Urgence Ebola : la Croix-Rouge pose des conditions pour repartir à Kamsar

poiceLes décès communautaires continuent d’être enterrés à Kamsar sans aucune mesure sanitaire comme préconisé par le protocole Ebola. Le lavage des corps, le transport et l’enterrement sont effectués par les proches des différentes familles sans même porter un gant, alors que la grave maladie Ebola continue de sévir dans la zone. Joint au téléphone par Guineematin.com, le responsable de la communication de la croix-rouge pose des conditions avant le retour des agents dans la cité.

Au téléphone de Guineematin.com qui l’a joint dans l’après-midi de ce dimanche 31 mai 2015, Abdoulaye Camara a d’abord déploré les attaques des manifestants anti-Ebola contre leur base et aussi le domicile du président du comité sous-préfectoral de la Croix-Rouge. « Deux de nos véhicules ont aussi été vandalisés le vendredi dernier à la mairie ; alors que nous étions en entretien avec des imams », a-t-il rapporte-t-il.

Et, pour sauver leurs vies, les agents de la croix rouge ont fui les émeutes de Kamsar et attendent le retour confirmé du calme et surtout des conditions sécuritaires pour revenir reprendre leurs activités. « Nous avons des équipes qui sont à Boké et attendent que des conditions sécuritaires soient créées avant de repartir à Kamsar », a-t-il conclut.

En attendant le retour de la Croix-Rouge qui devrait se charger du transport des malades et de l’enterrement des personnes décédées, les populations sont obligées de « gérer » elles-mêmes leurs morts !

Kamsar a déjà enregistré trois (3) décès communautaires dont les enterrements non pas été sécurisés avec tous les risques de voir le virus se propager davantage dans cette localité et se transporter dans le reste de la Guinée et ailleurs avec les 252 contacts non suivis…

Thierno Amadou Camara pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS