Opposition, politique, Guinée, Cellou Dalein, Aboubacar SyllaAu cours d’une réunion tenue ce mercredi 31 décembre 2014, au QG de l’UFDG à la CBG, les membres de l’opposition républicaine ont échangé sur plusieurs questions d’actualité nationale, notamment la tenue de leur meeting, la promulgation de la loi portant sur l’Institution des droits humains, la grève annoncée par le syndicat etc.

Interpelé au sortir de la rencontre par un journaliste sur la situation des Guinéens incarcérés en Angola depuis quelques semaines, le porte parole de l’opposition, Aboubacar Sylla, n’est pas passé du dos de la cuillère : « Nous –l’opposition- avons été très choqués par le silence assourdissant, un silence aphone des autorités de notre pays. Le gouvernement est resté totalement inactif devant cette violation grave des droits humains dont nos compatriotes sont victimes », a-t-il répondu.

Sur ce que le régime Alpha Condé aurait dû faire, le leader de l’UFC a ajouté : « Le minimum que le gouvernement pouvait faire, c’est au moins convoquer l’ambassadeur d’Angola ou rappeler son ambassadeur. Ce minimum n’a pas été fait. Je suis sidéré d’entendre le porte parole du gouvernement, Albert Damantang Camara, dire qu’il n’y a pas eu encore de contact avec l’ambassadeur de l’Angola qui est en Guinée. J’ai même entendu le ministre chargé des Guinéens de l’étranger dire officiellement qu’ils ont appelé l’ambassadeur d’Angola et qu’il n’a pas voulu venir. C’est totalement inacceptable que la liberté, la santé, la vie des Guinéens en Angola soient sacrifiés sous l’autel des relations personnelles entre le Président Dos Santos et le Alpha Condé », conclut-il.

Mamadou Alpha Baldé

Tél. : 664 536 142

Facebook Comments