MotosLa cité de Karamoko Alpha de Labé enregistre ces derniers temps, de plus en plus d’accidents d’engins à deux roues. Des évènements impromptus desquels résultent régulièrement des traumatismes crâniens chez des conducteurs ainsi que chez des passagers. Une situation qui est consécutive au non port des casques. Malheureusement, ces accidents de la route se soldent fréquemment par des pertes en vies humaines et d’importants dégâts.

Interrogés sur ce non port des casques par Guineematin.com, le syndicat des conducteurs de moto taxi et la sécurité routière de Labé se sont rejeté la responsabilité.

« Veiller à l’application du port des casques et l’octroi des cartes grises ne relèvent pas de nos prérogatives. Donc, échappent à notre responsabilité. Cependant, nous faisons de notre mieux pour amener les conducteurs à porter des casques. Par exemple, nous les sensibilisons  pour qu’ils soient conscients du danger qu’ils courent en conduisant sans casques » a expliqué  Abdoul Salam Sylla, le président de la commission technique taxi moto Labé, avant de rejeter la responsabilité sur la sécurité routière de Labé «Assurer l’application du port des casques sur le terrain ne nous incombe pas. C’est plutôt à la sécurité routière de le faire car c’est son rôle et son devoir. Donc, c’est elle qui est responsable »

Suite à ce rejet de responsabilité, la réaction de la sécurité routière de Labé ne s’est pas fait attendre. Dans sa défense, Commandant Sanoh, le commissaire de la sécurité routière de Labé a précisé que la responsabilité est partagée entre son service et le syndicat des taxi-motos.

« Eux-mêmes les responsables qui sont avant tout des conducteurs ne portent pas de casques. C’est généralement pourquoi leurs sensibilisations ne produisent pas l’effet escompté. Qu’ils arrêtent alors de dire que la responsabilité n’incombe qu’à la sécurité routière. La responsabilité du non port des casques est plutôt partagée » s’est défendu commandant Sanoh.

Cependant reconnaissant l’inefficacité de certaines dispositions jusqu’ici prises par son service, le commissaire de la police routière de Labé évoque comme raison, l’insuffisance d’agents dans son service. Une insuffisance qui selon lui, fait que leurs dispositions sont souvent des feux de paille. «Généralement, quand on se lève pour une mesure, elle s’applique. Mais malheureusement, elle ne dure pas. On veut suivre la continuité de ces mesures  mais, on n’a pas un effectif adéquat. D’ailleurs, lorsqu’on doit descendre sur le terrain, il nous faut solliciter des agents au près de la gendarmerie, ou encore faire appel aux sapeurs pompiers » a-t-il souligné.

Quant aux conducteurs de moto taxi interrogés par Guineematin.com, ils évoquent diverses raisons au non port des casques. Pour certains, cette situation est due au désagrément que leur procure le port des casques. Une autre partie de ces conducteurs avance comme raison l’incapacité de s’en octroyer. Chez d’autres par contre, les casques sont disponibles mais c’est la volonté de les porter qui n’y est tout simplement pas.

De Labé, Yayé Aissata Diallo, pour Guineematin.com

Tél : (00224) 620 03 66 65

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin