CNT : voici la liste des candidats désignés par Cellou Dalein, Sidya Touré, RPG et Cie

25 novembre 2021 à 14 02 12 111211

Comme prévu, les cinq coalitions politiques qui évoluent en synergie d’action ont déposé ce jeudi, 25 novembre 2021, la liste des personnes désignées pour leur représenter au Conseil national de la transition (CNT). Une liste comprenant treize noms dont deux issus de l’UFDG (le parti de Cellou Dalein Diallo, deux du RPG Arc-en-ciel (l’ancien parti au pouvoir), un de l’UFR (le parti de Sidya Touré), un du PEDN (le parti de Lansana Kouyaté), etc. Ils ont réservé les deux autres places au camp de Mamadou Sylla et à celui de Dr Faya Millimouno, qui rejettent la clé de répartition faite par leurs collègues.

Lire

Hadja Marie Samoura au Colonel Mamadi Doumbouya : les Guinéens demandent une ambassade en Mauritanie

23 novembre 2021 à 18 06 27 112711

Hadja Marie Samoura

L’arrivée du Colonel Mamadi Doumbouya au pouvoir le 5 septembre dernier est un évènement salué aussi bien en Guinée qu’à l’étranger où des millions de Guinéens vivent. Estimés à plus d’un millions de personnes en Mauritanie, les Guinéens se trouvent confrontés à d’énormes problèmes administratifs et juridiques, à l’instar des nombreux Guinéens qui vivent à l’extérieur sans la moindre présence de l’Etat guinéen pour assurer leur défense en cas de difficultés.

Lire

4 places pour le RPG Arc-en-ciel au CNT : « nous sommes très satisfaits »

22 novembre 2021 à 21 09 12 111211

Sékou Souapé Kourouma

Le RPG Arc-en-ciel est sorti satisfait de la réunion de la classe politique tenue ce lundi, 22 novembre 2021, à Conakry. Car, l’ancien parti au pouvoir et ses alliés ont obtenu quatre places sur les quinze accordées à l’ensemble des partis politiques du pays au Conseil national de la transition (CNT). Une clé de répartition vivement saluée par Sékou Souapé Kourouma, le représentant du RPG Arc-en-ciel à cette rencontre.

Lire

Un désaccord entre la classe politique ne profitera-il pas au CNRD ?

22 novembre 2021 à 10 10 09 110911

Ibrahima Chérif

Libre opinion : Après le coup d’État du 05 Septembre, qui a réveillé monsieur Alpha Condé dans son sommeil luxueux au palais présidentiel par les forces spéciales. Cette prise du pouvoir a donné de l’espoir à une partie de la population Guinéenne, surtout à la classe politique, qui estime se débarrasser d’un régime hors norme. Quelques mois après, la question de répartition pour se faire représenter au Conseil National de la Transition (CNT), est devenue un gros fardeau entre les partis politiques (15 places seulement pour un nombre élevé de partis politiques) dans un petit pays comme la Guinée. En se référant de cette répartition, le Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD) n’a-t-il pas planifié ce désaccord afin d’avoir suffisamment de temps pour bien se positionner ou mettre en place sa suprématie ?

Lire

Retraite gouvernementale : « c’est une bonne chose » (Bah Oury)

20 novembre 2021 à 17 05 09 110911

Bah Oury, président de l’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG)

Bah Oury apprécie la tenue de la retraite du gouvernement de la Transition dans un camp militaire. Le président de l’Union des démocrates pour la renaissance de la Guinée (UDRG) trouve que cette démarche va amoindrir l’impact de cette activité gouvernementale sur les finances publiques.

Lire

Qui pour représenter les partis politiques au CNT ? La GéCi veut déposer une liste de candidats, vendredi

17 novembre 2021 à 17 05 41 114111

Honorable Fodé Mohamed Soumah, président du parti la Génération Citoyenne (GeCi)

Face à l’absence de consensus dans le choix des représentants de la classe politique au Conseil national de la transition (CNT), certains partis décident de déposer individuellement leur candidature. C’est le cas notamment de la Génération Citoyenne (GéCi), qui compte déposer une liste de dix candidats, vendredi prochain.

Lire

Concertation politique pour le CNT : « tous les partis agréés se valent », lance Yomory Condé (MATD)

10 novembre 2021 à 11 11 35 113511

Conformément au communiqué du département de l’Administration du territoire et de la décentralisation, publié dans la soirée d’hier, plus d’une centaine de partis politiques ont pris part à la rencontre tenue dans la salle du 2 octobre au Palais du peuple, ce mercredi 10 novembre 2021, a constaté Guineematin.com, à travers son équipe de reporters.

Lire

Administration du territoire en Guinée : 5 nouveaux préfets nommés par le Chef de l’Etat

10 novembre 2021 à 8 08 36 113611

Colonel Mamadi Doumbouya, président de la Transition

Dans une série de décrets lue à la télévision nationale (RTG) dans la soirée d’hier, mardi 09 novembre 2021, le président de la Transition, le Colonel Mamadi Doumbouya, a procédé à la nomination de cinq administrateurs territoriaux à l’intérieur du pays. Et, ce sont les préfectures de Siguiri, Macenta, Guéckédou, Forécariah et Koundara qui ont bénéficié de nouveaux.

Lire

Le CNRD doit-il libérer Alpha Condé ? « Un danger pour la transition », s’exclame le leader de ‘’Guinée Moderne’’

9 novembre 2021 à 15 03 27 112711

Thierno Yaya Diallo, président du parti Guinée Moderne

« La libération d’Alpha Condé représente un danger pour le succès de la transition guinéenne. Je pense que la junte doit formuler des propositions pour garantir aux chefs d’Etats de la CEDEAO qu’Alpha Condé sera dans de bonnes conditions… Aujourd’hui, le plus urgent, c’est de développer une feuille de route inclusive pour que nous puissions la vendre au niveau de la CEDEAO et libérer la Guinée », a indiqué Thierno Yaya Diallo, président de « Guinée Moderne ».

Lire

Donner l’eau potable à tous les Guinéens, électricité partout… Le ministre Abé Sylla dévoile ses ambitions

9 novembre 2021 à 12 12 37 113711

Soixante-douze heures après son installation, Dr Ibrahima Abé Sylla, Ministre de l’Energie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures a entamé sa nouvelle fonction hier, lundi 08 novembre 2021, par une visite de prise de contact avec les cadres des différentes directions relevant de son Département. Partout où il est passé, le nouveau patron a décliné les objectifs à atteindre pour le bien du peuple de Guinée dans les domaines de la desserte en courant électrique, en eau potable et en produits pétroliers.

Lire

La CORED en colère contre le CNRD : « nous ne pouvons pas accepter l’inacceptable »

8 novembre 2021 à 22 10 19 111911

Le mode de désignation des membres du conseil national de la transition (CNT) provoque des frustrations au sein de la classe politique guinéenne. La Convergence pour la renaissance de la démocratie (CORED) désapprouve totalement le communiqué du ministre de l’Administration du territoire, annonçant notamment les critères à respecter par les candidats. La coalition dirigée par Mamadou Sylla estime que les autorités de la transition veulent empêcher les acteurs politiques de choisir eux-mêmes leurs représentants au CNT. Elle a dénoncé cette situation à l’issue d’une réunion tenue ce lundi, 08 novembre 2021, à Conakry, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Bourses 2021 : ce que l’Union des écoles Franco-Arabes de Guinée demande au CNRD

8 novembre 2021 à 13 01 38 113811

Ibrahima Mansaré, porte parole de l’union des écoles franco-arabes de Guinée consultant en finance islamique

L’arrivée au pouvoir du Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD) a suscité assez d’espoir chez toute la classe sociale du pays. A cet égard, le 11 septembre l’Union des écoles Franco-Arabes de Guinée avait pris acte et soutenu les nouvelles autorités à travers une déclaration officielle pour la refondation d’un État de droit. Nous gardons toujours l’espoir, nous avons également la certitude que notre doléance sera prise en charge.

Lire

Les mots et les maux du ministre

8 novembre 2021 à 10 10 21 112111

Habib Yembering Diallo

Cher ami,

Je sais que tu as appris la nouvelle. Je ne sais pas si elle est bonne ou mauvaise. C’est l’avenir qui nous le dira. Bien malgré tout, je rends grâce à notre Créateur d’avoir inspiré mes deux bienfaiteurs pour que leur choix porte sur ma modeste personne.  Car je sais que je ne suis pas le plus méritant. Bien au contraire. Il y a des milliers d’autres qui peuvent faire mieux que moi.

Lire

Invite à soutenir le CNRD : la jeunesse du RPG arc-en-ciel à Siguiri se désolidarise de l’inspecteur général de la jeunesse du parti

6 novembre 2021 à 13 01 34 113411

Bourlaye Condé, porte-parole de la jeunesse du RPG arc-en-ciel de Siguiri

« C’est un opportuniste » ! Voici comment la jeunesse du RPG arc-en-ciel de Siguiri a réagi à la demande de soutien au CNRD (la junte militaire qui a renversé le régime Alpha Condé : ndlr) lancée à Conakry hier, vendredi 05 novembre 2021, par Mohamed Saïd Touré, l’inspecteur général du bureau de la jeunesse de l’ancien parti au pouvoir. Par la voix de son porte-parole, Bourlaye Condé, la jeunesse RPG arc-en-ciel de Siguiri a aussi dénoncé une « démagogie » dont le seul but est la « recherche d’argent et de promotion » de la part de l’auteur au près des nouvelles autorités du pays, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Lire

Bénédictions pour le Colonel Mamadi Doumbouya et le CNRD : le Fouta Djallon accompagne la Transition

6 novembre 2021 à 13 01 04 110411

C’est bien par des prières et bénédictions que les érudits, chefs religieux, notables, résidents et ressortissants du Fouta Djallo ont décidé d’accompagner la transition, conduite par le comité national du rassemblement et du développement (CNRD) dirigé par le Colonel Mamadi Doumbouya, président de la République et chef de l’Etat, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Les médias privés et la radio nationale écartés par le CNRD : « ça commence mal », dit Amara Camara

14 octobre 2021 à 8 08 05 100510

« Dadis Camara pensait que tout ce qu’il faisait, c’était à la télé et c’était en direct… Mais, quand le Président Alpha Condé aussi est venu, la radio a été complètement exclue des programmes du Président… Aucun des voyages du Président Alpha Condé n’a été couvert par la radio nationale. Si on en a parlé, c’est peut-être quand il le décide, il dit à son reporter de faire quelque chose pour la radio nationale. Donc, c’est ce système qui a continué jusqu’à aujourd’hui. On pense que c’est la télévision nationale qui soigne leur image, alors que quand on doit communiquer pour la population, on ne doit exclure aucun média. Parce que chaque média a ses lecteurs, ses auditeurs et ses téléspectateurs. Il y en a qui préfèrent les sites d’informations, d’autres les radios privées et d’autres aussi la radio nationale… Je pense qu’il faut qu’on les conseille, parce qu’on ne peut pas déclarer la guerre aux médias, qu’ils soient publics ou privés. Les médias sont un mal nécessaire, il vaut mieux les avoir avec soi que de les avoir contre soi », a notamment dit Amara Camara.

Arrivé au pouvoir à la suite d’un coup d’Etat perpétré le 05 septembre dernier contre le régime Alpha Condé, le Comité national du rassemblement pour le développement (la junte militaire qui dirige actuellement la Guinée) ne développe pas actuellement de bonnes relations avec la presse privée, ainsi d’ailleurs que la radio nationale. Les proches collaborateurs de la junte écartent très souvent les représentants des médias privés et de la radio nationale lors des rencontres officielles. C’est le cas par exemple lors des cérémonies d’installation du Premier ministre, Mohamed Béavogui, et du Secrétaire général de la présidence de la République, le colonel Amara Camara, ainsi que lors de la visite du président Sierra Léonais, Julius Maada Bio, ou encore de la rencontre organisée mardi dernier, 12 octobre 2021, à la Primature, entre le Premier ministre et le secrétaires généraux des différents départements ministériels.

Très récurrent, ce rejet est teinté de mépris. Et, c’est le weekend passé que le Rubicon a failli être franchi, quand des éléments des forces spéciales (l’unité d’élite qui a déposé Alpha Condé le 05 septembre dernier) ont investi les locaux du Groupe Djoma Média avec des tirs d’armes automatiques. Ce comportement des militaires inquiète les professionnels des médias et suscite des interrogations sur la nature des relations que le CNRD veut entretenir avec la presse privée en Guinée.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com hier, mardi 12 octobre 2021, Amara Camara, ancien rédacteur en chef de la radio nationale (RTG), estime que cette façon d’agir des nouvelles autorités de Guinée est à bannir. Amara Camara pense que la junte guinéenne doit revoir sa copie pour corriger ce « mauvais départ » avec la presse privée.

« Je me dis que c’était une descente qui était prévue. Eux (le CNRD), ils disent que ce n’était qu’une descente ; mais, c’est pour vérifier une information. C’est ce que colonel Balla Samoura a dit. Mais, moi je pense que s’il y a des informations autour, pas forcément les médias, mais de n’importe quel citoyen, l’idéal serait d’aller avec les règles. Et, ces règles, à mon avis, veulent qu’on convoque les gens ou alors qu’on vienne dans le temps imparti par la loi. Parce que normalement, à ce que je sache, les officiers de police judiciaire le disent souvent, qu’entre 6 heures et 18 heures, c’est l’intervalle requis pour des interventions de ce genre. Mais, si les gens viennent à 22 heures, et au de-là, pour dire que c’est pour vérifier une information, à mon avis, c’est trop faire. C’est effrayant pour un média. Quoi que l’on cherche aujourd’hui à rassurer les médias, je pense que c’est très compliqué. Et, ça commence mal. Je souhaite que ces gens revoient leur copie pour éviter qu’on ne continue à subir des telles descentes policières ou militaires », a dit Amara Camara.

Pour ce doyen de la presse guinéenne, la mise à l’écart des médias privés doit être débattue par les associations de presse pour trouver une solution.

« Cette question doit être débattue entre les associations de presse et les responsables actuels (le CNRD). Mais, je vous avoue que ce n’est pas seulement les médias privés qui sont exclus. A la RTG par exemple, même la radio nationale n’est pas associée. Les gens pensent que c’est la télévision nationale qui constitue le seul média qui peut porter leur message. Or, les Guinéens sont partagés entre les médias. Aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, la radio nationale est l’un des médiums les plus écoutés en Guinée. Ne serait-ce qu’à travers les éditions d’informations qui sont synchronisées par les 35 stations des radios rurales de Guinée et par certaines radios privées de l’intérieur. Mais, quand les gens viennent, on dit que c’est la caméra qui intéresse les autorités », a indiqué Amara Camara.

A en croire ce journaliste de la RTG, de même que les journalistes des médias privés, ceux de la radio nationale souffrent également de ce sentiment d’être rejetés par les autorités guinéennes, surtout depuis l’élection du président Alpha Condé. Malheureusement, le CNRD est sur la voie de perpétuer cette mauvaise pratique à l’égard de la presse.

« Dadis Camara (qui était président du CNDD et de la Transition guinéenne en 2008, NDLR) pensait que tout ce qu’il faisait, c’était à la télé et c’était en direct. Ce qui n’était pas vérifié. Mais, quand le Président Alpha Condé aussi est venu, on pensait qu’il communiquait avec le bas peuple, notamment avec la radio nationale. Mais, la radio a été complètement exclue des programmes du Président Alpha Condé. Aucun des voyages du Président Alpha Condé n’a été couvert par la radio nationale. Si on en a parlé, c’est peut-être quand il le décide, il dit à son reporter de faire quelque chose pour la radio nationale. Donc, c’est ce système qui a continué  jusqu’à aujourd’hui. On pense que c’est la télévision nationale qui soigne leur image, alors que quand on doit communiquer pour la population, on ne doit exclure aucun média. Parce que chaque média a ses lecteurs, ses auditeurs et ses téléspectateurs. Il y en a qui préfèrent les sites d’informations, d’autres les radios privées et d’autres aussi la radio nationale. Mais, on laisse tous ces gens à côté… Je pense qu’il faut qu’on les conseille, parce qu’on ne peut pas déclarer la guerre aux médias, qu’ils soient publics ou privés. Les médias sont un mal nécessaire, il vaut mieux les avoir avec soi que de les avoir contre soi », a précisé Amara Camara.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Kaba Guiter aux nouvelles autorités guinéennes : « faites des audits des travaux publics »

8 octobre 2021 à 19 07 25 102510
Ansoumane Kaba, PDG de la société Guiter SA

C’est à travers une conférence de presse, organisée hier, jeudi 07 octobre 2021, que le Président Directeur Général de la société Guiter SA a dénoncé la sortie médiatique de Mahmadou Bokoungou, son ancien partenaire. Ansoumane Kaba jure que le patron d’Ebomaf n’a véhiculé que du vent, lors de sa conférence de presse, organisée récemment à Ouagadougou (Burkina Faso). D’ailleurs, l’homme d’affaires guinéen, proche du régime déchu exhorte la junte militaire au pouvoir en Guinée d’engager des audits au ministère des Travaux publics pour traquer ceux qui ont pillé les maigres ressources du pays et récupérer l’argent public détourné…

La sortie médiatique du PDG d’Ebomaf ne passe pas en République de Guinée. Hormis les innombrables citoyens qui protestent contre ce burkinabé qui s’est beurré dans les caisses de l’État grâce à Alpha Condé et qui insulte aujourd’hui ses bienfaiteurs, Ansoumane Kaba, PDG de la société de BTP, Kaba Guiter, a réuni, lui aussi, des journalistes guinéens pour dénoncer les contre-vérités de son ancien partenaire. 

Selon le patron de Guiter SA, Mahmadou Bokoungou n’a rien dit de vrai lors de son show médiatique qui n’aura consisté qu’à attenter au sérieux, à la crédibilité et à l’honneur d’Alpha Condé et de certains de ses proches, ainsi d’ailleurs qu’à sa propre société, Guiter SA. 

« Ces propos venant de celui que la société Guiter considérait jusque-là comme un partenaire de circonstance dans des projets de réhabilitation et de construction des tronçons routiers Kankan-Kissidougou et Kankan- Mandiana sont simplement inacceptables et inadmissibles, choquants… », a notamment lancé Ansoumane Kaba, lui-même proche de l’ancien dictateur guinéen.

Le patron de Guiter SA jure avoir connu Mahmadou Bokoungou à travers l’ancien dirigeant guinéen, Alpha Condé, qui lui aurait demandé d’accompagner Ebomaf dans la réalisation des projets routiers Kankan-Kissidougou et Kankan- Mandiana. « Après de nombreux déplacements, les travaux d’études techniques réalisés sur le terrain avec le concours de toutes les parties, précédés des démarches administratives, une entente librement consentie a été conclue entre Ebomaf et Guiter à Ouagadougou en vue de la mise en place d’un groupement. Dans ledit groupement, 49% des parts revenaient à Guiter et 51% à Ebomaf. Contrairement aux allégations mensongères du sieur Mahamadou Bokoungou, à la signature du 1er contrat d’un montant de 305 millions d’euros pour le tronçon Kankan-Kissidougou et 184 millions toutes taxes, les compétences de Guiter en matière de BTP sur le terrain n’étaient plus à démontrer », a indiqué Ansoumane Kaba.

Ansoumane Kaba, PDG de la société Guiter SA

Selon le beau-frère de l’ancien président guinéen et PDG de Guiter SA, avant de rencontrer Ebomaf, en 2013, Guiter avait déjà 24 années d’expérience sur le terrain. « Quand nous exécutions notre premier projet, Ebomaf faisait le commerce d’équipements informatiques entre la Chine et le Burkina Faso. Le premier grand différend entre Ebomaf et Guiter est né de la fixation des volumes des travaux détaillés par tronçon. Guiter, s’étant rendue compte d’une tentative flagrante de surfacturation, a exigé de son partenaire de revoir ces volumes à la baisse, étant donné que les prix unitaires étaient compétitifs. Le second différend est survenu après la délivrance de la dérogation par le Premier ministre Mohamed Saïd Fofana, sur instruction du Président de la République. C’est ainsi que le ministère des TP a choisi de prendre un bureau de contrôle américain qui vient d’être racheté par les canadiens. Cela étant greffé par un autre différend, celui lié au choix de la mission de contrôle qui a dérangé Bokoungou. Donc, c’était un motif grave de résiliation », a révélé monsieur Kaba.

Insistant sur les tentatives de surfacturation faites par Ebomaf, Ansoumane Kaba soutient que cela a été constaté au niveau des volumes non exécutés par son ancien partenaire. 

« Nous pouvons passer beaucoup de temps à discuter sur les surfacturations. Mais, ce qu’il faut retenir, je l’ai dit, les prix unitaires peuvent être homologués. Un mètre cube de bitume pour le terrassement peut être de 80 000 francs guinéens ; mais, qu’est-ce qui varie, c’est le volume. Un bureau peut superviser Guiter pour un kilomètre de route, dire que l’entreprise a bien géré, a fait des travaux pour la décaisser, l’entreprise a apporté de nouveaux matériels. Donc, le volume peut monter pour que le coût du kilomètre soit vingt millions (20 000 000). Un autre peut le faire avec la complicité et que la mission de contrôle accepte que ça soit à deux millions (2 000 000). C’est là où le coût varie. Donc, pour que le coût ne varie pas et que le prix soit compétitif, il revient à l’administration de faire les études, d’éviter les contrats d’études réalisées. Ces volumes mis dans son contrat n’avaient pas été exécutés », a-t-il fait savoir.

Ansoumane Kaba, PDG de la société Guiter SA

Enfin, le PDG de Kaba Guiter souhaite que les nouvelles autorités guinéennes engagent des audits dans le secteur pour demander des comptes. « Je parle d’audit parce que je suis un citoyen. Je suis une entreprise citoyenne qui a le souci que nous sortions de cet état de délabrement de notre réseau routier. Or, il y a eu trop d’investissements en matière de routes. Alors, si nous continuons à avoir peur de dénoncer, si l’élite continue à être effrayée, à rester silencieuse, ce pays ira inévitablement à l’abîme. Un opérateur ne doit pas avoir peur d’un audit. Si vous avez eu à faire des choses, on vous demandera de réaliser la tâche. Mais, au moins, ça permet d’arrêter la saignée », a expliqué l’opérateur économique, proche de l’ancien régime.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Le colonel Mamadi Doumbouya rassure : « le CNRD ne confisquera jamais le pouvoir »

1 octobre 2021 à 21 09 37 103710
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition

Alors que beaucoup s’interrogent encore sur la durée de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya se montre rassurant. Le président de la transition, chef de la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé, assure que le comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) ne va pas confisquer le pouvoir.

L’homme fort du pays a fait cette annonce dans son adresse à la nation, faite à l’occasion de la fête nationale marquant l’accession de la Guinée à l’indépendance, qui sera célébrée demain, samedi 2 octobre 2021. Il a aussi réitéré l’engagement selon lequel, aucun membre de son équipe ne fera acte de candidature aux élections qui vont clôturer cette transition.

« Le CN-RD rassure la communauté nationale et internationale qu’il ne confisquera jamais le pouvoir. Les membres du CN-RD, du Gouvernement et des autres organes de la Transition ne feront pas acte de candidature aux prochaines élections.

Les élections se dérouleront de la base au sommet (quartiers, communes, législatives et présidentielles) conformément à un chronogramme consensuellement établi.

Ainsi, le Président de la République élu trouvera toutes les institutions démocratiques installées. Ainsi, il pourra s’atteler à répondre aux défis du développement et de l’émergence de la Guinée », a dit le colonel Mamadi Doumbouya.

Par ailleurs, le président de la transition guinéenne a réaffirmé que la Guinée honorera tous ses engagements internationaux. Il a également invité les partenaires techniques et financiers et les pays amis de la Guinée, ainsi que toute la communauté internationale à accompagner le pays pour lui permettre de réussir cette transition.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628 12 43 62

Lire