Respect de l’heure : la « galère » des fonctionnaires français au ministère de l’Intérieur

Ministre de la sécuritéDans le cadre de la remise d’un rapport d’enquête sur les « feux mystérieux » au Foutah Djallon aux autorités guinéennes, des cadres de l’Ambassade de France en Guinée ont payé les frais de la lourdeur de notre administration hier, mercredi 23 septembre 2015, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Prévue à 10 heures 30, au ministère de l’Intérieur, la cérémonie n’a débuté qu’à 12 heures 19 minutes. Durant tout ce temps, Laurent Favier, premier conseiller de l’Ambassade de France ; monsieur Olivier, un autre cadre de l’Ambassade et le Lieutenant-colonel Flovert HIVERT, un des deux experts français qui ont réalisé la dite recherche, ont été obligés d’attendre les deux ministres en charge de l’Intérieur et de l’Administration du territoire.

La delegation attendJusqu’à 10 heures 20, la salle de conférence du ministère de l’Intérieur où l’événement était prévu, était fermée. La secrétaire particulière du ministre disait ne pas être au courant de cet événement.

La salle n’a été ouverte aux journalistes qu’aux environs de 10 heures 50. Mais durant longtemps, il n’y avait dans la salle que journalistes ; membres de la délégation de l’Ambassade de France et trois agents du ministère. Tous attendaient les deux ministres et les autres officiels.

C’est seulement à 11H 49 que le général  Gharé, directeur général de la police nationale, a fait irruption dans la salle avant de ressortir aussitôt. Face à la honte de ce retard accusé, il affirmera que c’est par  voie de presse qu’il a appris la tenue de cette cérémonie. Il  demandera ainsi sagement aux trois représentants de l’Ambassade de France de prendre place. Mais ceux-ci poursuivront d’ailleurs leurs discussions debout.

A 11 heures 57, la fatigue et l’impatience se sentaient sur le visage des hôtes : les coups d’œil sur les montres  s’intensifient.

Arrivée du ministre d la Sécurité
Arrivée du ministre d la Sécurité

Ce n’est qu’à 12 heures 19 minutes que le ministre de l’Intérieur, Mamoud Cissé a été enfin accueilli en petit roi dans la salle. Pire, contrairement à l’attente des partenaires, qui tenaient à remettre deux copies du rapport aux deux ministres, celui de l’Administration du Territoire, le général Bouréma Condé, ne serra pas là.

De toute évidence, Laurent Favier, premier conseiller de l’Ambassade de France et ses deux collègues français ont passé plus d’une heure 20 minutes arrêtés, entrain d’attendre des officiels guinéens pour remettre à ceux-ci un cadeau quémandé par le chef de l’Etat.

Contrairement aux deux intervenants côté français, dont le temps de parole cumulé n’a pas excédé treize (13) minutes, le ministre de l’Intérieur a davantage maintenu les gens pendant dix sept (17) minutes entrain d’épiloguer sur des sujets parfois très différent du cadre du jour.

Thierno Amadou Camara pour Guineematin.com

Tél. : +224 622 10 43 78

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS