Kindia : le calvaire des revendeurs de bois après l’interdiction du gouvernement

Elhadj Mamadou Timbo Diallo, président  de la filière préfectorale de revendeurs de bois
Elhadj Mamadou Timbo Diallo, président de la filière préfectorale de revendeurs de bois

Les revendeurs de bois dans la préfecture de Kindia sont actuellement confrontés à d’énormes difficultés, après l’interdiction de la coupe et le transport du bois en Guinée par le gouvernement, a constaté Guineematin.com à travers son correspondant local.

Actuellement, les revendeurs subissent les conséquences néfastes  de cette décision des autorités du pays. Parmi ces conséquences, nous pouvons citer, entre autres, la rareté d dans les dépotoirs et la cherté de ce produit dans la préfecture de Kindia. Elhadj Mamadou Timbo Diallo, président  de la filière préfectorale de revendeurs de bois, a expliqué à Guineematin.com les difficultés auxquelles ils sont confrontés depuis la prise de cette décision par les autorités guinéennes.

« Depuis la réunion d’information et de sensibilisation organisée par le préfet de Kindia sur cette décision, nous sommes confrontés à d’énormes difficultés. Il y a plus de bois au niveau du dépotoir ! Et, ceux qui sont coupés en brousse, nous ne pouvons pas les transporter en ville parce que c’est formellement interdit jusqu’à nouvel ordre », dit ce responsable.

BoisCette décision se répercute aussi  sur certains constructeurs de maisons et d’autres ouvriers comme les menuisiers qui n’ont pas  d’autres outils que le bois. Fodé Mohamed Camara, menuisier, a également parlé au correspondant de Guineematin.com à Kindia. « Le fait que le bois ne rentre pas  et ça ne sort pas, c’est un coup dur pour nous les menuisiers et ceux qui sont là sont très chers. Imaginez quand vous achetez un double à 500 000 GNF et vous partez à l’atelier vous fabriquez une armoire, combien ça va donner comme intérêt ; alors que les gens qui viennent pour acheter te tendent une petite somme… Franchement, c’est décevant », déplore-t-il.

Pour sa part, Moussa Bangoura, représentant des vendeurs de bois, lance un appel pressant à l’endroit des autorités pour revenir sur cette décision : « si le gouvernement ne vient pas en aide, nous risquons de perdre tout nos bien dans un bref délai parce que,  nous nourrissons nos familles dans ça. Pour nous, au départ, on pensait que cette décision n’allait pas durer. Mais, franchement, si ça persiste, nous les revendeurs de bois, nous tous nous allons en pâtir », a prévenu ce vendeur

En attendant que le gouvernement ne revienne sur cette décision, vendeurs et acheteurs continuent leur période de galère  dans la ville de Kindia

De Kindia, Sékou Komoyah Kaba pour Guineematin.com

Tél.: 656 23 81 81

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS