Taliby Dabo1Au lendemain de sa condamnation par le TPI de Kankan à six mois de prison avec sursis pour usurpation de titre et de fonction, Taliby Dabo a aminé hier soir, mardi 22 mars 2016, une conférence de presse dans les locaux de son groupe de média pour dénoncer sa condamnation, a constaté Guineematin.com à travers un de ses correspondants locaux.  

Dans une brève communication, Dabo a dit être victime « d’une justice injuste et pire d’une parodie de justice des autorités judiciaires du tribunal de première instance de Kankan ». Selon Taliby Dabo, la bataille judiciaire ne fait que commencer. « Nous allons faire appel, mes avocats et moi, devant la cour d’appel de Kankan. Si cette instance dit le droit, tant mieux sinon, nous irons jusqu’à la cour suprême. Le délit dont on me reproche, n’a aucun fondement juridique. Car, ce 17 janvier, je n’ai nulle part dit et agit en lieu et place d’une quelconque autorité de Kankan. Et, mieux, les propos que j’ai tenus me sont consacrés par le droit à la liberté d’expression », a notamment dit monsieur Dabo.

Taliby Dabo se présente comme le sauveur de la ville de Kankan, plus que le gouverneur, le préfet, le maire, le procureur, les juges…

Rappelant ses actes le jour de la manifestation, monsieur Dabo a essayé de convaincre qu’il est plus à féliciter qu’à blâmer. « Ce Dimanche, 17 janvier 2016, je suis allé à la maison centrale à mes risques et périls. Et, j’ai pu calmer et canaliser les jeunes manifestants qui voulaient détruire la maison centrale de Kankan ; alors que ni le procureur, ni les juges, encore moins le préfet, le maire ou le gouverneur ne sont sortis et n’ont dit aucun mot. Cela explique  leur acharnement contre ma personne », a ajouté Taliby Dabo.

Par ailleurs, le directeur de campagne du RPG arc-en-ciel à Kankan a rappelé avoir été félicité à la fois par le régisseur, mais également des hauts gradés de l’armée pour avoir osé aller à la maison centrale pour déjouer la manifestation : « Seydou Condé, le régisseur de la maison centrale qui était étouffé et envahi par les manifestants a avoué à sa comparution comme témoin que mon intervention a pu empêcher le pire de se produire. Mieux, j’ai été appelé par Sékou 2 Keita de la sécurité présidentielle pour me remercier. Il m’a demandé d’accepter de passer mon contact à d’autres militaires pour des fins de compliments. Car, l’acte que j’ai posé ce jour est salutaire », s’est glorifié monsieur Dabo.

Une manifestation à Kankan le dimanche prochain contre la partialité de la justice

« Depuis cette condamnation, j’ai reçu 18 cas de victimes d’injustice de la part de la justice. Souvent, ceux-ci sont des personnes qui se trouvent à une position de sans voix. C’est pourquoi, le Dimanche, 27 mars 2016, je m’ajouterais à ces 18 cas pour faire une marche de protestation afin de montrer que la justice de Kankan est injuste et partisane. Pour ce faire, nous avons déposé une lettre d’information à la maire comme le veut la loi. Nous ne cherchons pas une autorisation ou un accord, mais plutôt une information. C’est impossible que ceux qui doivent de nous protéger deviennent une source de problèmes », a-t-il dénoncé.

De Kankan, Mamadou Sounoussy Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin