Suite au sit-in organisé par un groupe des jeunes lauréats du projet « Rajeunir et féminiser l’administration », hier, jeudi 28 décembre 2017, à quelques mètres du palais Sékhoutouréya, le Directeur général du centre de perfectionnement administratif (CPA), monsieur Massé Camara a reçu un reporter de Guineematin.com dans l’après-midi de ce vendredi pour livrer sa part de vérité !

Tout d’abord, monsieur Massé Camara dit être au regret de voir des jeunes cadres brillants bien formés sur l’éthique du service public et la déontologie administrative, descendre dans la rue pour réclamer de nominations. « Je suis très surpris et je le regrette franchement que des jeunes lauréats formés au CPA durant quatre (4) mois sur l’éthique du service public et la déontologie administrative, choisissent la rue pour réclamer de nominations. Je voudrai leur dire que c’est seulement par la bonne manière et la compétence qu’on peut avoir des postes de responsabilité, mais la rue n’est pas faite pour les hauts cadres. Je peux comprendre que quelqu’un se batte pour avoir une formation, mais pas pour une nomination », a déploré le DG du CPA.

S’agissant de l’organisation du sit-in, le directeur général affirme avoir reçu un avis des organisateurs auxquels il a conseillé de sursoir à toute manifestation d’autant plus qu’un chronogramme serait bien établit pour la valorisation des lauréats du CPA. Mais que selon lui, les jeunes n’ont pas voulu écouter. « Les jeunes nous ont envoyé leur avis de sit-in ou je ne sais quoi, nous leur avons dit de surseoir à ça parce que les choses avancent bien. Mais ils n’ont pas compris nos conseils. Ils ont d’autres manières par leurs têtes, par leurs compétences pour faire valoir ce qu’ils ont appris avec Sciences PO Bordeaux et avec ça ils peuvent occuper des postes de responsabilité. Mais franchement, je ne vois pas les raisons pour lesquelles ils descendent dans la rue d’autant plus que le gouvernement à travers le ministre de la fonction publique, de la réforme de l’État et de la modernisation de l’administration, est engagé pour la valorisation de tous les lauréats », fustige-il.

Monsieur Massé Camara rappellera également que dans le contrat du projet « Rajeunir et féminiser l’administration », il n’est mentionné nulle part qu’après la formation, les lauréats doivent être forcément nommés à des postes de responsabilité : « je suis le Directeur général du CPA. Toutes ces formations ont été réalisées sous mon leadership, mais dans le contrat, il n’est écrit nulle part qu’après la formation les lauréats doivent être obligatoirement nommés à des postes de responsabilité. L’ambassadeur de la France et nous, avons souhaité cela. L’ambassadeur a dit qu’il ne faut pas former seulement pour former. Nous avons de plaidoyer auprès des différents départements pour la facilitation de la valorisation des jeunes lauréats en les nomment comme chefs de sections, chefs de divisions et autres. Nous avons rappelé qu’il est important que ces jeunes ne soient pas abandonnés parce qu’ils ont des capacités pour booster l’administration. Mais ils ne doivent dire qu’il faut forcément qu’on les nomme parce qu’ils sont lauréats, ce n’est pas l’objectif du projet », a précisé le directeur général du CPA.

Parlant des avancées dans la valorisation des lauréats, le DG affirme : « le dialogue est ouvert, le ministre est très engagé dans ce dossier. Nous avons établi un chronogramme d’activités dans lequel nous avons défini les parties prenantes, à savoir le ministère de la fonction publique, l’ambassade de la France, le bureau exécutif des certifiés et le DRH. Nous avons planifié toutes les activités à mener dans le cadre de la valorisation des lauréats. De 2012 en 2016 nous avons formé près de 1200 jeunes âgés de moins de 40 ans, parmi lesquels 730 ont été certifiés. Il y a eu trois promotions dont la première et la seconde ont bénéficié des avancements en grade. Et pour la troisième promotion, le dossier est déjà sur la table du secrétaire général du ministère de la fonction publique. Donc leur bonification sera faite en début 2018; ça au moins c’est clair ! Deuxièmement, je vous apprends que parmi les 730 lauréats, au moins 131 sont nommés à des postes de responsabilité importants. Le premier acte que l’actuel ministre a pris c’est de nommer 14 lauréats aux postes de DRH dans les différents départements. Ce sont des efforts à saluer. Et il y a un projet en cours pour la nomination d’au minimum 200 lauréats », a-t-il rassuré.

Pour finir, le directeur général du centre de perfectionnement administratif (CPA) qui a assuré la formation de ces jeunes en collaboration avec Sciences PO Bordeaux, a invité les lauréats de se ressaisir et revenir à la raison et surtout avoir confiance que tous les lauréats bénéficieront des avantages de leur formation, mais de façon modérée, pas par la pression et la précipitation.

Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 622 671 242

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin