Les audiences criminelles se poursuivent dans les différentes juridictions de Conakry. Ce mardi, 17 avril 2018, l’accusé Mamadou Diouma Diallo et quatre autres co-accusés ont été entendus par le Tribunal Criminel de Mafanco. Ce groupe est accusé d’avoir braqué la boutique d’Elhadj Sékou Fanta Mady Koita, au mois de mars 2017, au grand marché de Madina, dans la commune de Matam.

Une opération au cours de laquelle les malfrats ont réussi à emporter la somme de 2 milliards 264 millions de francs guinéens et plusieurs autres objets de valeurs, a appris sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Ces présumés auteurs de braquage ont été interpellés puis placés sous mandat de dépôt le 13 mars 2017. Le dossier a été transféré pour la première fois le vendredi 23 février 2018 au tribunal de Mafanco où certains éléments de ce groupe ont été entendus. Après cette audition le dossier a été renvoyé au 2 mars puis au mardi 17 avril 2018 pour la suite des débats.

Au cours de l’audience qui s’est tenue ce mardi, cinq accusés ont été auditionnés. Il s’agit de : Thierno Samoussy Diallo, Mamadou Diouma Diallo, Mamadou Saidou Diallo, Aboubacar Sylla et de Abdoulaye Kouyaté. Ils sont tous poursuivis pour avoir braqué avec des armes de guerre la boutique d’Elhadj Sekou Fanta Mady Koita où ils ont emporté plus de 2 milliards de francs guinéens. Après avoir décliné leur identité devant le juge Ibrahima Sory 2 Tounkara, les présumés auteurs n’ont pas nié les griefs portés contre eux.

Selon Mamadou Diouma Diallo, « je suis venu à Madina à 6 heures. J’ai trouvé Ibrahima Diallo dit ‘’Koto’’, son petit et Karamba Diaby. Arrivé sur le terrain des opérations à Madina, Koto m’a remis une machette et une autre à Karamba. On a fait l’opération et on s’est embarqué dans le Pick-up jusqu’au cimetière de Dixinn. De là, on a changé le véhicule en débarquant les cartons d’argent du Pick-up pour aller à la Cimenterie où on a procédé au partage du butin au domicile de Ibrahima Sory Diallo. Après le partage, j’ai eu 130 millions de francs guinéens », a-t-il avoué.

Quant à Aboubacar Sylla, il dit avoir perçu une somme de 40 millions 500 mille francs guinéens de la part de Karamba Diaby. « Moi, je n’ai pas participé à cette opération. Seulement, c’est Ibrahima Diallo dit ‘’Koto’’ qui a remis 40 millions 500 mille francs guinéens à Karamba pour moi. Il m’a remis la somme que j’ai prise », a-t-il dit.

De son côté, Mamadou Saidou Diallo dit ne pas savoir la provenance de la somme de 47 millions qu’il a reçu de la part d’Ibrahima Diallo dit ‘’Koto’’ qui est d’ailleurs introuvable. « Moi, je n’ai pas participé à cette opération. C’est ‘’Koto’’ qui est venu me trouver chez moi, j’étais malade. Il m’a confié sa voiture Nissan Almera et une somme de 45 millions de francs guinéens. Il m’a offert deux millions de francs guinéens. Koto m’a dit que ce montant de 45 millions, c’est pour son chantier à Pita ».

Après avoir longuement écouté les explications de ces accusés, l’heure était pour le tribunal d’entendre la victime et certains témoins qui étaient sur le terrain de l’opération.

Elhadj Fanta Mady Koita n’étant pas présent, le dossier a été renvoyé au mardi 24 avril 2018 pour l’audition des témoins et de la partie civile.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin