Ousmane Diallo, député uninominal de l'UFDG à Gaoual

Ousmane Diallo, député uninominal de l’UFDG à Gaoual

Vous serez peut-être surpris, Monsieur Alpha Condé, ou plutôt ferez semblant de l’être, par cette appellation entre guillemets. Car, selon les textes fondateurs, vous êtes censé défendre les intérêts de la République et les principes de droit qui en assurent le fonctionnement.

Or, tout indique, depuis votre entrée en fonction par effraction, que vous avez prêté une allégeance aveugle et inconditionnelle à un groupe d’extrémistes ethniquement marqués qui violent nos principes et nos droits par vos actions claniques en instrumentalisant nos forces de défense et de sécurité qui tuent en votre nom dans une indifférence totale de notre institution judiciaire en mort clinique.

Il faut dire que vous êtes le fondateur d’un parti politique dit « socialiste », qui a participé dans une certaine mesure à la lutte pour l’avènement d’une démocratie véritable dans notre pays. Mais hélas ! mille fois hélas ! vous avez déçu un peuple qui s’est résigné à votre installation frauduleuse à Sékoutouréyah.

Oui ! Vous avez déçu notre peuple qui, en trois ans, a payé un lourd tribu en essayant de vous faire entendre raison sur votre illégitimité. Pour rappel, voici un inventaire sommaire, 700 assassinats par vos ordres, des femmes violées sous votre regard indifférent, des milliards de biens détruits avec votre complicité. Les libertés fondamentales ont foutu le camp depuis votre installation, le guinéen a disparu de son propre pays, laissant la place aux ethnies.

Certes, il vous arrive de dire quasi systématiquement du mal de vos prédécesseurs, de leurs gouvernances, de dénoncer la corruption. De même, lorsque vous recevez les personnalités de la communauté internationale, vous jouer au pacifique que votre attitude du jour d’après trahi. Vos interlocuteurs et toute la population guinéenne se rendent compte que ce sont là juste des paroles en l’air, dites avec l’aval de vos hordes de conseillers, pour illusionner les naïfs que les guinéens ne sont plus.

Le dernier exemple en date, est la publication de vos fameux audits qui ont fait pschitt et la nomination de votre neveu Curtis  alors même qu’il venait juste d’être sanctionné par son chef hiérarchique pour des manquements graves qui ont valu à d’autres la prison. Cela montre à suffisance que vous avez été toujours sélectif et dangereusement communautaire comme toujours du moins.

Une complicité criminelle…

Votre complicité criminelle avec les forces de défense et de sécurité va vous rattraper bientôt. Et ce n’est ni Zakariaou, ni les 58 morts (sans aucune enquête dans les rangs de l’opposition), ni les assassinés de Zoghota, de Saoro, encore moins les morts dans les violences inter communautaires de Nzérékoré, de Lélouma, de Gaoual, de Boké, de Guéckédou qui diront le contraire.

Tous ces massacres inhumains de civils à l’occasion des manifestations politiques ne sont que des violences gratuites exercées par nos hommes en armes sur nos populations.

Les violences communautaires éclatent partout avec vos encouragements partout sur le territoire national sur des  populations sans défense et sans recours perpétrées avec des moyens militaires sans précédent vous laissent de marbre sans réveiller notre justice entrée en hibernation depuis votre arrivée.

Je me permets de vous rappeler ici que j’ai personnellement déposé aux Ministères de la « Justices », celui dit des « Droits de l’Homme » ainsi qu’auprès du Ministre et porte parole du Gouvernement et de plusieurs ambassades accréditées dans notre pays des preuves irréfutables d’assassinats et de viol commis à l’occasion des manifestations politiques, et que votre « justice », enfin celle qui reçoit ses ordres de « Sékoutouréyah », ignore à ce jour et qui certainement finira par les classer dans la cage « affaire sans suite ».

Je ne parle même pas de la lettre que j’ai adressé au Ministre de la Justice qui n’a même pas daigné répondre à un citoyen parce qu’il doit considérer qu’il est au service exclusif d’un « maître » et pas de la nation.

Aux malinkés qui partagent notre histoire commune…

A mes concitoyens malinkés, et plus généralement tout ceux qui sont sensibles à vos discours discourtois, je dis de faire attention de ne pas se laisser endormir si naïvement et de façon inconditionnelle par vos paroles mielleuses qui ne cherchent qu’à vous opposer aux autres composantes de la nation.

Je vous prie de bien réfléchir et de lire notre histoire commune, les autres guinéens, les exclus, les abandonnés, les stigmatisés vous regardent et espèrent votre solidarité, votre compassion même à défaut de votre condamnation de cette ignominie qui tend à nous dresser les uns contre les autres pour détruire notre idéal commun de construire une Guinée unie et prospère.

Je chéri l’idéal de vivre dans les prochains jours une prise de conscience, un réveil des Malinkés et des bonnes consciences au nom desquels ils commettent ces crimes pour condamner avec nous et sans équivoque les dérives sectaire et ethnocentrique de ce gouvernement et les turpitudes dangereuses du président de la république qui ne cesse de mettre en péril l’unité de notre pays.

Notre nation est fragile, ne vous laissez pas abuser par des considérations éphémères, criminelles et irrationnelles qui ont fini par transformer les Institutions de la République, comme la Justice, l’armée et la Police, en officines auxiliaires du RPG et aux services exclusif des extrémistes de la communauté mandingue.

A ces cadres zélés qui pullulent et polluent la démocratie…

Les ministres, les gouverneurs, les préfets, les sous-préfets, les délégations spéciales, les président des districts, les chefs de quartier etc. sont tous mis à contribution pour faire valoir au mépris de nos lois le seul point de vue du RPG dans une République qui se veut démocratique.

Toutes les déclarations, les manifestations pacifiques de l’opposition ou celles qui pourraient déplaire au « maître de la Guinée » sont bannies jusque dans les médias publics.

Pour une critique ou une égratignure du président, sa famille, son clan les moyens de la République sont mobilisés pour arrêter et condamner le coupable. Alors même que des assassins continuent de narguer leurs victimes sous le regard bienveillant d’un président qui a choisi la force en lieu et place du dialogue, la violence en lieu et place de la paix.

Népotisme et apartheid dans ma Guinée…

Le népotisme est installé sur tous les étages et dans tous les compartiments de la nation. Notre pays va mal monsieur le Président du RPG.

Quand vous avez le malheur de porter certains patronymes, la justice ignore tout simplement que vous êtes guinéens et que vous avez besoin de sa protection. On se presse alors de mettre en place des commissions qui ne produiront jamais de résultat. Les victimes du 28 septembre au nom de la démocratie sont honteusement oubliées. Les victimes sont ignorées avec la complicité des juges protégés par le président de la République et ses affidés.

Monsieur le Président du RPG, vous avez poursuivi le travail de sape de nos institutions en réduisant à néant, comme vous le voyez, l’indépendance précoce qui pointait au sein de notre institution judiciaire à votre arrivée par usurpation à la tête de notre pays.

Au secours, les oligarques sont guinéens…

En l’espace de quatre années, Monsieur le Président du RPG, vous avez réduit notre pays au rôle de sous-traitant d’une pègre internationale qui cherchait un point de chute. Notre pays abrite désormais les plus grands criminels et prédateurs économiques du monde qui ont fini par ruiner notre pays et installer le doute sur l’avenir dans l’esprit de nos jeunes compatriotes.

Du port autonome en passant par nos mines, les intérêts de la Guinée sont remplacés par des discours démagogiques lénifiants qui endorment notre peuple et enrichissent votre clan. Le roi, la reine, le prince et les membres de vos cercles ont fini par se partager les fruits de nos richesses :

Le port est hypothéqué pour 30 ans, nos espoirs de Simandou vendu à vil prix pour 50 ans,  AMC Moubadala s’installent  pour 30 ans dans nos régions…

J’allais oublier votre soutien indéfectible à vos Ministres corrompus (accusés de détournement de nos maigres revenus), ceux qui se rendent coupables de propos et comportements discriminatoires à l’endroit des peuls que vous vous évertué à exclure de la communauté nationale (votre RGPH en est la dernière illustration).

Il est vrai que vous avez toujours soutenu votre Ministre de l’administration ouvertement ethnocentrique avec son arrogance qui n’a d’égale que sa volonté d’écraser la communauté peule et installer je ne sais quelle dynastie malinké dans notre pays.

On se rappellera de vous et de votre place dans l’Histoire comme le complice des crimes de guerre, de crime économique et de crime contre l’humanité, ou pour reprendre une célèbre formule, comme le « Petit Télégraphiste de la cause des extrémistes du RPG».

C’est pour  tout cela, M. Alpha Condé, que je vous accuse de FORFAITURE, et que j’accuse votre « justice » d’être la « bonne à tout faire des extrémistes du RPG».

J’espère que vous ne laisserez pas ces graves accusations sans suite. Les guinéens patriotes ne comprendraient pas que le Premier Magistrat ne défende pas son intégrité morale ni l’honneur et la dignité de notre principale Institution.

Au moment où vous rendez visite à notre cousin de l’Amérique je profite pour vous rappeler une de ses déclarations que j’espère vous inspirera

« Quelles que soient les ressources d’un pays, si vous n’avez un pas un ensemble de lois, le respect pour les droits civiques et les droits de l’homme, si vous n’avez pas de liberté d’expression et de rassemblement (. . . ), il est très rare qu’un pays réussisse dans la durée ».

Enfin les conventions épistolaires m’obligeant de conclure avec des salutations, je vous adresse les miennes, AVEC MON PLUS PROFOND MÉPRIS REPUBLICAIN.

 

Honorable Ousmane Gaoual DIALLO

Député de la République.

Pour une Guinée Juste et Démocratique

 

Commentaires