AG du RPG: Malick Sankhon veut plus de 50% de conseillers pour chaque commune

rpg-arc-en-cielComme tous les samedis, il s’est tenu l’assemblée générale ordinaire du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel à son siège, dans le quartier Behanzin, commune de Matoto. La séance, présidée par Malik Sankhon, entouré d’autres membres du bureau politique national du parti, a tourné autour des élections locales et de l’insécurité, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Sur la question des élections, le directeur de la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale (CNSS) a souhaité rappeler les règles du jeu des communales et communautaires.  « Comme vous le savez, nous devons aller voter le 18 février. Donc, nous n’avons plus de temps. La campagne ne durera que 15 jours. Il nous reste que le mois de décembre et janvier pour convaincre. Pour ces élections il n’y aura pas de tête de liste. Chaque commune doit présenter sa liste. Ce sont les différents conseillers qui éliront les maires. C’est après que les conseillers vont élire à leur tour le maire central de Conakry », a déclaré Malick Sankhon.

 Il rajoute que pour espérer gagner une commune devant l’UFDG, le RPG arc en ciel et alliés doivent obtenir obligatoirement plus de 50% des places. « S’il faut 33 conseillers pour Matam, ça veut dire que nous devons avoir au minimum 17 conseillers. A Matoto, s’il faut 41 conseillers, il nous faudra 23 au minimum pour élire notre maire. C’est la même chose pour toutes les autres communes », a annoncé le directeur de la CNSS et président de séance.

Le secrétaire national de la jeunesse du parti, Bany Sangaré, dira que le comité national d’appui aux élections locales se chargera de faire, dans les prochains jours, le choix définitif des candidats dans les différentes listes. Il déterminera également la stratégie d’alliance avec l’ensemble des partis alliés.

 En ce qui concerne l’insécurité qui devient de plus en pus inquiétant, Malick Sankhon invite encore la population à collaborer avec les forces de sécurité pour mettre hors d’état de nuire les bandits. « Ces bandits vivent avec nous. Notre devoir en tant que citoyen, nous devons signaler aux forces de sécurité tout bandit qui se trouve dans notre quartier. Il n’est pas dit d’aller forcément au commissariat, mais les chefs de quartiers sont à côté de vous. Ainsi, les enquêtes seront menées et nous pourrons maîtriser les malfrats. Nous comptons sur vous », a-t-il dit aux militants.

 La rencontre a pris fin par l’animation des artistes Bras Cassé et Djéné Kouyaté qui ont chanté les louanges du parti.

Mamadou Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél. : 621 607 907

 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS