Affaire vol de téléphone à Bambéto : le procureur a requis 2 ans de prison ferme contre Djoudjou

Les réquisitoires et plaidoiries dans l’affaire de vol de téléphone opposant les citoyens Mamadou Bhoye Diallo et Ibrahima Djoudjou Diallo, ont eu lieu, ce jeudi 4 août 2016, au Tribunal de Première Instance (TPI)  de Dixinn, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Les avocats de la partie civile, par la voix de maitre Alseny Aissata Diallo, sont tout d’abord revenus sur les accusations portées par leur client, Mamadou Bhoye Diallo. Pour maitre Diallo, le prévenu, en l’occurrence  Ibrahima Djoujou, aurait agressé leur client aux abords de la gare routière de Bambeto, le 26 avril dernier. Dans cet incident, le nommé Djoudjou, qui aurait été vue avec 6 autres personnes, aurait retiré le téléphone de Mamadou Bhoye et un montant de 220.000 francs guinéens, après l’avoir violenté et menacé par une arme à feu. Et la présumée victime aurait reconnue Djoudjou comme étant son agresseur au marché de Madina à un moment où il s’apprêtait à revendre le téléphone.

Par ailleurs, l’avocat de la partie civile soutient que le prévenu a reconnu les faits à la barre. Par conséquent, maitre Alseny Aissata Diallo a demandé l’application de la loi dans toute sa rigueur et une réparation du  dommage subit à hauteur de 20 millions de francs guinéens.

Abondant dans le même sens, le substitut du procureur près le TPI de Dixnn, Alseny Bah, a requis une peine d’emprisonnement de deux ans ferme à l’encontre du prévenu, la restitution du téléphone et une amende de 100.000 francs guinéens.

Par contre, les avocats de la défense ont balayé d’un revers de la main les accusations portées contre leur client, Ibrahima Djoudjou Diallo. Pour maitre Labila Michel Sonomou toutes les accusations sont fabriquées de toutes pièces. Il soutient que le plaignant a été plutôt intercepté alors qu’il était entrain d’appeler des amis pour venir troubler un meeting que tenait ce jour du 26 avril 2006, l’ancien vice-président de l’UFDG, Bah Oury. Dans sa fuite, Mamadou Bhoye aurait perdu son téléphone que les jeunes ont rapporté à Bah Oury en vue de vérifier et servir éventuellement de preuve. De ce fait, maitre Sonomou demande la relaxe pure et simple d’Ibrahima Djoudjou Diallo.

Après quoi, il est revenu au président du tribunal, Mangadouba Sow, de renvoyer l’affaire au mardi 09 août 2016 pour rendre le verdict.

Nous y reviendrons !

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS