marcheDans la matinée de ce lundi 25 janvier 2016, l’Association des Enfants des Victimes du Camp Boiro a organisé une marche pour commémorer le 45ème anniversaire des pendaisons du 25 janvier 1971 sur le pont 8 novembre, à Moussoudougou, à la porte de Kaloum, a constaté Guineematin.com à travers deux de ses reporters.

Selon l’écrivain guinéen, Pr. Djibril Tamsir  Niane, victime du régime dictatorial de Sékou Touré, il est grand temps de rendre justice aux nombreux condamnés de toutes les prisons de Guinée. « En 1971, des condamnés ont été envoyé dans toutes les préfectures pour être pendus. Tout le pays a été endeuillé. Notre histoire, c’est notre histoire. Nous devons assumer notre histoire. Cette journée doit être commémorée pour que les horreurs que la Guinée a connu, les exécutions sommaires, les dénis de justice, les spoliations n’aient plus lieu. Je regarde cette foule, il y a peut être seulement quelques victimes du Camp Boiro. La plupart est constituée d’enfants des victimes du camp Boiro. Ce sont eux qui viennent commémorer. Il est temps, grand temps de rendre justice aux condamnés de Boiro, aux condamnés de toutes les prisons en Guinée. Il est temps de rétablir la vérité et laver la mémoire. Il y a la nécessité pour nous de rendre justice aujourd’hui et en vue d’amener la réconciliation nationale en rétablissant la vérité et toute la vérité. C’est dans cet espoir aujourd’hui que nous sommes prêts pour commémorer tous les jours. Nous souhaitons que la justice soit enfin rendue très rapidement», a déclare Djibril Tamsir Niane, lors de cette cérémonie de commémoration organisée au pont 8 novembre où plusieurs prisonniers ont été pendus en cette journée du 25 janvier 1971.

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél : (00224) 620 848 501/ 656 486 601

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin