Le président Alpha Condé reçoit dans l’après-midi de ce lundi, 2 avril 2018, Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition au palais Sékhoutoureyah. Une rencontre qui va intervenir à un moment où la Guinée traverse une crise post-électorale sans précédent. Bah Oury, le président de l’UFDG-Renouveau, exclu des rangs de l’UFDG, Joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com, ce lundi, trouve normale une telle rencontre, mais elle ne doit pas aboutir à une violation du Code Électoral.

Pour monsieur Bah Oury, « institutionnellement, c’est tout à fait normal que le président de la République reçoive le chef de file dit de l’opposition. C’est dans la loi, c’est dans les statuts, c’est donc normal ».

Par ailleurs, l’ancien vice-président de l’UFDG pense que « tout ce qui peut contribuer à faire avancer le pays dans la stabilité doit être exploité. Mais, cela nécessite le respect de la loi avec rigueur, la lutte contre toute forme d’impunité. Et, l’impunité, c’est à son propre niveau qu’on doit donner le bon exemple ».

Cependant, pour ce qui est des résultats des élections locales, monsieur Bah Oury se fonde sur le Code Électoral pour expliquer que lesdits résultats ne peuvent être revus ou modifiés, comme le souhaitent les opposants. « La loi est claire, c’est eux qui ont voté le Code Électoral. Ce Code dit qu’il y a une période où les tribunaux de première instance devraient examiner les plaintes venant des circonscriptions. Et, la loi est très explicite. Les jugements de ces tribunaux de première instance ne sont susceptibles d’aucun recours. Ce n’est qu’après que la CENI proclame les résultats. C’est eux qui ont voté cette loi ; donc, il faut qu’ils soient républicains. Ils ne peuvent pas demander à la CENI de changer les décisions qui ont été portées à l’attention du public en conformité avec la loi », estime-t-il.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin