Accusés de coups et blessures, d’incendie volontaire, de jets de pierres, d’incendie de motos et de maisons d’habitations, le procès des militants de l’UFDG qui avaient été arrêtés lors des évènements politiques d’octobre 2015 à Banankoro, s’est tenu hier et aujourd’hui, 3 mai 2017 à Kérouané. A l’issue du procès, deux militants en fuite ont été condamnés à 5 ans de prison par défaut et 2 autres ont été relaxés pour insuffisance de preuves, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses correspondants.

Durant deux jours, et après avoir écouté bourreaux et victimes, le substitut du procureur de Kankan, représentant le ministère public, a demandé au juge de Paix de condamner Iya Sékou Mara et Ousmane Souaré à un an de prison avec sursis et à une amande d’un millions de francs guinéens.

Pendant les plaidoiries, l’avocat des accusés, maitre Salifou Béavogui a non coupable des charges articulées contre ses clients dont Iya Sékou Mara, Ousmane Souaré, Kassim Kourouma, Ibrahima Sanoh. En ce qui concerne Bailo qui est en fuite et Elhadj Souleymane Télimélé Diallo, qui est en traitement à Paris, l’avocat s’est ressaisi vu leurs absences.

Après avoir écouté le Substitut du Procureur qui représente le ministère Public et l’avocat des accusés, le Juge de Paix de Kérouané, Fadjimba Condé a rendu sa délibération…

Ainsi, Kassim Kourouma et Ibrahima Sanoh ont été renvoyés pour insuffisance de preuves. Elhadj Souleymane Télimélé, Sékou Tabara et Bailo, en fuite, ont été condamnés par défaut à cinq ans de prison avec trois millions d’amande chacun. Iya Sékou Mara et Ousmane Souaré ont été reconnus coupables de dégradation d’édifices publics. Pour la réparation, ils ont été condamnés à deux ans de prison avec sursis et à un million cinq cent mille francs guinéens d’amande chacun.

Sur les intérêts civils, Elhadj Souleymane Télimélé Diallo et Bailo doivent payer à Mr Ousmane 1.000.000Gnf, Mamady Sanoh 3.000.000 Gnf, Adama Kourouma 2.500.000 Gnf, Mamady Condé 1.000.000 Gnf, Lanciné Sanoh 1.500.000 Gnf, Sékou Sidibé 10.000.000 Gnf, Lanciné Condé 3.000.000 Gnf, Sékou Mara 3.000.000Gnf ; par contre, Sékou Bayo ne recevra aucun sou pour insuffisance de preuves.

Par ailleurs, la Cour ordonne la confiscation de l’arme reçue chez Elhadj Souleymane Télimélé Diallo.

Interrogé par les médias dont Guineematin.com au sortir de l’audience, l’avocat de la défense, maitre Salifou Béavogui explique : « Je me trouve présentement à Kérouané pour défendre mes clients qui étaient poursuivis pour coups et blessures, menace et incendie. Les faits remontent au 08 octobre 2015 à Banankoro et nous étions pendant la période électorale. Donc, enfin de campagne, il y a eu des échauffourées, des manifestations, des actes de violences qui ont entrainé des dégâts matériels et humains importants. Il y a eu des pertes en vie humaine, des personnes calcinées, des maisons détruites et des poursuites engagées contre mes clients », a-t-il rappelé.

Pour maître Béa, après deux ans d’instructions, les dossiers viennent d’être jugés. « Je suis très content que le procès ait lieu. Ce qui signifie que l’Etat de droit avance et j’ai plaidé non coupable… Il est à rappeler également que les mêmes évènements ont eu lieu à Koundara et là aussi j’y étais pour défendre les éléments de l’UFDG qui avaient été arrêtés. Je précise qu’à Koundara également ce sont les militants de l’UFDG qui étaient en prison et je suis venu les défendre. Je suis venu défendre des guinéens d’abord, ensuite des militants d’un parti politique», a-t-il précisé.

De Kérouané, Ibrahima Amadou Bah pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin