Burkina Faso : les 5 commissaires de l’opposition reviennent à la CENI

25 novembre 2020 à 18 06 09 110911

Les 5 commissaires de la composante opposition de la Commission Electorale Nationale indépendante (CENI) manquant à l’appel mardi, annoncent leur retour ce mercredi dans un communiqué. Ils avaient boudé les travaux de totalisation, validation et publication des résultats partiels provisoires hier mardi. Ils ont exigé et obtenu le comptage manuel des bulletins de vote à la place du comptage électronique.

Lire

Manifestation de l’UFDG et de l’ANAD : l’appel ignoré à Kaloum

25 novembre 2020 à 17 05 42 114211

La commune de Kaloum n’a pas répondu favorablement à l’appel à manifester de l’UFDG et de l’ANAD ce mercredi, 25 novembre 2020. La plupart des activités ont fonctionné dans cette partie de la capitale guinéenne, qui abrite le centre administratif du pays, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Lire

Labé : la manifestation de l’opposition violemment dispersée

25 novembre 2020 à 15 03 43 114311

Comme annoncé précédemment, de nombreux citoyens sont descendus dans les rues de Labé ce mercredi, 25 novembre 2020, pour répondre à l’appel de l’UFDG et l’ANAD, qui ont demandé à leurs partisans de manifester dans tout le pays pour exiger la libération des opposants emprisonnés. Mais, ils ont été violemment dispersés par les forces de sécurité, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

Lire

Labé : situation tendue à la veille de la manifestation du camp Cellou Dalein

24 novembre 2020 à 17 05 09 110911

Malgré l’interdiction de toutes les manifestations de rue en Guinée, les responsables de l’opposition à Labé comptent bien répondre à l’appel de leurs leaders de Conakry. Un appel à manifester dans tout le pays demain, mercredi 25 novembre 2020, pour exiger la libération des opposants incarcérés.

Lire

Elections Burkina Faso : la mouvance réplique aux accusations de l’opposition

24 novembre 2020 à 12 12 57 115711

Comme annoncé précédemment, l’opposition burkinabè conteste déjà les résultats des élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020. Dans une déclaration rendue publique lundi soir, 23 novembre 2020, les partis politiques signataires de l’accord politique de Ouagadougou ont rejeté les premiers résultats partiels publiés par la CENI, dénonçant de nombreuses irrégularités ayant entaché le scrutin.

Lire

Crise politique en Guinée : l’ambassadeur Thierno Ousmane répond à Emmanuel Macron (interview)

24 novembre 2020 à 7 07 25 112511

Thierno Ousmane Diallo, ambassadeur de la République de Guinée en Espagne

Au lendemain de sa nomination au poste d’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Guinée près du royaume d’Espagne, l’ancien ministre Thierno Ousmane Diallo a accordé une interview à Guineematin.com, le samedi dernier, 21 novembre 2020. Sa nomination, la crise post-électorale dans notre pays, la sortie du président français sur la situation guinéenne, les déguerpissements à Koporo rails, ont été entre autres les sujets débattus.

Lire

Interdiction de manifester en Guinée : Saïkou Yaya Barry dénonce une volonté « d’oppresser le peuple »

24 novembre 2020 à 6 06 35 113511

Saîkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, le gouvernement guinéen a annoncé la suspension des manifestations sur toute l’étendue du territoire national. Officiellement, cette mesure (qui empiète sur un droit constitutionnel du peuple) a été prise pour des raisons de « crise sanitaire » liée à la COVID-19. Mais, du côté de l’opposition, cette décision du pouvoir est perçue comme une provocation et une volonté d’enraciner un peu plus une dictature dans le pays. Saïkou Yaya Barry, le secrétaire exécutif de l’union des forces républicaines (UFR) soupçonne le régime Alpha Condé de vouloir brimer et oppresser le peuple.

Lire

Elections au Burkina Faso : l’opposition rejette les « résultats entachés d’irrégularités »

23 novembre 2020 à 22 10 12 111211

L’opposition burkinabè rejette les premiers résultats partiels des élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020, publiés ce lundi 23 novembre. Elle l’a fait savoir à travers une déclaration ce soir lue par Tahirou Barry, candidat du mouvement pour le changement et la renaissance (MCR) et président de la conférence des candidats signataires de l’accord politique de Ouagadougou.

Lire

Jacques Gbonimy, président de l’UPG : « la Covid-19 est devenue une maladie politique dans notre pays »

23 novembre 2020 à 14 02 19 111911

 

Jacques Gbonimy, président de l’UPG

Comme annoncé précédemment, le gouvernement guinéen a annoncé hier, dimanche 22 novembre 2020, l’interdiction de toute manifestation de masse dans tout le pays. Les autorités justifient cette décision par la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus et assurent qu’elle sera levée aussitôt que cette maladie sera vaincue. Mais cet argument ne passe pas chez certains opposants, à l’image du président de l’Union pour le Progrès de la Guinée (UPG) et membre de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie (ANAD). Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com ce lundi, 23 novembre 2020, Jacques Gbonimy a dénoncé une décision visant tout simplement à empêcher l’opposition de manifester.

Lire

Tribune : « FNDC, ne mélangez pas les pédales »

23 novembre 2020 à 11 11 16 111611

Le FNDC est né d’une volonté commune d’hommes politiques, de membres de la société civile et des citoyens partageant les mêmes valeurs démocratiques, lesquelles se sont entendues sur l’impossible troisième mandat de Alpha Condé. 

Lire

Labé : le secrétaire fédéral de l’UFDG dans le collimateur de la jeunesse du parti

23 novembre 2020 à 10 10 41 114111

Mamadou Bachir Koula Diallo, secrétaire fédéral de l’UFDG à Labé


Le secrétaire fédéral de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) de Labé, Mamadou Bachir Koula Diallo est confronté à une contestation interne liée aux préparatifs de la prochaine manifestation de l’UFDG et de l’ANAD prévue pour le mercredi, 25 novembre 2020, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Interdiction des manifestations : le FNDC dénonce une décision « absurde et ridicule »

23 novembre 2020 à 10 10 12 111211

Comme indiqué dans une de nos précédentes dépêches, le gouvernement guinéen a interdit les manifestations publiques au lendemain d’une élection présidentielle très contestée. Ce que les opposants au troisième mandat rejettent, rappelant le droit au peuple de Guinée de désobéir cette décision du gouvernement que le FNDC accuse le régime Alpha Condé d’utiliser la Covid19 comme un instrument politique contre les opposants au projet de 3ème mandat.

Ci-dessus le communiqué du FNDC de ce lundi 23 novembre 2020

Front National pour la Défense de la Constitution

COMMUNIQUE N°152

Ce dimanche 22 novembre, le Gouvernement Guinéen s’est fendu d’un communiqué anachronique et liberticide visant à formaliser l’interdiction des manifestations sociales et politiques dans tout le pays.

Le FNDC rappelle que depuis le mois de mars 2020, tous ses appels à manifester ont été systématiquement interdits par les autorités communales sur injonction du Ministère en charge de l’administration du territoire. Cette décision illégale du gouvernement Guinéen ne surprend guère le peuple de Guinée qui a le droit de désobéir à toutes les décisions de ce clan d’oppresseurs.

Le FNDC dénonce cette décision absurde et ridicule du gouvernement guinéen, quand on sait que la crise sanitaire que notre pays peine à endiguer a été provoquée et entretenue par ce clan qui s’est servi de la COVID-19 comme un instrument politique contre les opposants au projet de 3ème mandat.

Malgré les nombreuses dénonciations et interpellations de la communauté nationale et internationale, et des organisations de défense des droits de l’Homme, le Gouvernement continue de profiter de cette pandémie pour tuer, kidnapper et emprisonner des leaders et militants du FNDC. Aujourd’hui, plus de 400 militants et sympathisants du FNDC sont illégalement emprisonnés au mépris de toute procédure légale.

Le Gouvernement irresponsable et sanguinaire d’Alpha Condé a violé toutes les mesures d’urgence sanitaire et de distanciation sociale en drainant les masses humaines lors des meetings ou rassemblements politiques, tandis que les citoyens opposés au projet de troisième mandat étaient sauvagement tués et emprisonnés au nom de la COVID-19 lors des rassemblements pacifiques.

Le FNDC ne saurait obéir à cette interdiction illégale et travaille déjà sur un schéma adapté au contexte de répression, d’abus de pouvoir et de totalitarisme.

Le FNDC réaffirme son soutien à tous les prisonniers politiques et exige leur libération immédiate.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons!

Conakry, le 23 novembre 2020.

La coordination nationale du FNDC

Lire

Détournement de 8 motos de campagne à Kankan : l’UFDG poursuit 6 responsables pour ‘‘vol’’

18 novembre 2020 à 8 08 48 114811

image d’archive

Après la tenue de l’élection présidentielle en Guinée, l’heure au bilan chez les formations politiques, notamment sur la gestion du matériel de campagne. A Kankan, l’UFDG a porté plainte contre six (6) de ses responsables pour détournement de huit (8) motos lors de la campagne électorale. Les accusés ont été auditionnés, puis placés sous mandat de dépôt à la maison centrale de Kankan. Selon la fédération de l’UFDG, les mis en cause ont décidé de rembourser les motos volées, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à Kankan.

Lire

Arrestation et emprisonnement d’opposants en Guinée : Me Béa se confie à Guineematin

17 novembre 2020 à 22 10 58 115811

Me Salifou Béavogui, avocat de la défense

Depuis quelques jours, l’actualité politique guinéenne est fortement dominée par les arrestations ciblées de certaines grandes figures de l’opposition au régime Alpha Condé. Ibrahima Chérif Bah, Cellou Baldé, Ousmane Gaoual Diallo (tous membres influents de l’UFDG) et Etienne Soropogui (président du mouvement Nos valeurs communes) sont actuellement écroués à la maison centrale de Conakry pour « fabrication et détention d’armes de guerre et atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation », etc. Ces responsables politiques se retrouvent en prison avec plus de 300 autres citoyens arrêtés en marge des violences postélectorales qui ont secoué la Guinée au lendemain du scrutin présidentiel du 18 octobre dernier. Egalement, ces opposants côtoient derrière les barreaux d’autres hommes politiques et des activistes de la société civile, emprisonnés pour leur opposition à un troisième mandat d’Alpha Condé dans le pays.

Lire

Les mots et les maux de l’opposant : « je tiens à récupérer ma victoire »

16 novembre 2020 à 6 06 59 115911

Habib Yembering Diallo

Par Habib Yembering Diallo : «…l’adversaire a pris les devants en décapitant mon parti par l’arrestation de mes principaux lieutenants. L’objectif est de nous faire avaler les couleuvres et d’émousser notre revendication pour récupérer la victoire. Il se trompe lourdement. Nous continuerons la lutte jusqu’à la récupération effective de notre victoire. Cependant, et comme tu me connais, je n’utiliserai que les moyens légaux pour parvenir à mes fins. Pour rien au monde je ne renoncerai à mon idéal : celui de la paix et de la fraternité entre tous mes compatriotes ».

Lire

Arrestations d’opposants en Guinée : Taran Diallo (ADR) dénonce et fait une proposition de sortie de crise

15 novembre 2020 à 15 03 08 110811

Mamadou Taran Diallo, président du parti ADR


Actuellement en Guinée, de plus en plus d’opposant au régime Alpha Condé font l’objet d’un acharnement politico-judiciaire. Plusieurs cadres de l’UFDG (la principale formation politique d’opposition en Guinée) et ses alliés de l’ANAD (alliance nationale pour la démocratie et le développement) sont déjà en prison à Conakry. Et, dans un contexte de crise postélectorale tendue, cette situation est de nature à exacerber les tensions et attiger les clivages. C’est pourquoi, certains acteurs de la vie sociopolitique nationale s’empressent à solliciter un apaisement. C’est le cas du président de l’alliance pour la démocratie et le renouveau (ADR) et membre actif de l’ANAD.

Lire

Arrestation d’opposants en Guinée : la réaction du président du PUP, Elhadj Fodé Bangoura

15 novembre 2020 à 14 02 16 111611

Elhadj Fodé Bangoura, président du PUP


En marge de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti hier, samedi 14 novembre 2020, le président du PUP (Parti de l’Unité et du Progrès) s’est exprimé sur les arrestations des responsables de certains partis politiques d’opposition à Conakry. Elhadj Fodé Bangoura a appelé les acteurs impliqués dans cette situation à privilégier les intérêts de la nation. Cet ancien bras droit de feu le Général Lansana Conté a demandé la libération des acteurs politiques et le règlement des conflits politiques par le dialogue, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était au siège de l’ancien parti au pouvoir.

Lire

Crise politique en Guinée : « Alpha Condé gouvernera seul avec son parti et ses alliés » (Bantama Sow)

14 novembre 2020 à 20 08 51 115111

Sanoussy Bantama Sow, ministre de la culture, des sports et du patrimoine historique

Alors que certains observateurs et analystes de la scène politique guinéenne suggèrent la formation d’un « gouvernement d’union national » pour apaiser les tensions et les frustrations nées au lendemain de la présidentielle du 18 octobre dernier en Guinée, le ministre de la culture ne veut voir aucun opposant dans le prochain Gouvernement.

Lire