Témoignage sur l’affrontement guinéeo-malien ! Les images et vidéo de notre envoyé spécial

Le poste de santé de Kantédou
Le poste de santé de Kantédou

Comme on le sait, des communautés guinéennes et maliennes se sont affrontées sur des sites d’orpaillage près de la frontière entre nos deux pays, le mercredi 25 février 2015. Au téléphone de Guineematin.com, le préfet de Mandiana avait annoncé 14 blessés côté guinéen. Pour sa part, Honorable Yaya Sangaré, député malien, a annoncé à Guineematin.com plusieurs morts dont deux gendarmes « criblés de balles par des chasseurs guinéens appuyés d’une milice »… Pour mieux comprendre ce qui s’est passé, Guineematin.com a dépêché sur les lieux son correspondant à Kankan.

Parmi les entretiens réalisés à Kantédou Balandou, l’envoyé spécial de Guineematin.com a donné la parole à monsieur Saidou Kanté, président du district de Kantédou. Ci-dessous, ce responsable local explique à Guineematin.com l’origine de ces incidents :

« Le conflit a commencé, entre nous et nos villages limitrophe (Samaya, côté malien).  ils ont préparé un groupe  de jeunes de quelques villages, Samaya, Corbada et Sanakoura…   des jeunes de 25, 18 et 30 ans ont été rassemblés et préparés contre nous. Dans notre propre brousse, nos enfants vont travailler, ils les attaquent, arrachent leurs instrument de travail, pour emporter avec eux. On les a prévenu d’arrêter, ils n’ont pas accepter. La cause réelle  du conflit est que : un jour, ils ont arraché leur instrument, nous avons informé nos sages. En disant ‘’ nous vous avons prévenu des agissements de nos voisins, ils sont dans leur pays et nous sommes dans le notre. Nous sommes des frères, qu’ils arrêtent leurs agissements. Je me suis rendu en personne avec le maire pour les amener à la raison pour qu’ils acceptent que nous vivions comme avaient vécu nos ancêtres. Ils ont dit qu’ils ont compris, mais nous ont demandé de revenir dire a nos enfants que s’ils veulent travailler sur nos terres, qu’ils viennent prendre des papiers leur permettant de travailler avec eux. Payer cet argent pour pouvoir travailler. Nous leur avons dit non ! Ceux qui viendrons chez vous travailler prendrons ses papiers, mais ceux qui travaillent sur nos terres, la terre de nos parents, c’est non ! Ils ont dit : « si on ne fait pas ça, ils ne casseront pas de les attaquer. Ils nous ont remis nos quatre machines, nous sommes revenus remettre à nos enfants. A notre arrivée, nous somme allés chez notre chef du village, Laye Birma Kanté, pour lui expliquer. Il a envoyé son griot et son fils à Samaya. Les sages de Samaya leur ont confié que le sort de nos enfants est justement mérité et cela a été fait par leur consentement. Après cela, comme si cela ne suffisait pas, le lendemain, ils ont pris leurs machines pour venir travailler sur nos terres. Nous leur avons dit de ne pas travailler ici, ils ont dit qu’ils travaillerons et que la terre leur appartienne.»

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, la vidéo du président du district de Kantédou et quelques images réalisées à Kantédou par notre envoyé spécial :

Saidou Kante Président de district de Kantédou à Guineematin.com

 Mamadou Sounoussy Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com 

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS