La sous-préfecture de Sagalé, située à vingt cinq (25) kilomètres de la préfecture de Lélouma, n’a jamais connu une infrastructure juvénile depuis sa création. Privée de tout lieu de distraction, la jeunesse réclame un terrain de jeu et une maison des jeunes, a appris sur place Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

Avec une population estimée à quinze mille huit cent (15 800) habitants dont des jeunes en majorité, la sous préfecture de Sagalé dans son ensemble manque d’infrastructures juvéniles adéquates pour l’épanouissement de sa jeunesse. Aucune maison des jeunes et aucun terrain de football n’ont été aménagés à ce jour.

« A Sagalé, la jeunesse est pratiquement à l’abandon. On n’a jamais connu un investissement en notre faveur. Pas de maisons de jeunes, ni de terrain de football et encore moins un simple café ou un cyber. Certains d’entre nous sont obligés d’aller jusqu’au centre ville à moto ou à pieds sur les 25 kilomètres » a confié Ismaël Baldé, un jeune de la localité.

Interrogé sur la question, Abdourahmane Diallo, sous préfet de Sagalé, affirme que la musique est interdite dans toute la localité à cause de la présence du Chérif de Sagalé. Mais selon lui, bientôt la jeunesse aura un terrain de jeu.

« C’est par un décret présidentiel que la musique a été interdite ici par le Général Lansana Conté à cause du Chérif de Sagalé. Donc, vouloir construire une maison de jeunes, c’est aller à l’encontre de cette décision. Mais, en ce qui concerne le terrain de football, un citoyen a octroyé une parcelle à la jeunesse. Bientôt, nous allons mettre cet espace en valeur », a-t-il promis.

Par ailleurs, monsieur Diallo ajoute qu’il a plusieurs autres projets pour l’épanouissement des jeunes et les fonctionnaires de la localité comme la création d’un cyber café.

De Sagalé, Mouctar Barry envoyé spécial de Guineematin.com

Tel: 621 607 907

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin