Comme annoncé dans une de nos précédentes publications d’hier, mardi 10 janvier 2017, le ministre de l’Enseignement Pré universitaire et de l’Alphabétisation, Dr. Ibrahima Kourouma,  a reçu certains médias dont Guineematin.com pour échanger sur la situation des enseignants contractuels.

Suite et fin du décryptage de notre entretien !

Monsieur le ministre Ibrahima Kourouma, d’ici le redéploiement, il y a des écoles qui risquent de ne pas fonctionner. Qu’est-ce qui est entrain d’être fait éviter cette situation ?

Dr. Ibrahima Kourouma : Vous savez que nous sommes entrain de travailler dans ce sens. Il y a d’abord un premier redéploiement. Regardez qu’à Dixinn par exemple, il n’y a pas de contractuel. Dans beaucoup de préfectures aujourd’hui, le redéploiement des enseignants a fait qu’il n’y a pratiquement pas de contractuel. Certains contractuels sont encore restés dans d’autres écoles ; mais, attendez qu’on fasse le redéploiement, vous verrez.  Je tiens à préciser qu’il y a des contractuels qui tiennent les cours et qui sont admis. Donc, cela ne veut pas dire que parce qu’on va faire des affectations que tous les contractuels sortent. Il y a des contractuels qui sont devenus des fonctionnaires. Ils sont admis, ils attendent leur numéro matricule pour qu’ils soient fonctionnaires ; mais, ils tiennent les cours ailleurs. Donc, on n’est pas dans une situation où il va y avoir une désertion dans les classes.  Nous sommes dans une situation où nous allons travailler pour faire en sorte qu’il y ait un redéploiement et une affectation qui permette à nos différentes écoles d’être couvertes en matière d’enseignants.

Monsieur le ministre, quel va être le sort réservé aux enseignants contractuels qui n’ont pas été engagés ?

Dr Ibrahima Kourouma : Notre objectif est de faire en sorte que nos écoles soient des écoles où il n’y a pas de difficultés d’enseignants. Je ne suis pas aujourd’hui celui qui recrute à la Fonction publique. Je ne suis pas le ministre de la Fonction publique. Je ne peux pas vous dire aujourd’hui que ceux n’ont pas eu le concours voici ce qui nous allons avoir comme disposition pour eux.  Mais, ce qui nous préoccupe et qui est fondamental pour nous, c’est de faire en sorte qu’il n’ ait aucune classe en Guinée sans maître, qu’il y ait aucune matière sur l’ensemble du pays, dans nos différentes écoles qui ne soit pas enseignée. Je crois que c’est ce qui est fondamental et c’est ce à quoi le ministère de l’Enseignement pré universitaire va s’atteler.

Hier le ministre de la Fonction publique a fait une première communication où il a expliqué les résultats. Nous, aujourd’hui, nous faisons la deuxième communication parce que nous allons recevoir les enseignants et nous sommes obligés de dire que nous sommes très heureux du résultat des contractuels. 77% d’admis, c’est déjà beaucoup. A notre niveau, c’est déjà une satisfaction.

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments