Le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah est soupçonné par les descendants de Karamoko Alpha Mo Labé, fondateur de la Sainte cité et de la Mosquée centrale de vouloir saboter la Ziyara qu’ils organisent depuis mercredi, 25 avril 2018, à la mémoire de leur ancêtre, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah a confirmé, jeudi, 26 avril 2018, sur les antennes de la radio Espace Foutah, une rumeur qui circulait depuis la veille selon laquelle il a affirmé que la cité de Labé a été fondée par l’animiste Manga Labé et non par Alpha Mamadou Cellou Diallo, ancêtre des Khalidouyâbhé.

Cette sortie médiatique du préfet, Elhadj Safioulahi Bah a provoqué une onde de choc au sein des grandes familles de Labé.  Même que les doyens de la Fondation Karamoko Alpha Mo Labé alors en réunion dans le cadre des préparatifs de la cérémonie de clôture de la Ziyara qu’ils organisent depuis mercredi à la mémoire de leur ancêtre se sont penchés sur ces propos jugés pernicieux et provocateurs.

Finalement, les doyens de la famille ont retenu de ne pas se laisser distraire par le préfet de Labé dont les propos frisent une tentative de perturbation du programme de la Ziyara organisée à la mémoire de Karamoko Alpha Mo Labé pour des objectifs non encore avoués.

La décision a été prise alors de faire connaître la position commune de la Fondation après la clôture de la Ziyara.

En attendant, il nous parait important et utile de rappeler au seul préfet de Labé qu’il est universellement admis que c’est Karamoko Alpha Mo Labé qui a imposé la pratique de l’islam dans cette cité. La ville actuelle de Labé s’est progressivement développée au fil des ans autour de la grande Mosquée de Karamoko Alpha Mo Labé. Qu’avant l’islamisation de cette contrée par Alpha Mamadou Cellou Diallo, cette localité ne s’appelait pas Labé. C’est bel et bien lui qui a décidé que son Diiwal porte le nom de Labé.

En tout état de cause, il doit savoir que le début de l’islamisation de la contrée est le seul repère universellement admis pour raconter l’histoire de Labé en particulier et du Foutah Théocratique en général.

A moins qu’il ne souhaite rendre un hommage à ceux qui avaient refusé la pratique de l’islam !

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin