La commune urbaine de Siguiri, l’une des plus riches du pays sur le plan du sous-sol, connait de sérieux problèmes d’insalubrité. Les ordures ont envahi la ville sous le regard impuissant de nombreux citoyens de la ville, a constaté sur place Guineematin.com, à travers son correspondant local.

Des habitants de Siguiri interrogés par notre reporter pointent un doit accusateur sur l’incivisme qui prévaut dans la cité. Pour Mamady Doumbouya, « les commerçants importent des marchandises dans les emballages. Après avoir ouvert leurs colis, ils jettent tout sur la chaussée. D’autres importent des légumes de N’zérékoré, de Macenta, de Labé et de Mamou. Quand ces marchandises pourrissent, ils les jettent dans les caniveaux ».

Par ailleurs, monsieur Doumbouya dénonce « l’irresponsabilité de l’autorité communale qui n’a aucune politique pour rendre cette ville propre ».

De son côté, Sékou Keita coupe la poire en deux. Il renvoi citoyens et autorités locales dos-à-dos. « Je sais que l’autorité communale de Siguiri a échoué. Il faut même oser dire que la politique de décentralisation a échoué en Guinée. Mais, les citoyens doivent comprendre aussi qu’il y va de leur propre santé. Ils creusent des fosses septiques qui débordent pour se répandre sur les rues et les ruelles. Des eaux usées venant des toilettes polluent tout », se plaint notre interlocuteur.

Une vendeuse d’oranges, interrogée sur l’insalubrité, oriente notre reporter vers l’autorité qui lui réclame des taxes et qui ne fait rien pour nettoyer. « Celui qui nous accuse, c’est parce qu’il a peur de l’autorité. Nous payons chaque jour des taxes. Les précepteurs ne négocient pas, on paye régulièrement. C’est ces montants qu’ils doivent utiliser pour assainir la ville. Ici, nous sommes victimes. C’est pourquoi il faut aller vers l’autorité à qui on donne les contributions », a lancé Fanta Mansaré.

Un autre marchand va abonder dans le même sens que la vendeuse d’oranges. Alpha Diallo se demande: « où va l’argent que nous donnons régulièrement ? ».

Le secrétaire général de la commune urbaine de Siguiri se décharge et conseille d’attendre le futur maire. « Je vous réponds pas. Moi, je suis administrateur, ma mission est claire. L’assainissement n’est pas ma compétence. Si les chefs ordonnent, je le fais. Pour des questions relatives à l’assainissement, attendez le nouveau maire », suggère ironiquement Almamy Tounkara.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin