Il ferait mieux d’attendre les conclusions du rapport d’audit de la CAN 2019, exigé par le Premier ministre pour délier sa langue à la tribune du RPG-AEC. Car, il ne serait pas blanc comme neige, ainsi que son épouse, dans la sulfureuse affaire surtout de la rubrique transports. De ma mémoire de journaliste sportif, c’est la première fois que je vois un ministre des sports voyager avec femme et bagages pendant une CAN.

Bantama Sow est le plus médiocre des ministres des Sports, de la culture et du patrimoine historique de la Guinée indépendante. Il faut un président comme Alpha Condé qui privilégie l’activisme politique au mérite pour nommer ce nain intellectuel dans un gouvernement.

Bantama Sow, tu es peul comme Cellou Dalein Diallo et son épouse Halimatou Diallo, voici le Fouta Djallon vas-y et délivre tes messages mais en prenant soin de bien connaître l’histoire de la région et ta propre histoire pour dire à tous, de Konkobala Kêbaly à Diaguissa, Bouliwel, Tountouroun, Timbi-Madina de quel versant descends-tu de cette prestigieuse descendance de Thierno Moussa Sow, l’un des 9 marabouts fondateurs de la confédération théocratique du Fouta Djallon. Après quoi, la parole sera donnée à Cellou Dalein et à Halimatou, sa femme.

Le farba sera là pour la modération et la présidence du jury pour rappeler à vous trois et à l’assistance sa place dans la verticalité et l’horizontalité sociologique et historique de notre Fouta Djallon.

Bantama Sow, encore une fois, la tribune du RPG est trop exiguë pour parler de Cellou Dalein Diallo et de Halimatou Diallo. Avant la politique politicienne dont tu te fais l’étendard, il y a la géographie, la première composante de l’histoire, la sociologie et la culture. Malheureusement, tu es un analphabète aveuglé par la position et les privilèges d’une gouvernance aux abois.

Pour faire utile, saches que Cellou Dalein Diallo et Halimatou Diallo, son épouse, se grattent au sang dont le limon de Karamoko Alpha Mo Labé, Thierno Samba Bhouria, Alpha Amadou Kolladhé, Thierno Sadio Fougoumba entrent dans la composition de leur chair ; soit 4 des 9 marabouts fondateurs de la confédération théocratique du Fouta Djallon au début du 17e siècle.

Bantama Sow, si d’aventure tu as de la peine à réciter ta propre histoire au cœur de notre majestueux Fouta Djallon, fais-moi signe, je suis un professeur spécialiste de la région, prêts à prendre la craie. Si d’ici là la haine et la jalousie envers Cellou Dalein Diallo n’auront pas eus raison de ton impatience à servir de fouet à d’autres pour massacrer le Seleyanké issu de la plus grande famille maraboutique du Fouta Djallon, le président de l’UFDG.

Par le doyen Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

Lire